De Womey à Toutoubré !


23 Sep. 2014

polio

Il y a quelques jours les membres d’une mission d’information et de prévention du virus ébola ont été lynchés par la population, dans une localité de Guinée. Certains s’en sont tirés avec des blessures, d’autres n’ont pas eu cette chance.  Le 16 septembre, huit corps lardés de coups de machettes ont été découverts dans une fosse commune près du village de Womey, au sud de la Guinée. Parmi les victimes, le sous-préfet, trois journalistes et le directeur adjoint de l’hôpital régional de N’zérékoré. Pourquoi tant de violences? Parce que ces gens ne croient pas en l’existence de l’Ebola. Parce que des rumeurs disent que l’Ebola est une invention du gouvernement pour stigmatiser des régions, faire un trafic d’organes humains à des fins mystiques, un moyen pour les blancs de tuer les noirs. J’aurais compris que chaque villageois prenne ses jambes à son cou face à la menace, mais ils ont plutôt fait le choix de la brutalité.

En Juin 2014, Michel Dassé, un agent de santé communautaire ivoirien exerçant à Toutoubré (Gagnoa) était assassiné d’un coup de gourdin par une mère, qui refusait qu’il vaccine son enfant contre la poliomyélite. Pourquoi ? A cause de suspicions sur le vaccin.

Ah! Les affres de l’ignorance! L’éducation des masses reste un défi permanent qu’il faut impérativement relever pour un développement durable et une paix pérenne. Les gouvernements devraient perdre le sommeil à force de réfléchir à comment réduire la fracture intellectuelle entre les populations, réduire le taux d’analphabètes au maximum. Mais bien souvent, ils laissent se creuser le fossé, pour qu’une élite continue toujours de diriger, pour pouvoir manipuler la masse à satiété en période électorale, oubliant le long terme. Plus de 50% d’analphabètes, c’est plus de 50% de chance d’échouer dans la réalisation de son projet de campagne. C’est plus de 50% de chance de ne pas voir une bonne mesure prise de façon officielle effectivement mise en œuvre sur le terrain.

Certes il n’y a pas que les analphabètes qui sont ignorants. Mais ce serait déjà une bonne chose de faite. Sinon, le peuple continuera de périr et de tuer par manque de connaissance, par peur de l’inconnu, car la peur rend souvent agressif.

Selon la ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, la Côte d’Ivoire qui ambitionne de s’inscrire au nombre des nations émergentes à l’horizon 2020, doit relever le défi d’une lutte efficace contre l’analphabétisme en réduisant effectivement le taux de 51 % d’analphabètes à 35% en 2020. On attend de voir ça. On espère ça.

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.