HIP HOPLITIQUE


http://www.3rrevelation.com/ le site officiel du concours

Ce Samedi 18 Avril 2009, a eu le lieu le lancement officiel du concours 3R Révelation. Bilan mitigé pour cette cérémonie innovatrice, qui a vu la présence, tout aussi génératrice de polémique, de notre très chère première dame : SIMONE EHIVET GBAGBO.
Une chose est sûre, et fait l’unanimité, il y a eut un grave problème d’organisation. Prévues pour 15 heures, c’est avec plus de deux heures de retard que les festivités débutent. Le public non plus n’a pas répondu massivement à l’appel ; la salle de 1500 places était très loin d’être pleine. Et pourtant, le concert était gratuit ! Qu’est-ce qui explique donc ce manque d’engouement ? Est-ce à dire que les ivoiriens n’aiment pas le rap ?
Selon nos sources ce désintéressement résulterait, de la non association en temps et en heure, à cet évènement, des artistes qui ont permis de faire revivre le rap, devenu pendant un certain temps, moribond. Car si 3rrévélation concerne le reggae et le R’NB également, c’est avant tout le rap qui est mis en exergue. Le reproche récurrent dans les discours est donc, l’inadéquation entre les réalités du rap ivoirien et la perception de la vieille génération qui a voulut organiser l’évènement sans vraiment associer ceux qui ont, plus que valablement pris la relève. En plus, plusieurs disciplines du rap telles que les grafittis et les battles n’ont pas été exploitées. C’est donc une image tronquée, erronée et quelque peu nostalgique du rap, que ceux qui ont fait le déplacement ont pu constater. Bref, le milieu du H.I.P –H.O.P est divisé et tous ceux qui se sont assigné pour mission de promouvoir ce style musical ont encore du pain sur la planche.
D’aucun dirait également, que la présence de la première dame à cet évènement, a politisé la cérémonie, restreint la cible visée et surtout empêchée les rappeurs engagés que la jeunesse adore (entre autres, GARBA 50, Billy billy….) de venir cracher tout leur sérum venimeux de vérité qui fait mal, mais qui soigne. Une chose est sûre, élan de gentillesse désintéressé ou stratégie pré électorale, comme le disent certaines mauvaises langues, la première dame était là, et ceux qui aiment le hip hop ont pris plaisir à la fête.
Retenons juste pour finir, cette phrase très marquante du plus intellectuel des rappeurs, vous l’aurez deviné, nous parlons de Kajeem, : « Quand on est poussière, il faut en prendre conscience et se mettre en tas. »

categories 225newsMusique

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

2 thoughts on “HIP HOPLITIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.