C’midi: vie privée, télé publique


15 Juil. 2015

c'midi

C’midi une bouffée d’air frais dans le programme de la RTI 1. Une émission qui fait de plus en plus d’émules et pourrait même être un sérieux concurrent aux télénovelas.

Une bande de joyeux lurons, un décor impeccable, de belles couleurs, un public dynamique, des thèmes accrocheurs. Même si certains se plaignent que le concept est une reprise d’émissions existant déjà à l’étranger, force est de reconnaître qu’en Côte d’ Ivoire en tout cas, c’est novateur.

Je n’ai pas souvent l’occasion de suivre l’émission en direct. Heureusement elle est disponible sur la chaîne Youtube de la RTI 1. Alors quand mon temps et ma connexion me le permettent, je me délecte de quelques épisodes. J’aime particulièrement les thèmes orientés métiers ou qui mettent en exergue des tranches de vie insolite en donnant de vraies leçons. Je me rappelle encore de cet épisode qui parlait d’une ivoirienne arbitre de boxe ou de celui qui présentait un jeune homme passionné de danse classique. J’ai toujours en mémoire le témoignage poignant de la mère de cet enfant retrouvé mort et mutilé, victime de la vague de disparition d’enfants qui a frappé le pays.

Mais les derniers épisodes qu’il m’a été donné de voir me laissent perplexe. Des « stars » sont reçues sur le plateau et des réconciliations publiques orchestrées entre elles et des personnes avec qui elles seraient en de mauvais termes.

Le cas « Arafat-Tina Glamour », l’un des plus médiatisé, montre bien que ces réconciliations arrachées, non sous la torture, mais sous le feu des projecteurs, ne font pas forcément long feu et peuvent être des mascarades. Alors pourquoi?

Pourquoi venir exhiber à la télévision nationale des histoires privées, du linge sale qui devrait se laver en famille ? Récemment, l’émission « Show Time » de Didier Bléou a aussi servi de creuset à des règlements de compte médiatisés.De plus en plus d’émission nous proposent de voir les stars sous un autre jour, de les mettre « à nu ». Mais toutes les « nudités » ne sont pas belles ou bonnes à voir.

Erreurs de parcours, exceptions ou nouvelles tendances de la RTI pour reconquérir une audience plus portée sur les chaînes étrangères ? Côté audience, la recette semble fonctionner en tout cas.

L’un des corollaires de la longue crise que la Côte d’Ivoire a vécue semble être cet amour excessif des ivoiriens pour les potins, l’« affairage », voire le voyeurisme.

Les réseaux sociaux exacerbent encore plus ces « bad buzz » et c’est avec une joie « macabre » (permettez-moi l’expression), qu’on regarde les gens se crêper le chignon, se bouffer le nez, se traiter de tous les noms d’oiseau, se salir et être sali.

Ilustres inconnus devenus tristement célèbres ou célébrités tombées en disgrâce, tout est bon à prendre. Les chroniqueuses de C’midi même ne sont pas épargnées bien que leurs propres déboires ne soient pas mis à la Une de l’émission.

Toutefois, ma grande crainte est qu’on tombe dans la Trash TV ou « télé poubelle» et que ce soit notre télévision nationale qui s’en fasse le relais. On désigne par « télé poubelles » des émissions télévisuelles ayant « une valeur culturelle moindre ou nulle, et dont l’objectif essentiel est de faire de l’audimat à tout prix en jouant du parfum de scandale ou en proposant des sujets racoleurs, spectaculaires et sensationnels… ».

Un des exemples qui m’a le plus marqué reste le « Jerry Springer Show ». La première fois que j’ai regardée l’émission, j’ai eu toutes les peines du monde à admettre que c’étaient de vraies personnes avec de vraies vies qui venaient exposer leurs histoires sordides aux yeux du monde. Aujourd’hui encore une partie de moi veut croire qu’il s’agit là de vulgaires mises en scène jouées par des acteurs professionnels pour amuser la galerie.

On ne peut le nier, la plupart des scandales que la RTI met à nu sont des secrets de Polichinelle. Les journaux à potin en font déjà leur choux gras et internet est saturé de tous les rebondissements possibles, vrais ou inventés de toutes pièces. Cependant la télévision nationale publique doit-elle se faire l’écho de telles turpitudes ?

Let’s share !

categories Débat

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


8 thoughts on “C’midi: vie privée, télé publique

  1. La télévision nationale est la vitrine du pays…Nul besoin d’exposer la vie des uns et des autres et de transformer nos émissions en « Arbre à palabre »…Merci Yehni pour ce bel article, très bien écrit.

  2. C’pas faux
    La RTI cherche à reconquérir ses amours perdus, et cette émission semble lui permettre d’atteindre ses objectifs.
    La réalité est que nous « spectateurs » on a beau critiqué, finalement on est tous un peu voyeur, on aime bien regarder par la clôture du voisin pour voir ce qui s’y passe, et quand la vie est normale, on n’apprécie moins.
    Attachez vos ceintures quand, la libéralisation de la TV se fera vraiment, nos pauvres ÂMES et nos MŒURS subiront le BUZZ de la flopée de « télé poubelles » pour le plaisir de « l’Audimat à tout prix ».
    Merci Yehni

  3. Je voudrais faire une toute petite remarque à propos de l’usage que je crois fautif de l’expression « faire long feu » dans le cas « Arafat-Tina Glamour ».
    En effet, il est ecrit « … ces reconciliations… ne font pas forcément long feu… » Là, je crois bien que la negation n’a pas sa place. Faire long feu, c’est faire un feu de paille qui monte très haut et s’éteint vite. Ainsi, on dira que la Mega Star Alpha n’a pas fait long feu dans sa carrière artistique par contre Tchino Rem avec une seule production a fait long feu.
    Personnellement, j’admire cette auteure à travers sa page Twitter , son blog et aussi ma fiile cadette qui était à une de ses dédicaces.
    Ne soyez pas offusquée car vous êtes une plume d’avenir et j’ai appris que la norme est faite par les écrivains et les journalistes. L’Académie Française ne fait qu’enteriner les usages les plus admis et courants.
    Merci pour les vos regards sur notre société où l’irréverence, l’impudicité, l’insolence, la cupidité… sont des produits de consommation courants.

    1. Hello merci pour ton commentaire. Je ne le prends pas mal du tout. Cependant mes sources disent plutôt que « ne pas faire long feu » c’est ne pas durer longtemps ». Du coup je suis un peu perdue. Et que faire long feu c’est manqué son bu, ne pas partir (en parlant des armes à feu), du coup je suis un peu perdu.

  4. C’midi, une émission qui cartonne aujourd’hui, à travers le monde entier. Je suis fan, toute ma famille. J’ai une surprise pour Caroline et sa gang.
    Merci beaucoup c’est midi d’avoir mis la bonne atmosphère dans nos familles.
    Je suis malien et fier. Pas une émission de c’midi que je rate!

  5. C’midi,l’emition la plus ecoutee de tout l’afriqe ! quelle est le cecrer des chroniqueur?… ha ha ha!!! cetais juste pour riguole.maitenent les divitees veys sur vous et passez une tres belle emission demint! bizout aux chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.