FOOTBALL : FRATERNITÉ ET RÉCONCILIATION A L’HONNEUR


05 Fév. 2012

Je pensais que les ivoiriens qui continuaient de supporter les éléphants de Côte d’Ivoire, en plus d’être des « supers patriotes » avaient un côté masochiste refoulé. Après tant de défaites, tant de déceptions, j’avais du mal à comprendre leur engouement, jusqu’à ce que je découvre qu’il y a quelque chose de bien plus profond…
Je n’aime pas le football. Je regardais accessoirement des finales uniquement, pour m’assurer que j’avais droit au meilleur. La bande à Drogba, l’équipe des éléphants de 2006, cette équipe de « All Stars », avait réussi à me donner envie de passer 90 minutes de ma vie devant 22 gaillards entrain de courir derrière un ballon, sans que je ne ressente un profond sentiment de gaspillage…car le temps ne revient pas. Après 5 déceptions en 6 ans ( 3 CAN et 2 coupes du monde), nos « favoris », m’ont fait retourner à mes premiers amours….ou mes premières haines, tout dépend du côté où l’on se place. 
J’ai décidé pour cette CAN 2012 de ne pas regarder un seul match des éléphants. L’appétit venant en mangeant et comme nous sommes à l’ère de la mondialisation, j’ai élargi ma grève à tous les pays membres pour ne regarder aucun match. 
« Tu n’es pas patriote ! » m’a-t-on dit. Je suis plutôt le genre à avoir tellement de projets non réalisés que je ne veux pas que mon cœur lâche à cause des palpitations d’un match de CAN. Cause de la mort : Ballon ! Epitaphe : A un vaillant supporter des éléphants ? Safroulaye!
 Je me suis vite rendue compte que ma tâche allait être une mission impossible. Oui, je ne me suis pas assise devant un poste téléviseur. Cependant, via les réseaux sociaux et les clameurs de victoires et/ou de déceptions qui montaient des maisons environnantes, je pouvais dire avec certitude le score en fin de match . J’identifiais le maillon faible et les pièces maîtresses de chaque partie avec aisance. 
En plus, j’ai constaté qu’il y a des personnes qui n’aiment pas le football, qui ne croient pas vraiment à l’ivoirité de la Coupe cette année, mais quand même assistent à tous les matchs. Pourquoi ? 
Cette CAN est devenue un prétexte pour se retrouver entre amis, chasser le stress, et oublier les nombreux déboires du quotidien. On se donne rendez-vous dans un des nombreux maquis, restaurants, espaces gastronomiques de la place, pour regarder sur un écran géant l’équipe nationale. Ce ne sont pas les prestations « recto verso » des éléphants qui importent ici, mais la fraternité, l’échange. La possibilité de sauter dans les bras d’un LMP quand on est RHDP et d’oublier pour 90 mn, querelles et griefs politiques, est une occasion que chacun veut savourer à sa juste valeur. S’il y a une victoire en plus, ce sera une belle cerise sur le gâteau. Et les éléphants nous en donne des cerises ces derniers temps !
Il est vrai qu’il y a toujours des fanatiques qui veulent politiser le ballon rond. 
« Si les éléphants gagnent, cela voudra dire qu’ils étaient contre Gbagbo. »
« Les éléphants vont remporter la coupe parce que ADO a déjà tout payé. Vous pensez que les ministres ont joué le match de gala là cadeau ? »
« Si les éléphants gagnent, c’est tout aussi bien, il y a de fortes chances pour que le Président meurt l’année prochaine. Souvenez-vous en 1992 ! »
Ces personnes, qui n’ont sans doute encore rien compris à la vie et à la « réconciliation sans le savoir de Banny » sont heureusement, je l’espère, en petit nombre.
Si la Côte d’Ivoire gagne, ce sera la victoire des ivoiriens, tout comme toutes les défaites précédentes ont été celles des ivoiriens qui, comme une seule veuve ayant fraîchement perdu son époux, ont pleuré toutes les larmes de leur corps et dormi de chagrin à 18heures.
Non, je ne regarderai certainement pas le prochain match, mais je serai heureuse, si le football pouvait ouvrir la voie de la réconciliation…la vraie !
Image : Caric-actu
categories ConfidenceSport

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


6 thoughts on “FOOTBALL : FRATERNITÉ ET RÉCONCILIATION A L’HONNEUR

  1. Prions que le football soit un facteur de rapprochement entre les ivoiriens durant ces 20 jours de CAN; ça sera déjà un grand pas.

  2. J’ai été touché par la profondeur de ce texte et je peux confirmer ces moments uniques de fraternité et de véritable union pour une seule équipe qu’on peut vivre partout à travers Abidjan. De parfaits inconnus qui jubilent ensemble, de vieux ennemis qui partagent une « bière » ensemble, …
    Ce sont des moments merveilleux qui rappelle à chaque fois combien je suis fier d’être Ivoirien !

  3. Merci, tous les ivoiriens devraient lire ces quelques phrases et comprendre que seule la NATION compte et rien d’autre. Je serai content que ça paraisse dans Fratmat .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.