La RTI, on l’aime ou on la quitte !


01 Oct. 2015

rti

8 candidats de l’opposition à l’élection présidentielle du 25 Octobre prochain ont décidé de ne pas participer à une série d’émission organisée par la Radio Télévision Ivoirienne (RTI) appelée « Vision pour la Côte d’Ivoire ».

Leurs raisons sont énumérées dans une déclaration disponible en intégralité en cliquant ICI.

Pour ceux qui ne sont pas trop fans de longue lecture elle dit en substance que la RTI a fait fi des propositions consensuelles retenues à la fin de débats houleux autour de l’organisation pratique de l’émission. Donc les candidats  « prenant acte de la volonté manifeste des autorités de la Radio Télévision Ivoirienne de continuer de priver les populations de la possibilité de s’informer sur les programmes et activités de tous les autres candidats en dehors de M. Ouattara, et refusant de cautionner un tel passage en force de la part d’un média de service public, les candidats Affi N’Guessan Pascal, Konan Kouadio Siméon, Essy Amara, Konan Banny Charles, Koulibaly Mamadou, Kouadio Konan Bertin, Kouangoua Jacqueline-Claire et Gnangbo Kacou ont décidé de n’envoyer aucun représentant pour participer à la série d’émission « Vision pour la Côte d’Ivoire ».

Position courageuse ou suicidaire,je vous laisse le soin d’en juger. Une chose est claire, la RTI est un outil incontestablement performant pour diffuser l’information. Sinon, les uns et les autres ne se plaindraient pas autant des injustices en terme de prise de parole des candidats. Mais refuser catégoriquement de participer au débat n’est-il pas se faire hara kiri? Comment le grand public pourra avoir accès aux différents programmes de campagnes, entendre et voir les potentiels futurs présidents à l’oeuvre dans un débat d’idées? Dans mon cas il y a trois candidats qui me sont totalement inconnus. Leur nom ne m’évoque absoluement rien. S’ils n’ont pas de lucarne en ligne, il me sera difficile d’en savoir plus sur eux. Or tout le monde n’a pas accès à internet et tout le monde n’est pas forcément fan des meetings politiques. D’ailleurs, pourront-ils en quelques jours parcourir toute la Côte d’Ivoire pour des meetings? Vivement qu’un terrain d’entente soit trouvé. Si pour une simple émission il est difficile de s’accorder, imaginons ce qu’il adviendra quand les résultats du scrutins seront proclamés.

Un des points que la RTI aurait validé avant de se rétracter est la diffusion de l’émission en direct. C’est clair que pendant un direct on ne peut pas tricher. Le différé c’est la porte ouverte à la censure ou même l’opportunité de toiletter le débat pour faire apparaître X ou Y sous son meilleur jour. Adieu les bégayements, les hésitations, ou les réactions épidermiques. Sur ce point je partage donc l’avis des candidats, un débat aussi important devrait avoir lieu en direct.

Qu’est-ce qu’il y a programmé à l’heure de l’enregistrement pour justifier un différé? On n’a pas besoin que tout le monde soit beau et mignon. On a besoin que chacun soit le plus vrai possible.

A jour J-24 du scrutin, cette nouvelle n’est pas de  bon augure pour une élection apaisée. Ce que, pourtant, nous appelons de tous nos voeux.

Crédit photo: la dépêche d’Abidjan

categories 225newsépopée ivoirienne

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

2 thoughts on “La RTI, on l’aime ou on la quitte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.