La légende du sexe surdimensionné des noirs : la fin d’un mythe


18 Sep. 2014


SAMSUNG CAMERA PICTURES

« La légende du sexe surdimensionné des noirs ». Le titre de ce livre de Serge Bilé me fait sourire à chaque fois. Je ne l’ai pas encore lu, mais il ne perd rien pour attendre. Les noirs auraient donc un sexe surdimensionné, tantôt objet de convoitise, tantôt objet de stigmatisation. Mais diantre, d’où viennent alors toutes ces pancartes « développer sexe » qui ont envahi la ville d’Abidjan? On nous aurait donc vendu des illusions tout ce temps ? C’est un mythe que ces gens brisent ainsi, sans scrupules !

Au secours! Mes yeux ! Les feux tricolores, les poteaux électriques, les portails de cités et les garde-fous sont les endroits privilégiés de ces affiches. Heureusement que les auteurs ont la décence de ne pas montrer de clichés « avant/après » de leurs exploits. C’est à peine si on ne se lève pas un matin pour voir « développez sexe » sur sa porte, comme si le propriétaire de la maison avait exprimé un besoin.

Qui a bien pu dire à ces Messieurs que quelque chose cloche de ce côté ? Vous ne savez pas que Dieu ne donne pas à quelqu’un un fardeau qu’il ne peut pas porter ? Souvenez-vous de la chanson de Mathy dollar (même si elle a honteusement trahi ce crédo en se dépigmentant la peau). Il y a toujours quelqu’un quelque part qui aimera la morphologie dont la nature vous a doté.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Auparavant les femmes étaient la cible des vendeurs de pommades supposées grossir le postérieur et les seins. D’ailleurs cela continue. On les sait coquettes, soucieuses de leur apparence, quelques fois complexées et soumises au diktat de la mode, alors elles constituent la poule aux œufs d’or.

Ne me demandez pas qui a fait le sondage, mais la tendance semble dérouler le tapis rouge aux formes pulpeuses puisque par le biais de la chirurgie ( pour celles qui ont les ressources financières qu’il faut), de culotte push up (pour celles qui ont peu d’argent et n’ont pas hontes que monsieur découvre la supercherie le soir d’une nuit de noces) ou encore de pommades ou comprimés ( pour celles qui sont courageuses, vu que la composition de ces produits banalisés n’est connu que du vendeur seul), des femmes essaient de redessiner leur silhouette aux standards Awoulaba.

Il ne fait pas bon être mince quand tu sillonnes le marché d’Adjamé. Tu te feras à tous les coups apostropher avec des « la soeur y a pommade botcho » ou « madame, y a sein midi pile, tonton a déjà cravate » pour dire que les seins seront plus gros ou n’auront plus tendance à pendre vers le bas. Après avoir été traités avec le produit miracle, ils défieront plutôt les lois de la gravité.

Voilà que les hommes aussi sont devenus un filon juteux. Il y avait un vendeur ambulant à la Riviéra Palmeraie qui abordait les gens avec un « tonton, y a soutenir en bas hein ! ». Mais aucun homme ne s’approchait de lui. C’étaient les femmes qui venaient s’informer de temps en temps quand il commercialisait les produits qui les concernaient. Comme les hommes sont donc très discrets sur ce genre de choses (on ne touche pas à la virilité de ces messieurs, c’est tabou), les vendeurs de produits pour « développer le sexe » masculin usent de tactiques différentes avec eux. Une affiche placardée à un endroit stratégique, un numéro et la transaction se fait ni vu ni connu dans un endroit convenu ensemble.

Miss Swann, une esthéticienne ivoirienne dévoilait dans une interview accordée au journal le Nouveau Réveil en 2012, qu’elle recevait au moins 50 hommes par jour et à l’extérieur, jusqu’à 150 personnes par jour pour ce genre de besoin. Il y a tellement peu d’hommes qui souhaitent le contraire, faire maigrir leur sexe, que les recherches n’avancent pas sur le sujet.

Et je n’ai même pas encore parlées de celles sur « l’éjaculation précoce ».

categories 225newsInspirés

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

2 thoughts on “La légende du sexe surdimensionné des noirs : la fin d’un mythe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.