5ème CONGRES DE L’AECI : JOSUE GUEBO ELU PRESIDENT


19 Déc. 2011

Photo de famille
Le Samedi 17 Décembre, s’est tenu le congrès de l’AECI au GRTO, une vieille bâtisse jaune pale, tombant en décrépitude,  non loin de la pharmacie du lycée technique ! 
Pour rappel, l’AECI est l’Association des Écrivains de Côte d’Ivoire.
Prévu pour 9h30, c’est vers 11 h que le congrès dont le thème était : l’AECI et la renaissance de la nation ivoirienne, a débuté avec le programme et les allocutions. Quelqu’un pouvait dire « même les intellectuels font ça » et je suis totalement d’avis que c’est honteux, le retard systématique des ivoiriens.
J’ai pu remarqué que la population des écrivains ivoiriens est assez vieillissante et c’est dommage, car il faut préparer la relève. Nous n’étions pas très nombreux. Une trentaine, une quarantaine tout au plus, tout comme l’âge moyen des participants. Beaucoup d’absents. Même pas 5 femmes dans l’assemblée.
Je préfère ne pas m’attarder sur les nombreux problèmes logistiques pour faire mention des phrases qui m’ont marqué dans les interventions des uns et des autres et que j’ai noté via mon Live Tweet de l’évènement sur le hashtag #congresaeci.
Allocutions
-Après le prêtre et les religieux, l’écrivain, l’artiste est celui qui est le plus proche de DIEU!
-Félicitations aux écrivains parce qu’ils sont l’âme des peuples!(représentant des éditeurs)
-c’est compliqué pour une maison d’édition de collaborer avec les imprimeurs! De ce fait, les éditions balafons ont leur propre imprimerie. (représentant des éditeurs)
-Le ministère de la culture soutient l’AECI puisqu’il se veut intégrateur de tout ce qui permet le développement de la culture! ( représentant du ministère de la culture)
-Un fond a été mis en place au sein du ministère pour aider à promouvoir le livre! Mais il n’est pas encore mature! ( représentant du ministère de la culture)
Bilan de M. Foua, président sortant
-Son prédecesseur était Bandama Maurice qui savait bien que l’héritage qu’il lui léguait en 2004 était brûlant.
-L’enthousiasme de M Foua s’est effrité au contact des réalités brûlantes dont parlait monsieur Bandama!
-l’AECI s’est mêlée de politique et au lieu de trouver des solutions, a fini par dresser les écrivains les uns contre les autres.
-L’AECI a un gros problème de financement! Le compte logé à la SIB était dans un déficit de 200 000 F CFA au moment de la passation de Monsieur Bandama à M Foua. Et il a fini par être fermé totalement. C’est récemment qu’on l’a ouvert à nouveau.
-Énumérations des actions menées:  caravane, noël du livre, accueil des nouveaux, rencontres, café littéraire ect 
-La plupart des activités ont été organisées à crédit ou grâce à la générosité de bonnes volontés.
-L’AECI est une association qui fait du bien aux ivoiriens à travers la promotion de la culture et pourtant, elle  ne bénéficie pas d’aide de l’état! Or, les parties politiques, qui pillent, tuent et détruisent sont fortement subventionnés. (bien dit)
Phases des questions et des impressions
-L’accession d’un des nôtres au ministère de la culture est une opportunité à saisir!
-Une association doit faire des cotisations pour vivre ! Elle ne doit pas dépendre des bonnes volontés ! (Doyen Kodiara)
-Quand Bandama était PCA de la RTI je lui ai demandé pourquoi tant d’émissions de musiques (parfois obscènes). Pourquoi pas suffisamment d’émissions littéraires? A cela le nouveau ministre de la culture et de la Francophonie avait répondu en son temps :  les émissions littéraires coûtent chers! (un intervenant)
Cette réponse n’a pas convaincu l’intervenant à l’époque, et moi non plus, je ne suis pas convaincue aujourd’hui.
Les trois candidats en lice

Le congrès avait aussi pour point focal l’élection d’un nouveau président à la tête de l’AECI. C’est Josué Guébo qui a été élu avec 24 voix contre 9 et 1 voix pour ses adversaires Angelbert Ablo et Désiré Anghoura. Bel exemple de fraternité, ils ont décidé de travailler ensemble.

Nous espérons que la nouvelle équipe arrivera à insuffler de la vie et du dynamisme à l’AECI
Photos de Hyacinthe KAKOU.
categories 225newsautresLittérature

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !