FIN D’ANNE 2012 : SE REJOUIR SAINEMENT POUR CELEBRER ENCORE !


Article paru dans l’Intelligent d’Abidjan du 26 Décembre 2012

Non, nous ne sommes pas morts. Le 21 décembre s’est avéré un énième canular sur la fin du monde. Et la ronde des jours continuant son ballet incessant, l’année 2012 tire lentement mais sûrement à sa fin. Pas de neige à Abidjan, mais plutôt de la lumière. Beaucoup de lumière grâces aux lampes LED du projet Abidjan perle de lumières et à la Compagnie Ivoirienne d’Electricité quand elle le veut bien.

Riche ou pauvre, chacun essaie de participer aux festivités selon l’épaisseur de son portefeuille. A défaut, certains puisent dans le portefeuille des autres. Les vols augmentent toujours pendant les fêtes. C’est le lieu d’appeler la population à la prudence et les forces de sécurité à la vigilance.

La prudence est également de mise sur les routes. Un adage ivoirien dit « trop pressé arrive tard ». Cela signifie qu’en agissant dans la précipitation on commet des erreurs, on se retrouve dans des situations qui nous font perdre encore plus de temps. En vérité il arrive que «  trop pressé n’arrive pas du tout à destination », fauché par la mort.

Fin d’année est synonyme d’occasions multiples de faire la fête. Il n’est donc pas rare de voir des convois de personnes allant d’une boîte de nuit à l’autre, d’un restaurant à l’autre pour se distraire, enchaînant plusieurs destinations tout au long de la nuit. L’alcool coule à flot, la drogue même peut s’en mêler. Il suffit d’appuyer un peu trop sur l’accélérateur, de passer à un feu rouge pour se retrouver au boulevard des allongés, emportant au passage des âmes innocentes. On se souvient encore du grave accident de la route qui a emporté en juillet dernier des jeunes gens pleins de vie non loin de la piscine d’Etat de Treichville.

Pourquoi compromettre son avenir et celui des autres pour quelques heures de réjouissances ? Buvons modérément. Pas besoin d’être en état d’ébriété ou sous l’effet de drogues pour s’amuser. Noël et le Nouvel an se célèbrent chaque année. Mais on porte les séquelles d’un accident toute la vie.

La prudence s’applique aussi au niveau de la sexualité.  En toute conscience ou sous l’effet d’excitants, certains se livrent à la débauche. Encore une fois Noël et le Nouvel an se célèbrent chaque année. Mais le VIH on l’a dans le sang pour le reste de ses jours.

La période des fêtes de fin d’année doit être une occasion pour chacun de faire le bilan, célébrer les victoires, repenser aux échecs, analyser les erreurs, prendre de nouvelles résolutions et surtout tout mettre en œuvre pour qu’elles ne demeurent pas des vœux pieux.

La vie est une affaire d’endurance et non de vitesse. Qui veut aller loin doit ménager sa monture. Boisson modérée, prudence au volant, sexualité responsable…Joyeuses fêtes !

categories Chroniques

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.