CAN 2012 : LA FIN DU RÊVE IVOIRIEN


Le parcours sans faute des éléphants avaient donné le droit aux ivoiriens de rêver grand. Certains avaient établi la carte d’identité ivoirienne de la coupe. D’autres avaient confectionné des maillots arborant deux étoiles. La fête était déjà préparée, les jours fériés inclus dans le programme. On a vu des gens lancer des « On est à Mercredi », en quittant le bureau le Vendredi, convaincus qu’après la victoire des éléphants, il faudrait au moins deux jours aux ivoiriens pour cuver leur joie…et leur vin. Mais le réveil a été brutal. Les éléphants de Côte d’ivoire encore une fois reviennent à la maison les mains vides. Nos ministres auront couru sur le terrain pour rien au cours du match de gala. 
Avons-nous péchés par arrogance, par excès de confiance ? Etions nous trop stressés ? N’avons nous pas opéré les choix judicieux aux moments opportuns?…Le Dieu du foot n’était-il pas de notre côté tout simplement ? 

Les Zambiens avaient quelque chose à commémorer, la disparition tragique de leur équipe en 1993 dans un crash d’avion non loin des côtes Gabonaises. Mais nous aussi avions, dix ans de guerre et une crise postélectorale à oublier. Au décompte des morts, la Côte d’Ivoire aurait sans doute été championne. Mais le sort a tranché, cruel, intraitable, fatal. Nous rentrons déçus mais fiers. Nos joueurs se sont bien battus.
A quelque chose malheur est bon, cette sortie des éléphants enlève une grosse épine du pied de la société INTERBAT, qui n’aura pas ainsi à résoudre un véritable casse-tête chinois pour attribuer leur maison du « but décisif » dans une compétition qui se termine par une phase de tir aux buts.
 
Malgré que notre débâcle en finale soit l’oeuvre entre autres d’un Bété, un Dioula et un Baoulé, certaines personnes tentent encore de politiser le débat. Ces ignares, qui n’ont rien compris tant à la politique qu’au football ! Ces fanatiques d’un bord comme de l’autre qui n’arrivent pas à réaliser que les hommes passent mais que la nation reste. Le comportement de ces personnes est bien plus décevant que la défaite ivoirienne à cette CAN 2012. C’est la défaite de l’intelligence face aux manipulations des politiques.
Vous pourrez retrouver bientôt mes autres articles sur la défaite des éléphants sur www.caric-actu.com et dans L’intelligent d’Abidjan du Mercredi 15 Février. Dans le premier je parle de ces « ivoiriens » qui sont heureux que nous ayons perdu et dans le second, des formidables supporters qui ont pris ce coup du sort avec fair-play et se préparent déjà pour accueillir la coupe en 2013.
Stay Blessed !

Mise à jour du 15 /02/2012
Lire mon article Température d’après CAN sur CARIC-ACTU
Lire mon autre article sur Formidables ! Les supporters ivoiriens !

categories épopée ivoirienneSport

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.