Le blanc de la coiffeuse


20 Jan. 2015

innovation-710x270

J’étais assise innocemment dans ce salon de coiffure quand les bonnes dames se sont mises à converser. C’est donc sans le vouloir que mes oreilles ont capté cette discussion entre les deux coiffeuses et une autre cliente, visiblement leur amie.

Tout porte à croire que celle préposée à l’entretien de mes cheveux a une affection particulière pour un type d’homme. Elle rêve d’avoir une relation avec un « blanc ». Pour elle, les blancs sont le nec plus ultra en matière d’hommes. Ils savent prendre soin des femmes, contrairement à nos frères noirs qui ne font qu’accabler la gente féminine de corvées, sans savoir qu’il faut la dorloter et être à ses petits soins. Son autre souhait le plus ardent, qui est même prioritaire sur l’envie de se marier avec un blanc, est celui d’avoir un enfant d’un blanc.

« Quand tu fais un enfant avec un blanc, il ne refuse jamais la grossesse. Ce sont les noirs les spécialistes de « ce n’est pas moi », « j’ai fait une fois seulement ».

Les autres ont essayé de lui dire qu’elle ne connaissait pas tous les blancs. Et qu’il y en avait aussi de faux comme le témoignaient les télénovelas et certaines aventures vécues par des jeunes dames écumant les cybercafés à la recherche de l’âme sœur à la peau claire. C’était sans compter la détermination de l’autre.

« Celles qui vont dans les cybercafés là n’ont rien compris, c’est au début que ça marchait. Et puis, de toutes les façons, si le blanc refuse d’accepter l’enfant, j’aurai au moins un enfant métis. ça me suffira. Ils sont trop mignons. »

Et sa collègue de rire.

« Il faut laisser celle-là quand on lui parle elle n’écoute pas. Je te dis de faire un enfant avec un noir. Si tu veux tu vas le « tchatcho » après. Affaire de blanc est trop compliqué. Entendez par « tchatcho », lui éclaircir le teint avec des produits.

Et la cliente amie de rajouter son grain de sel.

« C’est comme ça elles font et puis quand elles ne trouvent pas de blancs elles vont sauter sur les Mauritaniens là ».

« Mauritanien même est bon. Celle-là, je suis sûre qu’elle finira avec un Sénégalais ».

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

3 thoughts on “Le blanc de la coiffeuse

  1. Lol. Ah, il y a des blancs qui font des enfants et apres rentrent rapidement au pays. Au moins aves les freres ivoiriens, ils ne vont pas trop loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.