LE FILS DE BARRY KOULEBA (3)


Viviane avait dit la vérité à Barry ; tout le monde savait qu’il cherchait un fils. Dans la gente féminine, c’était un secret de polichinelle.
Viviane l’avait entendue au cours d’une causerie anodine, dans une boîte de nuit. Elle fréquentait souvent ce genre d’endroits. Elle n’en raffolait pas, mais ses copines appréciaient l’ambiance et il fallait bien vivre sa jeunesse. Elle ne se rappelait plus exactement à quel moment la discussion avait déviée sur le sujet. Mais sa cousine Urshulla, qui était de la partie ce soir-là, s’était mis à parler d’une de ses amies qu’elle traitait d’ingrate. Cette fille qui vivait pratiquement à ses crochets l’avait complètement oubliée une fois que l’ouragan Barry Kouléba avait traversé sa vie, détruisant les vestiges misérables de son ancienne existence pour lui en créer une nouvelle à coup de billets de banque. L’idiote n’avait pas été fichue de mettre au monde le garçon tant recherché et ne se retrouvait qu’avec une petite allocation. La petite allocation dépassait le triple du salaire d’Urshulla, mais cette dernière s’était quand même mise à rire de la déchéance de l’autre.
Quand elle avait appris à quel point sa vie pouvait changer si elle devenait la maîtresse de Barry, son cerveau s’était mis à tourner à plein régime. Elle avait mené de petites enquêtes. Barry Kouléba était propriétaire d’une boîte de nuit qu’il honorait fréquemment de sa visite ? Viviane y était tous les soirs. Barry inaugurait une école ? Viviane y était. Barry faisait ses courses une fois par mois au supermarché « LE HUPPE » ? Elle aussi.
Toutes les économies de Viviane y étaient passées. Un jour, le poisson avait fini par mordre à l’appât.
-Je ne crois pas aux coïncidences mademoiselle ! Soit vous me suivez partout, soit c’est moi qui vous précède !
-N’est-ce pas là la même chose ? Elle avait rit d’un rire calculé à la virgule près pour séduire.
-A une nuance près!
-L’essentiel c’est que le résultat est le même. Nous sommes en train de discuter.
-Dois-je comprendre que tout ceci était prémédité?
-Vous devez comprendre que vous êtes un bel homme et que vos admiratrices sont nombreuses !
Il avait souri.
-Et vous en faites parties ?
Elle avait souri à son tour, sans répondre. Il l’avait invité à prendre un verre.
Donner un garçon à Barry Kouléba était le défi de toute une vie ! Le défi de sa vie ! Et son plan de sortie définitive de la misère marchait bien. Depuis que Viviane lui avait annoncé sa grossesse, Barry était à ses petits soins. Il avait employé une servante pour prendre soin d’elle et délégué un  de ses chauffeurs-coursiers pour assouvir ses caprices de femme enceinte. Elle voulait manger des escargots braisés à 22 heures ? Moudassirou allait les acheter. Elle voulait boire spécialement le jus de Bissap d’une vendeuse de l’autre côté de la ville ? Moudassirou partait à la vitesse de l’éclair. Une fois, Moudassirou fatigué avait acheté le jus de bissap à l’autre bout de la rue et s’était assis dans une petite buvette pour passer un peu le temps et se relaxer.  Viviane s’était rendue compte de la supercherie et il avait failli être renvoyé. Il ne badinait plus avec les envies de sa patronne. S’il devait conduire jusqu’au Ghana pour lui acheter du pain sucré, il allait s’exécuter.
Barry venait régulièrement la voir et s’enquérir de son état et Viviane profitait de ces moments-là.
-Baba chéri, j’ai mal au dos !
-Ma pauvre chérie, que puis-je faire pour te soulager ?
-Viens me masser !
Barry la massait tendrement, délicatement, pendant de longues minutes, jusqu’à ce qu’elle lui dise de s’arrêter. Aujourd’hui le massage n’avait duré que quelques secondes. Elle l’interrompit.
-Merci Chéri! J’ai faim.
-Que veux-tu manger ma douce ?
-Je ne sais même pas! J’ai une envie forte de quelque chose mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus!
Barry la regarda, étonné.
-Comment est-ce possible?
-Je ne sais pas ! Cite moi les plats que ton enfant peut apprécier!
C’était la première fois que Barry entendais cela. Mais que ne ferait-il pas pour son héritier ?
-Pâtes ?
-Pas de pâtes !
-Hamburger ?
-Non !
-Pizza ?
-Non 
-Chawarma ?
-Non ! s’énerva-t-elle ! J’ai faim !
-Mais dis-moi ce que tu veux !
-Je t’ai déjà dit que je ne sais pas !
-Viviane tu ne trouves pas que tu exagères ?
-Ah bon ! J’exagère ! Quand tous les jours tu venais ici sous prétexte que tu voulais multiplier les chances de me mettre enceinte, tu n’exagérais pas ?
Barry poussa un profond soupir. Il espérait que toute cette fatigue n’était pas vaine ! Dans quelques jours ils avaient rendez-vous pour l’échographie. Il serait enfin fixé. Pour l’heure…
-Nems ?…Beignets aux crevettes ?
-Je veux manger une sauce graine avec des crabes poilus, annonça-t-elle au grand dépit de Barry. Il y a une femme qui fait ça très bien du côté de Bassam.
Il regarda sa montre, il était 20heures. Moudassirou était malade et ne reprendrait du service que le lendemain.
-Tu es sûre que tu ne veux pas autre chose ?
-Regardes comme ton fils bouge ! Touche, mets ta main sur mon ventre. C’est ce qu’il veut manger.
Effectivement l’enfant bougeait. Barry regarda à nouveau sa montre. Il avait promis à sa femme de ne pas rester tard dehors. Il soupira.
Il sortit au pas de course et monta dans sa voiture. Il démarra avant même d’avoir fini de fermer correctement la portière. Roulant à vive allure sur l’autoroute, il maudissait l’inventeur de la sauce graine aux crabes poilus. Son téléphone sonna. C’était encore Viviane. Si elle avait changé d’avis alors qu’il avait déjà parcouru plus de la moitié du chemin, la pilule allait avoir du mal à passer. Le téléphone glissa du tableau de bord et tomba sous le siège passager, la sonnerie continuait de retentir. Deux secondes d’inattention ! Des phares lui éblouirent les yeux, un bruit de klaxon strident et continu déchira ses tympans. Barry regarda pétrifié le 5 tonnes qui avançait à une allure folle à sa rencontre.

PAR YEHNI DJIDJI

Lire la quatrième partie
Lire la cinquième partie 
Lire la sixième partie 
Lire la septième partie  

categories Les petites histoires de YehniLittératureprivate property

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


3 thoughts on “LE FILS DE BARRY KOULEBA (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.