D’UN JOHN A L’AUTRE, LA LEÇON DU GHANA


13 Déc. 2012

S’il y a un pays qui a retenu l’attention des ivoiriens pendant la semaine écoulée, il s’agit bien du Ghana. Le 7 et le 8 décembre la population a été invitée à choisir ses représentants. Les différentes éditions du journal télévisé ivoirien s’en faisaient constamment l’écho, tout comme la radio, la presse écrite et bien-sûr la presse en ligne.

Pourquoi autant d’engouement pour une élection qui ne nous concerne pas directement ? Simple curiosité, souci de sécurité à cause de la proximité géographique ou inquiétude sur le sort des exilés qui y vivent ?

Il s’agissait pour ma part de savoir si ce pays,  maintes fois pris en exemple en matière d’aboutissement de démocratie africaine, après plusieurs années de régime militaire, saurait conserver son « titre ». Ces derniers mois nos exemples ont perdu quelques galons. Violentes manifestations pendant les élections sénégalaises, un Mali divisé en 2… Et je ne parle pas à dessein de la Côte d’Ivoire !

#Ghanadecides. C’était le hashtag à suivre sur twitter pour être informé en temps réel de l’évolution de la situation sur le territoire ghanéen et prendre le pouls de l’état d’esprit prévalant chez les supporters des différents camps.

Les supputations allaient bon train tout comme les conférences de presse du NPP, le parti du candidat Nana Akufo Addo. Son refus d’accepter les résultats se profilait déjà à l’horizon. Et c’est bien ce qui a eu lieu avant même la proclamation des résultats définitifs par la commission électorale. Selon lui il y a eu des fraudes.

Heureusement, un ton apaisé a prévalu. Les réseaux sociaux encore une fois ont montré leur utilité. Les appels au calme se sont multipliés et continuent aujourd’hui encore en rappelant à M. Nana Addo ses propres phrases de campagne : « Je ne veux pas qu’une seule goutte de sang soit versée pour que je devienne Président ».

La victoire de John Mahama, Président du NDC a fini par être proclamée officiellement par le Président de la Commission électorale Dr Kwadwo Afari Gyan. Dans son premier discours à la nation le nouveau John à la tête du peuple ghanéen s’est voulu rassembleur :

« Je compte sur le soutien de tous les ghanéens nous pouvons y arriver ensemble. »

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’être divisés. »

« J’invite tous les candidats à me rejoindre pour bâtir la nation. »

« A chaque fois que nous nous engageons dans la voie de la démocratie, c’est le Ghana qui gagne»

Les regards demeurent tournés vers son adversaire principal Nana Akufo Addo. Cependant, le Ghana semble bien décidé à nous donner encore une fois une belle leçon de démocratie. Qu’espérer sinon que ce pays continue sur cette lancée et se fasse emboîter le pas par ceux qui sont encore à la traîne ?

Vous pouvez suivre le nouveau président sur son compte twitter @JDMahama

categories ChroniquesQue deviennent-ils????

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.