Yali 2017: kneeling bus pour les personnes à mobilité réduite


kneeling bus

19 Juil. 2017

Sous nos cieux quand tu vois un bus penché sur le côté, c’est qu’il est plein de monde à craquer et ploie sous le poids des passagers. Pour employer l’expression consacrée par le nouchi ivoirien, on dira de ce bus qu’il est « bourré ». Aux Etats-Unis, c’est autre chose. Connaissez-vous les « kneeling bus » ? Le kneeling bus que je pourrais traduire littéralement par « bus qui se met à genoux » est en fait un bus qui a la possibilité de se pencher volontairement sur le côté. Cette aptitude lui permet de se rapprocher du niveau du trottoir et donc de faciliter la tâche aux personnes âgées ou avec une mobilité réduite qui voudraient emprunter l’engin.

La façon dont les Usa ont réussi à intégrer les besoins des personnes handicapées dans le quotidien est louable. Rampes d’accès, places de parking spéciales, toilettes particulières, tout pour leur faciliter la tâche. Etant plus ou moins au fait de ces améliorations à Abidjan, je n’ai pas été vraiment surprise de les voir ici. Mais ce qui m’a émerveillée, ce sont les kneeling bus.

Kneeling bus
photo d’illustration d’un kneeling bus

J’ai eu la chance d’emprunter l’un de ces bus le Samedi 15 Juillet pour me rendre à Lehigh Valley Mall. Une dame en fauteuil roulant était à l’arrêt. Un bouton du tableau de bord du bus déploie une rampe qui  permet de faciliter la montée du fauteuil roulant dans le bus. Ensuite les sièges avant du bus sont repliables afin que justement la personne en fauteuil roulant puisse utiliser cet espace désormais vide pour s’installer. Et ce n’est pas tout. Il y a des harnais intégrés au bus avec lesquels le chauffeur immobilise le fauteuil en 4 points d’attache pour limiter les secousses que pourraient ressentir l’occupant de la chaise.

Et partout dans les Mall, en ville, dans les transports en commun, on retrouve des personnes à mobilités réduites qui se déplacent parfois toutes seules. Peu importe le lieu. Peu importe l’étage. Tout simplement parce que les conditions ont été créées pour qu’elles soient autonomes malgré leur handicap. Ces conditions qui peinent encore à être installées dans nos pays africains.

Le 8 Juin 2017, quand le président de la BAD recevait la cohorte 2017 des YALI ivoiriens, il disait ceci «Il ne faut pas non plus oublier les personnes handicapées. Incapacité physique n’est pas incapacité mentale. Toutes les forces vives doivent être mises à contribution.»

Oui, en ne prenant pas en compte ces personnes avec des besoins particuliers, ce n’est pas à elles seules que nous faisons du mal mais à nous tous. Donnons-leur une chance d’apporter leur pierre au développement.

kneeling bus

 

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.