ACCUSES DE VOL, ILS SONT BATTUS ET BRÛLES VIFS (VIDEO)


10 Oct. 2012

Article paru dans l’intelligent d’Abidjan du 10 Octobre 2012 sous le titre L’ANIMAL DANS LA PEAU DE l’HOMME. Le lien de la vidéo à la fin de l’article.
Une des victimes
Après la mort de Cynthia Osokogu, 24 ans, assassinée par des «amis » rencontrés sur les réseaux sociaux, un autre crime secoue le Nigéria. 4 étudiants de l’Université de Port Harcourt ont été lynchés par quelques habitants d’une communauté. Tabassés pendant des heures jusqu’à perdre connaissance, puis brûlés vifs, les versions, comme toujours, divergent quant à la faute qu’ils ont commise pour entraîner un tel déferlement de violence. Les éléments récurrents sont un téléphone et un ordinateur qu’ils auraient tantôt volé, tantôt confisqués comme garantie chez un autre étudiant incapable de rembourser une dette. Chaque jour, de nouveaux éléments émergent et bien malin qui saura la vérité aujourd’hui.

Coupables ou non, criminels patentés ou non, est-ce vraiment la question que l’on doit se poser ici ? Où est passée l’humanité de l’homme serait une préoccupation plus pertinente. On est toujours prompt à se joindre à la mêlée dans l’exercice du mal. Battre quelqu’un à mort ou presque, le brûler vif pour un téléphone, un ordinateur ? Comment peut-on tomber aussi bas dans l’échelle de l’évolution ! 
«Qui vole un oeuf, vole un boeuf ! » dit-on. Mais parfois le voleur n’est même pas celui qu’on croit. Le vrai coupable est là dans la foule, criant plus fort que les autres « A mort ! Brûlons-le !». La peur de se tromper de cible, de faire du mal à un innocent devrait nous rendre plus scrupuleux. Mais non ! Le présumé voleur doit payer pour tous ses collègues comme le démontre la phrase servie à ceux qui essaient mollement de protester: « Est-ce que voleur a pitié ? Cela se voit que tu n’as jamais eu affaire à des voleurs ». 
Alors, même ceux qui ne savent pas qui a volé, qui a été volé et ce qu’il a perdu, se joignent au mouvement avec hargne, pas pour conduire les suspects au poste de police mais pour se rendre justice eux-mêmes.
 Combien d’histoires de ce genre se sont passées ici, en Côte d’Ivoire, sous nos yeux ? Et je ne parle même pas de la crise de 2011 ! Des gens qui se font déshabiller en pleine rue, écraser la tête avec des morceaux de briques, brûler avec des pneus et du pétrole… des gens à qui on fait des lavements forcés avec de l’acide. Il y a des communautés qui sont expertes et réputées dans l’art de torturer celui qui a le malheur de venir chaparder dans leur zone. 
Le pire ce sont nos réactions face à ce genre d’actes. Soit on les applaudit en arguant que si tout le monde agissait ainsi le pays serait un havre de sécurité, soit on souhaite que les auteurs subissent la même chose. Sommes-nous finalement mieux que les autres ? Combien de temps avant que l’animal caché derrière cette peau humaine ne refasse surface ?
Ceux qui ont un coeur solide peuvent Cliquez ici pour voir la vidéo!. Moi je n’ai pas eu le courage de la regarder. Je ne la publierai pas sur mon blog non plus. On dit que les images sont insoutenables, atroces. C’est à vos risques et périls.
categories Chroniquescoup de gueule

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Un commentaire sur “ACCUSES DE VOL, ILS SONT BATTUS ET BRÛLES VIFS (VIDEO)

  1. Parce qu'en plus il y a des gens pour filmer des choses comme ça plutôt que de porte secours? on devrait porter plainte contre l'auteur de la vidéo pour non assistance à personne en danger pffff le monde est fou !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.