Comment mon fils a été victime d’une erreur médicale


17 Nov. 2015

akecw2
Après

Il y a quelques jours mon fils a été victime d’une erreur médicale. Dieu merci on peut en sourire aujourd’hui, mais à l’époque c’était des nuits blanches et des journées d’inquiétude que je ne souhaite à personne.

Le mardi 03 Novembre, j’ai constaté une plaie sur le visage de mon fils. A la fin de la journée c’étaient deux plaies. La nounou l’a mis sur le compte de ses ongles trop longs et moi aussi. Il s’écorche parfois en dormant. Le lendemain ses ongles ont donc été coupés. Malgré tout de nouvelles plaies ont fait leur apparition dont une derrière l’oreille que j’ai découverte avec étonnement. Sans doute, la nounou le lavait mal avons-nous pensé. Toujours pas disposé à aller à l’hôpital.

Le vendredi matin je décide de m’occuper de lui moi-même. Je constate alors un bouton étrange sur sa poitrine. Quand je touche ce bouton, la peau quitte et en dessous une plaie apparait. Je réalise alors que depuis le début ce sont ces boutons la cause des plaies. Malheureusement ils apparaissaient pendant la nuit et il avait fini de se gratter et de les casser avant qu’on ne constate les dégâts les matins.

Le vendredi 6 Novembre donc, direction une clinique pas loin de chez moi où j’ai déjà fait 3 ou 4 consultations avec un pédiatre réputé. Malheureusement ce jour-là cet homme n’est pas disponible. Vu l’urgence je vais quand même chez un autre docteur que je ne connais pas, dans la même clinique. La dame parle de champignons, de traitement sur trois semaines. Elle donne des médicaments. Franchement, je ne vais pas mentionner son nom dans cet article parce qu’en dehors de sa grossière erreur elle a donné des conseils intelligents pour l’épanouissement de l’enfant dans d’autres domaines. J’ose donc croire que les manifestations des champignons ressemblant à la maladie dont souffrait mon fils, elle a fait un faux diagnostic mais en toute bonne foi. Elle nous donne rendez-vous dans deux semaines. Si j’avais voulu l’écouter, je ne sais pas ce que le corps de mon fils serait devenu aujourd’hui.

Deux jours de traitements, aucune amélioration. Au contraire, ça empire. Les plaies deviennent plus profondes et se généralisent. Les yeux commencent à être touchés. Mon coeur saigne à chaque fois que je regarde mon enfant. Je ne sais même pas par où le tenir pour ne pas qu’il ait mal. Je crois que ça été la première fois de ma vie où j’ai prié pour être malade à la place de quelqu’un.

On cherche d’autres moyens de le soulager. Certains parlent de médicaments traditionnels. D’autres de nouveaux traitements pharmaceutiques. Il faut le couvrir de cendre de noix de palme, il faut le purger avec l’ail. Je ne suis pas pour tout ça. Finalement, on opte pour l’éosine en plus de la prescription du premier médecin. Evolution toujours aussi lente et l’enfant qui continue de souffrir avec apparition de nouvelles plaies. Dormir est un calvaire. Il a chaud. Des plaies suintent constamment le liquide contagieux qui ne doit en aucun cas toucher les parties saines.

C’est à ce niveau que mon époux, que Dieu le bénisse, décide qu’on aille voir un autre médecin. Pas un pédiatre mais un Dermatologue, le professeur Gbéri exerçant au Trade Center du Plateau. Dès que l’enfant arrive, les gens sont horrifiés par son aspect. Il passe en priorité. Le médecin détecte tout de suite qu’il s’agit d’un impétigo bulbeux.  Il rassure. C’est une maladie très contagieuse qui se propage rapidement mais finit tout aussi vite quand on a le traitement adéquat. En trois jours la plupart des plaies devraient disparaître. Il nous demande d’arrêter immédiatement tous les autres médicaments du premier docteur et nous en prescrit 3 nouveaux. A l’avenir, il nous conseille de voir un spécialiste en cas de problème spécifique de l’enfant et pas un pédiatre.

Dès la première nuit de traitement mon fils dort comme jamais depuis une semaine. Le matin aucun nouveau bouton. Assèchement des plaies et bonne cicatrisation. A l’heure où je parle son visage est celui de la première photo. Comme le dit sa nounou il s’agit à présent d « égaliser » son teint. Mais il est en pleine forme. Il a même cassé l’écran de ma tablette pour me prouver qu’il est de retour parmi nous. Je tire plusieurs leçons de cette expérience où heureusement il y a eu plus de peur que de mal.

1- Ne minimisez rien concernant la santé de votre enfant. Il vaut mieux être un parent ridicule à l’hôpital qui s’inquiète pour rien que de risquer de perdre son enfant ou de le voir marquer à vie. Nous qui avons en plus des assurances, n’avons aucune excuse pour traîner les pieds.

2-Si vous ne voyez pas d’amélioration après une prescription médicamenteuse, n’hésitez pas à retourner vers le médecin.

3- Si vous n’êtes pas convaincus de la prescription du médecin, n’ayez pas de scrupules à demander un autre avis et surtout celui d’un spécialiste.

4-On peut mettre des photos de soi souriant sur internet et vivre un drame personnel. Merci à tous ceux qui ont détecté la tristesse derrière les photos et qui ont eu une pensée pour ma famille et moi.

akecw1
avant
categories Confidencecoup de gueule

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


18 thoughts on “Comment mon fils a été victime d’une erreur médicale

  1. Dieu soit loué! Dieu merci tout rentre dans l’ordre…

    Mais dis, le medecin n’a pas donne les causes de cet impetigo? Est-ce un aliment, une plante ou autre qui cause cela?

    1. Il a juste parlé de contamination par un adulte sans doute qui avait les mains ou les vêtements contaminés. Visiblement c’est dangereux pour les enfants mais pas pour les adultes.
      Le premier medecin par contre avait dit que ce sont des champignons qui s’attrappent quand on joue dans la nature. A aucun moment elle n’a parlé du volet contagieux. Du coup j’ai envoyé mon fils dans un parc au moment où le mal était encore précoce. Je prie que les autres enfants là n’aient rien eu par notre faute.

  2. waouh yako Yehni je te sentais un peu absente mais je ne savais pas que c’était si grave,Dieu merci ton fils va mieux bisous a vous

  3. « Impétigo »!!! Que de mauvais souvenir ce nom me rappelle… J’imagine sans peine la douleur du Petit et ton désarroi. L’homme soigne et Dieu Guérit. Que Dieu protège nos enfants

  4. Ouh lala…pauvre cheri
    Tres contente qu’il aille mieux.
    Il faudrait peut etre signaler a la dame son erreur de diagnostic pour en prevenir d’autres.
    Bon courage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.