Achat en ligne: prudence


26 Sep. 2014

achat en ligne

Comme bon nombre d’entre vous certainement, je suis membre d’une multitude de groupes sur Facebook. Dans certains cas je me suis inscrite délibérément, mais la plupart du temps, l’ajout c’est fait contre mon gré. J’ai donc bien du mal à suivre les mises à jours, surtout quand je n’ai pas vraiment d’affinité avec la thématique principale. Cependant depuis quelques temps, je suis activement les mouvements, de groupes de vente notamment, et je dois dire que ce que je vois m’inquiète.

Les réseaux sociaux sont devenus une mine d’or pour les commerçants, qui peuvent écouler leurs produits sans avoir besoin forcément de posséder un local, ou d’engager de grands frais de communication. Pour les vendeurs donc, je ne m’inquiète pas beaucoup. Ma préoccupation majeure se situe au niveau des clients.

Il se vend de tout sur les groupes et tout le monde n’est pas forcément honnête. Quand comme moi on réalise que les vêtements rivalisant de beauté qu’on a vu en ligne sont en fait toujours beaux en vrai mais d’une qualité qui laisse à désirer, c’est triste. Quand comme cette jeune femme on voit que la chaussure qu’on a acheté s’effrite le lendemain de l’achat, c’est malheureux. Il y a ces clients tellement confiant qui font le transfert d’argent et n’entendent plus parler de leur interlocuteur. Néanmoins cela passe encore.

Et les produits de beauté ? On vend sur Facebook des produits pour tout, produits pour s’éclaircir la peau, pour aplatir le ventre, faire disparaître les boutons et les vergetures, des lubrifiants et j’en passe. Certains sont faits maison donc les vendeuses refusent de livrer leur secret de fabrication. Elles assurent juste que c’est bio, et il faut les croire sur parole.

Sans m’en rendre compte j’ai acheté un produit miracle qui s’est avéré être de l’huile de graine, huile que j’avais déjà en quantité industrielle à la maison. Ce jour-là je me suis dit que si la vendeuse s’était assise dans sa cour arrière pour mélanger des produits nocifs, je n’allais avoir que mes yeux pour pleurer face aux dégâts. J’ai vu des personnes vendre des écorces et des racines d’arbres assurant qu’elles faisaient X ou Y. D’autres commercialisant des pommades dans des conditionnements banalisés.

Le fait est que internet bouleverse nos codes usuels de méfiance. A force de voir les photos des uns et des autres sur les réseaux sociaux, de lire leurs statuts, de partager donc leur vie, on a cette fausse impression de déjà-vu, de proximité. Voir que quelqu’un est l’ami de notre ami est de nature à rassurer, même si on sait tous comment se créent les liens d’amitiés sur le réseau social. On a l’impression de tous se connaître, de faire partie d’une grande et vaste famille. Mais chaque famille a son mouton noir. Alors c’est bien beau d’acheter en ligne, en quelques clics on a ce que l’on veut, parfois même livré à domicile. Mais ces personnes même que nous accueillons dans nos maisons, qui peut juger de leur bonne foi ? A ce niveau la menace pèse également sur les vendeurs. Quelle assurance vous avez sur la moralité du client qui vous invite chez lui avec vos produits? Soyons donc aussi prudents dans nos échanges en ligne que nous le ferions dans la vraie vie.

categories 225newsDébatInspirés

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.