GBAGBO VS OUATTARA: DE CHARYBDE EN SCYLLA


15 Déc. 2010

Nos deux assoiffés de pouvoir, se sont jaugés, provoqués, critiqués, insultés. Malgré le  fort soutien de la communauté international pour l’un et l’amour démesuré de ses partisans pour l’autre, malgré la fidélité et l’armement lourd des FDS pour l’un et des FAFN pour l’autre, nous savions que c’est à nous la jeunesse, le peuple que ces deux-là finiraient par faire appel. Nous, leur botte secrète.

Tôt ou tard, il leur aurait fallu de la chair à canon pour essayer leurs armes sophistiquées, une énième couche de sang pour arroser nos trottoirs et des cadavres pour boucher les nids de poules de nos routes.

Blé Goudé et son compère Soro Guillaume ont tous deux lancé l’appel aux ivoiriens. Blé Goudé l’a fait plus subtilement, sous sa casquette de ministre, en convoquant une « rencontre »  avec la  jeunesse, toute tendance politique confondue, pour discuter.  Soro Guillaume, lui a été clair, il a besoin des ivoiriens pour libérer la RTI.

Il semble que la bataille diplomatique soit terminée et qu’il soit temps de donner le feu vert à la violence, du moins du côté du RHDP. Blé Goudé est selon ces propres dires en mode « calme et travail' ».  L’appel à envahir les rues interviendra seulement quand la Côte d’Ivoire sera en danger : ce qui n’est pas le cas.
Ces adversaires ne constituent donc nullement une menace pour lui. Pourtant, tout le monde sait que cette rencontre qu’il organise un peu à-la-va-vite est un bon alibi pour tester son leadership et  vérifier sa capacité à mobiliser les foules, avant son compère Soro. N’est-ce pas là un moyen subtile de faire l’inventaire de ses troupes pour un affrontement éventuel et d’intimider la partie adverse? Personne n’aimerait se retrouver avec deux tondus et trois pelés dans la rue, en terme de nombre de partisans. 

De toutes les façons ces deux-là, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Blé Goudé pouvait le dire: « La Licorne nous connaît. Ce sont les casques bleus qui ne nous connaissent pas encore ». Ceci traduit bien qu’il serait prêt à faire appel à la jeunesse si besoin est.  Cette connaissance dont il parle, c’est celle de la couleur du sang des martyrs qui a été versé. Mais lui, la force Licorne ne le connait pas. Son sang est resté bien à l’abri dans ses veines et son corps est encore plein de vie. Bien caché, loin des balles et des chars, il disait sans honte que dans toute lutte il y a ceux qui pensent et ceux qui exécutent. Très certainement Soro Guillaume partage ce point de vue.

Mais ils ont raison. Ils ont raison de nous demander de sortir dans ces temps troubles. Notre vie ne compte pas. Nous sommes les exécutants. Comme le dit la chanson :« tuez nous on est beaucoup! Patriotes on est beaucoup! On peut pas finir…. »
Ivoiriens Yako!!!

Ils nous ont volé et ont pillés nos biens à satiété. C’est notre vie maintenant qu’ils veulent! Ce sont eux qui ont les entreprises, les magasins, les immeubles, les stations d’essence et autres. Nous, nous n’avons rien. Nous n’avons de ce fait, rien à perdre et nos vies ne valent rien.

Mais ce que je veux dire à Gbagbo, Alassane, Blé Goudé, Soro Guillaume et autres , c’est d’avoir pitié de nous. Eux ils peuvent envoyer leur famille et leur bien à l’étranger, pas nous.
Je ne suis pas contre le patriotisme. Mais le patriotisme doit animer tout le monde et concerner tout le monde. Il n’est pas destiné qu’aux pauvres. Il ne s’adresse pas seulement qu’à une couche de la population. Le patriotisme ce n’est pas que pour les militants: c’est aussi pour les responsables de partis.
Il ne suffit pas de dire: « J’ai demandé pardon pour la guerre. Je pense donc qu’il faut arrêter de pleurnicher dessus » , et puis venir demander aux gens de se tuer volontairement cette fois-ci!
Il ne suffit pas de dire à la télévision « Ce n’est pas normal! C’est pas normal! C’est pas normal! » et puis demander aux gens d’aller à l’abattoir.
Quand les différents appels seront confirmés et lancés en bonne due forme, et je suis sûre qu’il le seront, ce sera à chacun de choisir!
Que Dieu est pitié de nous!
categories 225newscoup de gueuleépopée ivoirienne

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

7 thoughts on “GBAGBO VS OUATTARA: DE CHARYBDE EN SCYLLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.