CONCOURS NATIONAL DE LITTERATURE : POESIE, NOUVELLE, LETTRE ET BANDE DESSINEE


Une autre bonne nouvelle pour les écrivains et…les dessinateurs.

Programme d’urgence pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale
Secteur des arts et de la culture – Projet sectoriel littérature

Thème : « La réconciliation nationale et la cohésion sociale par les arts et la culture »

Règlement

Article 1

Contexte

Dans le cadre du Programme d’urgence pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale, le Ministère de la Culture et de la Francophonie, en partenariat avec l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire (AECI), organise un concours national de littérature dans les genres suivants : poésie, nouvelle, lettre, bande dessinée.

Objectif général :

Par l’écriture et la bande dessinée, vecteurs de communication et registres essentiels des arts et de la culture, il s’agira d’amener les Ivoiriens à se retrouver autour des valeurs de découverte, d’échanges, de diversité, de solidarité humaine, de fraternité et de partage que la littérature exalte. Les participants devront situer avec pertinence la place de la culture dans le processus de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, pour une dynamique du développement de la Côte d’Ivoire En d’autres termes, il leur revient de traduire éloquemment le bien-fondé des valeurs morales, civiques et de coexistence pacifique qui fondent la communauté d’existence et le progrès social.

Objectifs spécifiques :

Ce concours littéraire vise à :
– promouvoir la création littéraire d’expression française ;
– contribuer à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale ;
– contribuer à l’éclosion d’un ivoirien de type nouveau ;
– promouvoir les valeurs de paix, de pardon et de réconciliation ;
– susciter un comportement civique et citoyen ;
– promouvoir une culture de paix ;
– déceler de nouveaux talents littéraires ;
– éditer les textes majeurs (trois premiers) dans chaque genre.



Thème et critères du concours

Article 2

Le thème de ce concours national est : « L’écriture au service de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. »
Le manuscrit devra être rédigé en langue française et écrit dans le respect des libertés et des droits de l’homme. Il est notamment interdit de mépriser les traditions et coutumes d’un peuple, de se rendre coupable de discrimination fondée sur l’ethnie, le sexe, la race, la langue, etc., et de toute propagande politique, religieuse et ethnique…
Le manuscrit devra être original, et n’avoir jamais été édité, ni publié, ni primé à d’autres concours littéraires.
Toute œuvre qui sera jugée non conforme aux prescriptions du règlement, sera éliminée d’office.

Article 3

En cas de constat avéré de plagiat d’œuvres ou de parties d’œuvres existantes, ou d’indices suffisants constatés par le Jury qui pourraient induire un doute sérieux sur le caractère original d’un texte, le candidat est immédiatement et irrévocablement éliminé du Concours.

Les candidats subissent seuls les conséquences juridiques des actes de plagiat ou similaires dont ils sont éventuellement responsables, en cas de publication de leurs textes.

Article 4

Le nombre de pages requis pour chaque manuscrit est de :
– Poésie : 1 à 10 pages
– Nouvelle : 5 à 15 pages
– Lettre : 1 à 10 pages
– Bande dessinée : 1 à 10 planches

Le concours est ouvert :

– aux nationaux ivoiriens, sans distinction d’âge, ni de sexe ;

Aucun candidat ne pourra s’exprimer dans les quatre catégories à la fois.

Article 5

Les textes doivent être impérativement saisis, recto simple dans un format A4, interlignage 1,5. La police de caractère requise est le « Times New Roman », de corps 13. Les feuillets doivent être paginés et reliés en quatre (4) exemplaires. Tout candidat qui ne respecte pas ces normes est éliminé d’office et sans appel.

Article 6

Un seul manuscrit relié, portera les nom, prénoms et adresse de l’auteur. Sous peine d’élimination du candidat, les trois (3) autres manuscrits ne devront porter ni de nom, de pseudonyme, ou d’adresse ni aucune mention personnelle permettant d’identifier l’auteur. Ils ne porteront sur leur première page que le titre et le genre.

Dès réception, un numéro sera attribué à chaque manuscrit par ordre d’arrivée. Le numéro d’ordre donné à l’arrivée du manuscrit sera reproduit sur le bulletin d’inscription avec les coordonnées de l’auteur. Le candidat recevra une copie de son bulletin d’inscription.

Un code sera affecté à chaque manuscrit qui devra garantir son anonymat auprès des jurés.

Article 7

Les candidats sont invités à envoyer leurs textes à la Bibliothèque du District sise au Plateau rue de la Mosquée du Plateau, ou à l’adresse mail suivante : aeci.concours@yahoo.fr, au plus tard le 5 novembre 2011. Ils pourront également le faire auprès des antennes régionales du Ministère de la Culture, ainsi que des radios régionales de proximité.

Les candidats doivent conserver une copie de leur (s) manuscrit (s). Aucun manuscrit ne sera restitué à son auteur. Toutefois, le Ministère de la Culture et de la Francophonie et l’AECI s’engagent à ne faire usage d’aucun des textes soumis au concours sans accord préalable de l’auteur. De même, aucun texte ne sera transmis à quelque organisme, société ou association, à quelque personne morale ou physique que ce soit, sans accord préalable de l’auteur.
Après la proclamation des résultats du concours, seuls les textes des lauréats sont conservés. Tous les autres seront détruits.

Article 8

Par leur participation à ce concours littéraire national, les candidats donnent droit d’office au Ministère de la Culture et de la Francophonie et à l’AECI de publier leurs textes dans un ouvrage collectif. Et ce, sans droits d’auteur quelconques. Toutefois, les textes à éditer feront l’objet d’un contrat d’édition, couvrant une période de trois ans (3) à compter de la date de la signature du contrat, entre les auteurs et les organisateurs du concours.

Article 9

Le personnel du Ministère de la Culture et de la Francophonie et les membres du jury, ainsi que leurs familles respectives ne sont pas autorisés à participer au concours.

Article 10

Monsieur FOUA Ernest de Saint-Sauveur, Ecrivain et Journaliste, Président de l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire (AECI), Membre du Conseil Consultatif Scientifique de la Culture, est le Président scientifique du concours. Il le supervise et apporte sa caution scientifique.

Le Jury est composé de dix membres. Il est totalement souverain quant à ses délibérations. Ses décisions sont sans appel.

Les textes sont évalués selon les critères suivants :
– Titre (pertinence, qualité et originalité) /2
– Genre (respect des critères) /2
– Littérarité (poéticité, caractère littéraire) /5
– Thème (Cf. Article 2 du règlement) /4
– Langue et expression /4
– Originalité /3

Article 11

Le jury est composé de :
1- Mme Hélène LOBE, Professeur à l’Université de Cocody, Département des Lettres Modernes.
2- Mme Mariame GBA, Professeur de poésie à l’Université.
3- Mme Regina YAOU, Ecrivain
4- M. FOUA Ernest de Saint-Sauveur, Ecrivain et Journaliste, président de l’AECI.
5- M. ANO Kouao Alphonse, Direction du Livre et de la Documentation, Ministère de la Culture et de la Francophonie.
6- M. Hyacinthe KAKOU, Direction du Livre et de la Documentation, Ministère de la Culture et de la Francophonie.
7- M. Auguste GNALEHI, Journaliste et Critique Littéraire.
8- M. Emmanuel TOH BI, Professeur à l’Université de Bouaké, Département des Lettres Modernes.
9- M. KOFFI Koffi, Enseignant du secondaire
10- M. Serge GRAH, Journaliste et Editeur

Article 12

Prix du concours

Pour chaque genre, 3 candidats sont nominés. Seuls les premiers de chaque genre sont déclarés Lauréats.
Toutefois, le jury se réserve le droit de ne pas décerner de prix dans un genre, s’il estime que les textes présentés dans ce genre ne correspondent pas aux exigences précitées ou sont de qualité insuffisante.
Sous réserve de la décision du jury, seuls les textes déclarés premiers de chaque genre seront publiés en un ouvrage collectif par les organisateurs.

Article 13

Les lauréats nationaux, au nombre de quatre (04), recevront chacun :
– Les premiers dans chaque genre : 1000.000 FCFA plus un ordinateur portable

Les nominés, au nombre de huit (08), recevront chacun :
– Les deuxièmes dans chaque genre : 500.000 FCFA
– Les troisièmes dans chaque genre : 300.000 FCFA
.
Article 14

Lancement officiel du concours : 21 octobre 2011
Date limite d’inscription de dépôt des manuscrits : 10 novembre 2011
Date de remise des prix du concours : 15 novembre 2011.

Article 15

Le Ministère de la Culture et de la Francophonie et l’AECI se réservent le droit de modifier le présent règlement si des contraintes extérieures les y obligent.

Les difficultés pratiques d’application ou d’interprétation du présent règlement sont tranchées souverainement par les organisateurs, sur consultation du Président Scientifique.

Le fait de présenter une œuvre au concours national de littérature et de bande dessinée, implique l’acceptation sans réserve du présent règlement.

Fait à Abidjan le 05 octobre 2011.

categories ConcoursLittérature

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


2 thoughts on “CONCOURS NATIONAL DE LITTERATURE : POESIE, NOUVELLE, LETTRE ET BANDE DESSINEE

  1. Enfin, une bonne nouvelle ! Les résultats du concours seront annoncés officiellement demain sur le site internet de l'AECI "ae-ci.org" à midi ! Restez à l'écoute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.