La banque mondiale présente son 6ème rapport et récompense les meilleures contributions des élèves


12 Fév. 2018

Le Jeudi 8 Février 2018, l’auditorium de la primature a servi de cadre à une double cérémonie. Il s’agissait d’une part de présenter le Sixième Rapport  sur la situation économique en Côte d’Ivoire  réalisé par la Banque Mondiale et d’autre part de récompenser 4 élèves pour la qualité de leurs réflexions sur le développement économique et social de la Côte d’Ivoire, à l’issue d’une compétition organisée par le bureau de la Banque mondiale à Abidjan.

Présentation du rapport économique

Ce sixième rapport sur la situation économique en Côte d’Ivoire s’interroge sur comment le pays pourrait rattraper son retard technologique, car malgré les progrès réalisés depuis la sortie de crise en 2011, la majorité des entreprises ivoiriennes restent aujourd’hui moins productives que leurs concurrentes des pays émergents.

Des solutions proposées , trois axes majeurs ressortent :

-Encourager la diffusion des nouvelles technologies avec une ouverture sur l’extérieur;

-Renforcer les capacités locales;

-Renforcer la connectivité tant physique que virtuelle car l’innovation s’accélère avec l’échange de bien, de services, de personnes et surtout d’idées..

 « Cette  triple stratégie, qui est déjà à l’origine du succès des transferts d’argent par téléphonie mobile et de leur expansion actuelle sur tout le continent, aiderait les entreprises ivoiriennes à être plus compétitives et à créer des emplois productifs pour une main-d’œuvre en expansion rapide. Elle viendra soutenir les excellents résultats obtenus par le pays ces dernières années.  », explique Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire.

En effet, si la Côte d’Ivoire demeure l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique avec un taux de croissance du PIB qui devrait atteindre 7 % en 2018 et 2019, il est impératif et urgent de conforter  cette rapide croissance tout en la rendant plus inclusive. Pour se faire, le pays aura besoin de s’appuyer sur un secteur privé plus performant, produisant plus et mieux, en vue de créer les emplois productifs dont la jeunesse ivoirienne a tant besoin. Le secteur privé devra donc se moderniser en adoptant puis en adaptant les nouvelles technologies.

L’expérience des pays est-asiatiques et de certains pays africains montre, à titre d’illustration, que l’émergence économique repose avant tout sur la technologie.

Remise des prix

La compétition « A l’écoute de nos enfants » a vu la participation de 14 élèves venant de 5 établissements scolaires:

– Le Lycée Djédji Amondji Pierre des 220 Logements;

– Le Lycée Moderne de Koumassi;

– Le Lycée Municipal de Port-Bouet;

– Le Lycée Moderne de Treichville;

– Le Lycée Moderne Yopougon-Andokoi.

Elle consistait pour les participants à élaborer des réponses à la question suivante : « Sauf peut-être pour votre téléphone, l’Afrique accuse un retard technologique. Comment la Côte d’Ivoire pourrait faciliter l’acquisition de nouvelles technologies à ses entreprises et ses citoyens ? ». Ce thème a été inspiré par le sixième rapport économique de la Banque Mondiale évoqué plus haut.

Les lauréats par ordre de mérite sont :

– Mlle Hélaise Anuella Marie-Ange, en classe de 1ère A2 au lycée municipal de Port-Bouet;

– M. Sangaré Mohamed Lamine élève en classe de Tle A2 du lycée moderne de Treichville;

– M. Kakou Jean Stéphane élève en classe de 1èreD Lycée moderne de Koumassi;

– Mlle Doumbia Massandjé Sarah élève en classe de 2nd A2 au lycée municipal de Port-Bouet.

Cette initiative de la Banque mondiale vise à stimuler la réflexion et le dialogue au sein des principaux acteurs du pays, notamment de la jeunesse, autour de thèmes qui vont façonner la Côte d’Ivoire de demain.  La qualité des réponses proposées par les élèves, en particulier par les gagnants, prouve qu’il n’y a pas d’âge pour apporter des idées novatrices, auxquelles par ailleurs les adultes et experts n’auraient pas nécessairement pensé.

L’essai de la lauréate peut être consulté en cliquant sur ce lien https://blogs.worldbank.org/nasikiliza/fr/comment-la-cote-divoire-pourrait-faciliter-lacquisition-de-nouvelles-technologies-a-ses-entreprises

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.