LA PLCC POUR LES VICTIMES DE CYBERESCROQUERIES


24 Avr. 2014

plcc

Il y a quelques années je recevais un SMS m’annonçant que j’étais l’heureuse gagnante de plusieurs lots (réfrigérateur, télévision et une coquette somme d’argent) car mon numéro avait été tiré au sort dans une loterie organisée par mon opérateur téléphonique. C’est avec joie que j’ai accueilli la nouvelle. Je suis même allée jusqu’à appeler le numéro joint au message pour avoir de plus amples informations. N’étant pas satisfaite par les propos de mon interlocuteur, j’ai demandé à ma sœur de contacter une de ses amis chez l’opérateur téléphonique, histoire de vérifier s’il y avait vraiment un tel jeu. Bien m’en a pris car elle a démenti l’information.

Aujourd’hui encore, les arnaqueurs continuent de sévir en utilisant cette méthode, alors que l’identification des abonnés devraient permettre de les retrouver facilement. Comment peuvent-ils être aussi zélés? Comme on le dit ici « sur qui ils comptent? ».

Une des raisons qui rendent difficile leur identification est la vente dans la rue, des cartes d’identité perdues ou volées. J’en parlais déjà dans mon article « Pièces d’identité à vendre » que vous pouvez lire ici. Le dernier coup de filet que la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité ( PLCC) a publié sur son site internet vient corroborer cela.

« Le cyberescroc a été interpellé avec en sa possession, une dizaine de cartes nationales d’identités différentes. Interrogé sur la possession de telles pièces identités, le cyberdélinquant a affirmé qu’il avait racheté ses cartes d’identités perdues à des marchands ambulants, dans la commune d’Abobo. Il les utilisait, afin de créer des comptes de transfert d’argent et souscrire à des abonnements de téléphonie mobile, afin de masquer sa véritable identité et réaliser ses forfaits. »

Moi qui ai perdu ma pièce d’identité depuis le mois de Février 2014, j’espère qu’on ne m’accusera pas un jour d’un forfait que je n’ai pas commis. En tout cas, avec les avancées notables de nos forces de sécurité dans la maîtrise de la technique du portrait-robot par exemple, j’ose croire qu’on saura m’innocenter.

Les victimes de cyberescrocs peuvent via un moteur de recherche sur le site de la PLCC (http://cybercrime.interieur.gouv.ci) rechercher un numéro de téléphone, un e-mail ou un pseudo impliqué dans une affaire de cybercriminalité. Elles peuvent également porter plainte en ligne en cliquant ici .

 

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Un commentaire sur “LA PLCC POUR LES VICTIMES DE CYBERESCROQUERIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.