DÉDICACE A LA LIBRAIRIE DELON DE BOUAKE


30 Juin. 2012

Deux jours de dédicace ont été organisés à Bouaké par les éditions Balafons avec une dizaine d’auteurs publiés chez eux. C’était le mercredi 27 et le jeudi 28 Juin à la Librairie Delon sous le parrainage du député Amadou Coulibaly. 

Les éditions Balafons nous ont assurés le gîte et le couvert. Et quel couvert ! Nous étions comme des coqs en pâte avec des mets succulents qui se succédaient sur notre table, agouti, pintade, poulet, poisson braisé… Et nous reliions une destination à une autre dans des véhicules qui nous étaient dédiés. 

Si je n’hésite pas à me plaindre de certains manquement de mes éditeurs je dois avouer qu’ils ont frappé fort cette fois-ci. Rien à dire à l’organisation de l’évènement. Que de bons moments passés dans la bonne humeur et la gaieté. 
Cet évènement a permis à la plupart des auteurs de la maison de se connaître, d’échanger autour de leur passion commune, le livre, et de la meilleure manière de le promouvoir. 
J’ai acheté 4 livres.  3 sont des ouvrages que j’ai lu au collège dans notre bibliothèque ou avec des amies. Les retrouver dans cette vieille librairie m’a accroché un sourire béat aux lèvres. Je m’y suis plongée avec délectation, me coupant malheureusement en même temps des débats. « Les Bimanes » et « Entre ciel et Terre » de Séverin Cécile Abega n’ont rien perdu de leur charme.
Une conférence de presse a clos l’évènement. Le petit bémol a été, à l’aller et au retour, le passage du cortège du Président de la République. Les routes ont été bloquées, nous obligeant à perdre des minutes précieuses. Ayant quitté Bouaké vers 16h30, c’est à 22h30 que j’ai regagné mon domicile, éreintée. 
La pluie qui tombait drue, le manque d’éclairage, et les tombes qui bordaient le chemin, n’étaient pas faits pour rassurer. Mais Dieu merci, aucun fantôme ou coupeur de route ne nous a pris pour cible. 
 A quoi répond d’ailleurs cette tendance à enterrer les gens aux abords des routes. Ça fait froid dans le dos, ces cimetières. 
Un petit incident avec l’écran de mon téléphone abîmé, collé par inadvertance par de la super glu dans mon sac, a été la fausse note au tableau. Les dernières photos de la journée du jeudi ont d’ailleurs pour la plupart immortalisées ma triste mine. Mais bon, ce n’est que du matériel. Nous sommes arrivés sains et saufs chez nous, le cœur réjouit et la tête pullulant d’idées nouvelles : c’est le plus important.

categories Littérature

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Un commentaire sur “DÉDICACE A LA LIBRAIRIE DELON DE BOUAKE

  1. Bravo mademoiselle, j’espère que ton exemple servira à beaucoup de jeunes gens de ton age; surtout aux jeunes filles et qu’elles comprendrons que la femme peut s’affranchir par son travail, et non en étant en compagnie du premier venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.