INFO OU INTOX ?


La tendance est à tout prendre en photo, tout filmer, puis jeter ces images et ces films en pâture aux internautes assoiffés d’informations. En un clic, elles font le tour du monde et retrouver leur source devient d’une difficulté inattendue. Cela donne lieu à des dérives et il convient d’attirer l’attention des uns et des autres sur le sujet. 
Le 22 mai 2012, Linda Ikeji, la blogueuse la plus célèbre du Nigéria, offusquée, publiait sur son blog les images d’une vidéo écœurante de deux enfants s’adonnant à des jeux d’adultes. Dans la même période plusieurs sites ont relayé l’information. Selon ces sources concordantes, il s’agissait d’une fille de onze ans et d’un garçon de quatre ans dans l’Etat du Delta précisément à Iyara Warri. Quelques mois plus tard, le 09 juillet très exactement, un site traitant d’actualités africaines, ayant plusieurs correspondants ivoiriens, situait l’affaire à Andokoi Kouté avec témoin à l’appui en ces termes : « Selon les informations recueillies sur place auprès de l’auteur de la vidéo que la rédaction de X a réussi à retrouver mais qui souhaitera garder l’anonymat compte tenu de l’ampleur qu’à pris la vidéo…». 

C’est à y perdre son latin. On finit par se demander qui dit vrai et qui fabule. Des élèves ivoiriens étaient surpris dans une classe en pleins ébats. Quelques mois après un site étranger récupérait l’affaire en localisant les auteurs dans son pays, avec quelques réserves heureusement. 
Pendant la crise postélectorale, les réseaux sociaux étaient inondés de photos horribles… Tapis dans les maisons, dans un environnement où tenir une conversation téléphonique révélait de l’exploit, la seule fenêtre sur le monde était l’ordinateur. A la surprise générale, une fois l’euphorie du moment passée, plusieurs images se sont avérées originaires d’autres pays. 
 Un internaute disait le 29 août, en montrant une photo mettant en scène des militaires torturant des hommes : « Cette photo était prise au nord du Nigeria. Mais je suis sûr que dans moins d’un mois, vous allez la voir dans la presse ivoirienne». Ça n’a pas manqué et il n’a pas fallu attendre un mois. Selon les affiliations politiques, la photo a parlé différemment sur internet. 
Quelle est cette course à l’information qui se nourrit de mensonges, et plus grave, de mensonges autour de faits tantôt macabres, tantôt répugnants ? Le jeu consiste-t-il à salir l’image de son pays au maximum, au point où on aille chercher des histoires sordides venues d’ailleurs pour se les attribuer ? 100 points pour l’Etat le plus dépravé et 200 pour celui où l’on commet le plus de crimes ? 
 Que chacun assume au moins ses propres turpitudes et n’aillent pas usurper celles de ses voisins. Tout ceci devrait appeler à la prudence. Faisons attention à ce que nous diffusons via nos pages, nos profils, nos sites internet. Vérifions nos sources autant que faire se peut. Que la désinformation ne passe par nous.
categories Chroniques

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


3 thoughts on “INFO OU INTOX ?

  1. Malheureusement beaucoup de nos co-citoyens croient, comme les anglaises disent, que ‘all’s fair in love and war’ [tout est excusable en amour et en guerre]. Ils s’en fout de la vérité – l’essentiel est que, dans la cour terme au moins, ca apporte quelques choses à mon groupe. Pour nous la société civile, une stratégie est de publier les images dès qu’on les trouve pour démasquer ceux qui veulent les utiliser plus tard. Dans chaque pays il y a des medias et des partisans d’un cote et de l’autre, mais il y a des règles respectés par tout le monde – qu’on peut mettre l’accent sur les vérités qui nous arrangent, mais pas sur les mensonges qui nous arrangent.

  2. Tout le monde s’adonne aujourd’ui à cette pratique de diffuser des photos ou des vidéos dans le but d’etre vu par le plus grand nombres d’internautes.Sachez que tout ce que vous mettez sur internet tombe dans le domaine public comme sur FACEBOOK.Vous n’avez donc plus aucun controle sur rien.Il n’y a plus de frontières entre la vie privée et la vie publique.Votre vie appartient désormais aux autres qui ont un accès libre à tout.Se mettre en scène pour pouvoir exister sur la toile.Tout le monde vous voit,tout le monde vous regarde,vous aime ou vous déteste au choix.Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle?à chacun d’en juger d’arreter ou continuer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.