Et si je devenais mère au foyer?


10 Déc. 2014

Baby Steps

Hier, mon fils a fait ses premiers pas. Depuis son 7e mois, il se tenait aux meubles pour se redresser. C’était donc quelque peu prévisible qu’il marche aussi tôt. Mais, je n’étais pas préparée à ce que j’ai ressenti.

Mon fils aura 9 mois le 13 Décembre. Hier, il a fait ses premiers pas et je n’étais pas là. J’étais coincée dans un embouteillage quelque part, dans une voiture climatisée, heureusement. J’ai reçu ce SMS qui m’a bouleversée: « Eli fait ses premiers pas normalement oh ». J’ai senti l’émotion monter. J’ai failli fondre en larmes. J’ai fait de gros efforts pour ne pas pleurer. C’est fou. C’est bête. Je ne me qualifierai pas comme particulièrement sensible. Cela doit être un effet secondaire de la maternité.C’est peut être le mouvement des hormones qui fait qu’on se surprend à s’extasier devant les selles de bébé, parce qu’il a souffert de constipation pendant deux jours, ou qu’on fond en larmes pour une bonne nouvelle le concernant.

Je voulais être là pour les premiers pas de mon fils. Je devais être là. Avant d’être enceinte, je n’avais jamais envisagé abandonner mon emploi pour rester à la maison et me consacrer entièrement à mes enfants. Encore heureux dans mon cas, ma passion qui m’aide à beurrer les épinards peut être exercée partout. Pour écrire pas besoin d’une grande logistique.

Aujourd’hui encore je ne suis toujours pas prête à faire le grand saut. Si j’arrête de travailler pour les autres, je commencerai à travailler pour moi. Il y a fort à parier que de ce côté là également, je ne passerai pas mes journées uniquement à prendre soin de bébé à la maison.

Cependant, je comprends mieux les femmes qui décident du jour au lendemain de devenir « mères au foyer ». J’avoue, j’avais pour habitude de les juger durement. Je rejetais même la faute sur leur époux parce que j’estimais que seul l’égoïsme des hommes pouvait les pousser à demander un tel sacrifice aux femmes. Le sacrifice de leur carrière et de l’équilibre moral que donne le travail, qui procure l’indépendance financière mais aussi le sentiment d’être utile à la société. C’était à mes yeux l’expression de leur machisme: monsieur qui sort travailler et ramener la nourriture et madame qui reste à la maison prendre soin des enfants et de la famille.

A présent, alors que personne ne m’a rien imposé ou demandé, je mène quand même cette réflexion. Ma vision a nettement évolué et je sais que rester à la maison n’est pas synonyme d’oisiveté ou de défaitisme. Je crois que cela fait partie des mystères de la maternité: apprendre à s’extasier sur les petits rien de la vie, être plus tolérant envers les choix des autres.

categories Inspirés

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


3 thoughts on “Et si je devenais mère au foyer?

  1. Le dilemme mais je pense que l’on peut concilier parfaitement les rôle de femme au travail, mère et épouse: tout un programme il faut le reconnaitre…

  2. Tu as tout dit.La plupart des mamans actives éprouvent ce sentiment ma chérie.Il y a des fois ou on a envie de tout balancer pour rester avec ses petits amours!Et quand ton boudchou se mettra à pleurer les matins lorsque tu prendra la route du boulot?Nous,on est habituées oh!lool!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.