LE LIVRE DU MOIS JANVIER 2013: « JE FAIS UN RÊVE » DE MARTIN LUTHER KING JR


Jeudi 31 Janvier 2013, une conférence-débat s’est tenue au Centre de Documentation et d’Information de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire. Cette rencontre a eu lieu dans le cadre du programme le livre du mois 2013. C’est une plate-forme d’échanges et de discussion. 11 thèmes de réflexion soutenus par 11 livres des éditions « Nouveaux Horizons » à découvrir via des débats, tables rondes, visioconférences et discussions.

Pour le mois de Janvier 2013 c’est le livre « Je fais un rêve » recueil de plusieurs discours de Martin Luther King Jr qui a été sélectionné.  C’était aussi une manière de célébrer la journée de Martin Luther King Jr. Deux orateurs avaient la charge de nous entretenir: Madame Huguette Kragbé, concepteur-rédacteur à Océan Ogilvy, et Monsieur Landry Kuyo, consultant juridique fondateur et directeur général du groupe Quartagena une entreprise d’édition en ligne. Ils nous ont fait des exposés d’une dizaine de minutes sur le prophète de la justice et de la paix avant de se prêter à la séance de questions modérée par Monsieur Soundelé Djé.

Le triomphe de la non violence et la radicalisation du mouvement de Martin Luther King Jr sont les thèmes qui ont été développé à la lumière des 10 textes essentiels parmi les plus beaux du pasteur noir. On l’appelait l’homme de rêve et on a voulu tuer le rêve en 1968. Cependant, quarante ans plus tard, le rêve court toujours. Martin Luther King disait  » la non violence est une épée qui guérit. Elle tranche sans blesser et anoblit celui qui l’utilise ». Avec cette arme redoutable il prêchait une amélioration de la condition des noires mais également de toutes les minorités et des pauvres. « Black is beautiful » était un de ses slogans pour encourager les noirs à retrouver leur amour propre. La non violence de King n’est pas de la lâcheté. Elle consiste à utiliser contre la violence, tous les moyens de pression non violents pour créer une tension telle que l’adversaire sera obligé de s’asseoir à la table de négociation.

Malheureusement, le pasteur plantera lui-même les germes de sa mort en abandonnant les discours conciliateurs et doux pour adopter une position plus radicale. En dénonçant la politique étrangère américaine dans la guerre du Vietnam, en appelant surtout les noirs à boycotter les produits et services des blancs (dont le retrait de leurs capitaux des banques appartenant à des blancs) dans ce contexte peu favorable, il savait qu’il écourtait son espérance de vie. Son dernier discours à l’allure prémonitoire le démontre très bien. On pourrait se demander si l’incursion politique de King n’était pas en contradiction avec sa fonction de Pasteur. Non, par ses prises de position, il accomplissait sa mission première de guider les brebis du Seigneur et leur proposer une espérance à travers les âges.

Martin Luther King Jr est mort, mais son héritage reste vivant. Cet héritage c’est le rêve qu’il nous laisse et qui manque tant aux pays africains.  Ce rêve atemporel demeurera pour l’éternité le partage de tous les assoiffés de justice et d’équité. Chacun doit devenir le Martin Luther King de son entourage pour insuffler un vent de changement positif. Tout le monde peut devenir Leader parce que tout le monde peut servir.

Le livre du mois prochain est « Comment on devient maire » de D.L Tucker. Pour ma part, je lorgne plutôt la rencontre de Mars autour du livre « Devenez un grand leader » de Steven Stample.

categories CultureLittérature

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.