Election Présidentielle: KKS face aux électeurs


15 Oct. 2015

kks

“Face aux électeurs” épisode 2, c’était hier. Dans le « fauteuil blanc » Konan Kouadio Siméon alias KKS qui tente pour la seconde fois de devenir Président de la République.

Côté journaliste

Excès de zèle ? Trac ? On aurait dit que la journaliste Sylvie Touré voulait en découdre avec KKS pour des faits survenus hors antenne. Une posture agressive et un ton tellement condescendant. Peut-être que forte des reproches faits à ses prédecesseurs, elle a voulu être plus dynamique. C’est louable. Seulement elle a été assez maladroite en interrompant régulièrement le candidat et ses propres confrères sur le plateau, exigeant parfois des chiffres qu’elle-même ne connaissait pas. D’ailleurs, la modératrice était si loin d’être modérée dans ses propos que le candidat a fini par lancer excédé : « Vous êtes dans votre rôle de défenseur du gouvernement, je vous comprends». Bien-sûr elle a crié à l’accusation.

Le deuxième journaliste Herman Guivé de la Radio Côte d’Ivoire, que l’on se rappellera pour ses grasseyements, n’a pas non plus fait baisser la température. Encore moins le 3e dont j’ai fini par oublier le nom. Je retiens cependant son sourire moqueur.

Ils ont juste réussi à élever KKS au rang de « martyr serein », augmenter son capital sympathie et réduire les lacunes de son programme par leur interrogatoire cavalier. Comparaison n’est pas toujours raison, vu que ce n’étaient pas les mêmes journalistes sur le plateau la veille. Mais, à aucun moment, je n’ai senti le respect qui avait été accordé au candidat Alassane Ouattara à l’égard du candidat Konan Kouadio Siméon.

Côté RTI

Mauvais casting des journalistes pour une chaîne suivie aujourd’hui dans le monde entier. Le pari est de réussir à trouver des personnes pugnaces tout en demeurant polies, audacieuses tout en restant professionnelles. Des personnes capables de travailler sous pression et de garder leur sang froid face à des débats d’une telle envergure. Celui qu’on devait entendre et comprendre c’était le candidat. Franchement j’ai entendu mais je n’ai pas bien compris.  Certes il a de nombreuses carences, mais aujourd’hui il peut user de l’attitude des journalistes comme prétexte pour en justifier certaines.

Une question d’un internaute a été posée. C’est bien, mais j’avoue avoir des doutes. S’ils étaient connectés, ils auraient très rapidement demandés aux journalistes de prendre une bouffée d’air et de mettre un peu d’eau dans leur vin.

 Côté Candidat

Le candidat Konan Kouadio Siméon avait une chose pour lui : un sang-froid à toute épreuve. Avec la sérénité de l’homme convaincu d’être investi d’une mission divine, il a défendu son programme de campagne jusqu’au bout. Il a commis de grosses bourdes dans la foulée comme avec le secteur informel ou le taux d’inflation. Le débat était haché, décousu et tournait un peu en rond. Incompétence des journalistes ou insuffisances du candidat, je peux tenter de résumer son propos à travers les points suivants :

  1. KKS se présente pour la 2e fois. Toujours dans la mouvance de l’appel divin qu’il a reçu pour réconcilier les ivoiriens. Tant qu’il n’aura pas atteint son objectif, il reviendra. Depuis 2001 où il a eu une vision sur les troubles qui auraient lieu en Côte d’Ivoire, il a sillonné en vain les organes aptes à empêcher la crise. Personne ne l’a écouté. Il a fini par comprendre qu’il devait prendre les rennes pour mener le pays à bon port. Il qualifie son entrée en politique « d’intrusion ».
  2. ADO veut nous faire croire que tout va bien mais la Côte d’Ivoire est un pays de paradoxes. Pendant qu’on parle de croissance, il y a la mauvaise gouvernance, l’insécurité et bien d’autres maux.
  3. KKS est très porté sur les valeurs intrinsèques de l’homme. Respect, travail, amour du prochain, intégrité. Intégrité qui lui a permis de refuser le chèque de 100 millions offert par ADO quand il n’a pas trouvé de base légale justifiant un tel décaissement. Il ne peut pas concevoir que des gens meurent dans des hôpitaux faute d’aspirine et qu’on offre de l’argent aux gens. Il insistera sur l’éducation civique.
  4. A ceux qui disent qu’il aurait pu injecter les 100 millions dans l’emploi ou la santé par exemple, il estime que agir ainsi voudrait dire qu’il accepte l’argent et l’utilise comme bon lui semble. Ce qu’il refuse.
  5. Pour KKS la formation est importante dans l’insertion des jeunes. Il prévoit aussi faire des facilités fiscales aux entreprises qui donneront leur premier emploi aux jeunes diplômés.
  6. Il va réduire l’immigration en favorisant la réinsertion des étrangers dans leur pays d’origine et demander aux ivoiriens de la diaspora de rentrer.
  7. Pirouette sur les chiffres et les données statistiques pour étayer ses propos. Il trouve certains indices encourageant mais ne se réflétant pas malheureusement dans le quotidien des ivoiriens. Il juge d’autres complètement farfelus, comme l’indice de sécurité que l’on dit aujourd’hui proche de celui de Genève. Lui-même a été agressé 3 fois en un an.

Paroles fortes

T5 ts

Ce soir , Henriette Lagou sera face aux électeurs..

#civelections pour vivre la campagne sur twitter

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


11 thoughts on “Election Présidentielle: KKS face aux électeurs

  1. Bien dit Yenhy, les Ivoiriens veulent comprendre et en savoir davantage sur le programme des candidats. ici, il ne s’agit pas de ruer dans les brancards. Les journalistes ont le devoir d’élever le niveau du débat à travers des questions au-dessus de tout partie pris. Malheureusement…

  2. Objective analyse.Je suis en phase avec le côté journaliste. J’avais les mêmes sentiments à l’écoute de la modératrice, un air dédaigneux, qui narguait à la limite le candidat KKS. J’ai aussi apprécié son calme légendaire et sa sérénité remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.