Les 157 promesses d’ADO aux ivoiriens


28 Oct. 2015

ado

Il menait le match dix à zéro. Il a fait une passe à 100 millions de francs cfa à ses adversaires pour épicer un peu le jeu. En vain. Le président sortant entre de nouveau et se succède à lui-même. Le score fleuve dans presque la totalité de région, qui lui consacre un taux de réussite de 83,66% ; finit de démontrer que l’unité est toujours préférable à une évolution en rang dispersé. Désormais on sait que quand l’appel de Daoukro sonne, ceux qui ne le décrochent pas vont vers une défaite certaine et il en sera ainsi tant qu’une opposition forte n’émerge pas à l’horizon 2020.

Chose étrange, la population n’a pas jubilé à l’annonce de ces résultats. Sans doute les effets d’une campagne gigantesque aux allures de célébration prématurée.

Après l’euphorie il faudra se (re)mettre au travail. Pendant la Campagne le candidat-président a mis l’accent sur son bilan positif et ses réalisations qui ne sont pas négligeables. Il a aussi fait des promesses qui plus que jamais sont des dettes, compte tenu du fait que se sera son dernier quinquennat.

Après consultation de son site internet http://avecado.ci/ et de ses supports de campagne voici 157 promesses faites par Alassane Ouattara pour son nouveau mandat. En gras, vous avez tous les objectifs chiffrés. Ceux qui n’aiment pas les longs textes pourront s’en contenter.

  1. 10 nouveaux ponts structurants, les 4ème et 5ème ponts d’Abidjan et les ponts de Soubré, Bettié, Cavally, Kouibly, …
  2. 1200 km de voiries, routes et autoroutes, dont le prolongement de l’autoroute du Nord jusqu’à Bouaké et l’élargissement du boulevard lagunaire et du boulevard de Marseille ;
  3. l’échangeur du carrefour Solibra ;
  4. un pont reliant directement les communes du Plateau et de Cocody dans l’aménagement de la corniche.
  5. la livraison du Centre de médecine nucléaire d’Abidjan ;
  6. la construction de l’Institut de Cardiologie de Bouaké – du centre d’oncologie médicale et de radiothérapie et de l’INFAS d’Aboisso ;
  7. la réhabilitation intégrale du CHU de Yopougon
  8. l’achèvement de la construction de 2 Hôpitaux Généraux à Angré et Kong ;
  9. la remise à niveau de l’Institut de Cardiologie d’Abidjan, ainsi que celle des hôpitaux d’Anyama, de San-pédro, de Soubré, de Duékoué, de Guiglo et de Danané, dont les travaux sont en cours.
  10. la réhabilitation de 30 établissements scolaires de référence ;
  11. la construction de 3 nouvelles universités à Bondoukou, Man et San-Pédro ;
  12. la création de l’université virtuelle de Côte d’Ivoire et l’aménagement d’une ville universitaire à Adiaké.
  13. la construction de 4 barrages hydroélectriques, de 2 centrales thermiques à charbon à San Pedro ;
  14. la livraison du barrage de Soubré ;
  15. la construction de plusieurs châteaux et stations d’eau.
  16. achever et mettre en service les deux premières phases du réseau national en fibre optique sur 5000 km ;
  17. Mettre en application la loi relative à l’exonération fiscale sur les matériels informatiques, tablettes électroniques et téléphones portables ;
  1. poursuivre et amplifier le projet « un citoyen, un ordinateur + une connexion » et créer 5000 cyber centres ;
  2. conduire le projet de gouvernance électronique de l’Etat, renouveler des licences mobiles et ouvrir la 4ème génération.

Justice et Droits de l’Homme

 

  1. réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature ;
  2. adoption d’un nouveau statut de la magistrature et des lois organiques des juridictions supérieures ;
  3. construction de juridictions de Commerce à Abidjan Sud, Bouaké et San-Pédro ;
  4. promotion et vulgarisation des modes alternatifs de règlement de litiges ;
  5. réforme de la carte judiciaire par la création de nouvelles juridictions et de nouveaux établissements pénitentiaires ;
  6. mise en place d’un système d’information et de communication judiciaire accessible aux citoyens ;
  7. adoption d’un projet de loi pour l’amélioration de l’assistance judiciaire et juridique ;
  8. renforcement des capacités opérationnelles de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI)

Bonne gouvernance

 

  1. renforcement des capacités de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance en vue de lutter avec plus d’efficacité contre la corruption ;
  2. renforcement du rôle et des moyens de l’Inspection Générale d’Etat et amélioration du suivi de ses recommandations ;
  3. mise en place effective de la Cour des comptes ;
  4. simplification des procédures administratives afin de réduire les risques de mauvaise gouvernance et de corruption et d’accélérer la délivrance des documents administratifs ;
  5. mise en place du Fichier Unique de la Population ;
  6. accélération des réformes engagées pour l’amélioration du climat des affaires en collaboration avec nos partenaires au développement (Doing Business, Millenium Challenge Corporation, Open Gouvernement Partnership) ;
  7. accélération de la réforme des codes fonciers urbain et rural ;
  8. modernisation en profondeur du cadastre afin d’en améliorer la transparence et la gouvernance ;
  9. création des bureaux de crédit et de la centrale des risques afin d’améliorer la qualité du crédit bancaire ;
  10. actions de moralisation du système judiciaire, de lutte contre le racket et de contrôle interne de la gestion des affaires de l’Etat ;
  11. amélioration des infrastructures des tribunaux civils et de commerce ;
  12. mise en place d’une cour d’appel du tribunal du commerce ;
  13. amélioration de la gouvernance des Etablissements Publics Nationaux (EPN), des sociétés d’Etat et des sociétés à participation financière de l’Etat par une meilleure sélection des dirigeants, un accroissement du contrôle de leur gestion et des sanctions des gestionnaires ayant failli à leurs obligations.

Modernisation de l’administration publique et poursuite de la décentralisation

  1. mise en place du Système de gestion des projets, des statistiques et de la programmation des effectifs de la Fonction Publique ;
  2. déploiement du Système Intégré de Gestion des Fonctionnaires et Agents de l’Etat (SIGFAE) et de Gestion Electronique des Archives et des Documents (GEAD) ;
  3. promotion de l’E-gouvernance dans l’organisation de l’administration publique ; des services aux citoyens et dans les rapports avec le secteur privé et les usagers ;
  4. restructuration de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) pour tenir compte des nouveaux besoins de l’administration publique et des collectivités territoriales ;
  5. amélioration de la sélection aux concours d’entrée dans l’administration publique ;
  6. mise en place d’un cadre de formation continue pour l’accès à certainesfonctions suite à des concours internes ;
  7. simplification des procédures administratives en utilisant les technologies de l’information ;
  8. construction, réhabilitation et équipement des bureaux et résidences des Préfectures et des Sous-Préfectures ;
  9. construction et équipement des sièges des 31 Conseils Régionaux ;
  10. création de l’Institut National de Renforcement de Capacités des Collectivités Territoriales (INRCCT), du Comité National des Finances Locales (CNFL) et la réforme de la Fonction Publique Territoriale (FPT).


Défense et sécurité

  1. mise en oeuvre d’une loi de programmation militaire afin de rationaliser notre effectif militaire, de mieux équiper notre armée et de continuer à former nos hommes de troupe ;
  2. renforcement des capacités techniques de la police et de la gendarmerie, en augmentant la présence des forces de sécurité tant en zone urbaine qu’en zone rurale et en améliorant les moyens techniques mis à la disposition de nos forces de l’ordre ;
  3. renforcement du dispositif de lutte contre l’insécurité numérique en dotant notre police des compétences et des infrastructures nécessaires à la lutte contre cette nouvelle forme de criminalité ;
  4. lutte contre le terrorisme en renforçant nos contrôles aux frontières et notre coopération avec les états de la sous-région.
  5. Renforcement la gouvernance au sein de nos forces de police et de sécurité.

L’amélioration qualitative de nos produits

  1. collaboration avec le secteur privé dans le domaine agricole afin d’améliorer les variétés et semences ;
  2. accélération de la formation des planteurs aux meilleurs techniques agricoles.

L’expansion des infrastructures et zones industrielles

  1. mise en place d’un schéma directeur des routes permettant de poursuivre le développement du réseau tout en sauvegardant l’actuel ;
  2. sécurisation budgétaire du schéma directeur des routes pour son exécution ;
  3. finalisation de l’aménagement de 200 hectares de zone industrielle au PK 24 de l’Autoroute du Nord en partenariat avec le secteur privé ;
  4. accroissement de la capacité et amélioration de la compétitivité des ports d’Abidjan et de San-Pédro ;
  5. réhabilitation des zones industrielles d’Abidjan (Yopougon, Koumassi et Vridi) et de San-Pédro ;
  6. mise en place du cadre réglementaire sur les zones économiques spéciales / franches ;
  7. mise en place de zones économiques spéciales notamment sur San-Pédro, Bouaké et Korhogo ;
  8. réhabilitation de notre réseau ferroviaire pour le transport de marchandises ;
  9. soutien au développement des activités d’Air Côte d’Ivoire afin de positionner Abidjan comme le hub économique de la sous-région et de poursuivre l’amélioration de la mobilité intérieure.

La modernisation des secteurs traditionnels

  1. accélération de la mise en oeuvre de la loi foncière (délimitation des terroirs et délivrance des certificats fonciers) ;
  2. renforcement du professionnalisme dans le secteur agricole par la formation et la qualification des acteurs ;
  3. apport d’assistance technique aux paysans afin de les regrouper en coopératives,d’améliorer leurs techniques de production (optimisation de l’utilisation des intrants, maîtrise du stockage) ;
  4. développement de la transformation des produits vivriers en vue d’accroitre leur valeur ajoutée et de mieux intégrer cette agriculture au secteur de la grande distribution ;
  5. accélération de la construction des marchés de gros et de détail ;
  6. développement de la transformation locale des produits agricoles primaires (cacao, anacarde, etc.) ;
  7. développement de l’activité d’élevage (bovins…) et facilitation de son intégration dans la chaîne de la grande distribution.
  8. construction de zones artisanales dans certains quartiers afin d’y installer les artisans et les inciter à entrer dans le secteur formel ;
  9. soutien à l’accès au financement des artisans en partenariat avec les institutions de microcrédit.

La réforme du système financier

  1. finalisation de la mise en oeuvre de la stratégie de restructuration du secteur financier ;
  2. développement d’un cadre réglementaire et fiscal spécifique pour le crédit-bail afin de faciliter l’accès au crédit des PME ;
  3. adaptation des centrales de risque mises en place par la BCEAO aux besoins des banques ;
  4. développement de l’épargne dont celui à long terme ;
  5. développement du financement à long terme du secteur du logement ;
  6. développement du secteur de la microfinance et de la micro-assurance par les TIC et la professionnalisation des opérateurs ;
  7. accroissement des financements à moyen et long termes des banques commerciales pour une plus grande contribution à la croissance économique.

Le développement du secteur privé national

  1. développement de la culture entrepreneuriale et de l’innovation par la formation ;
  2. renforcement de capacités techniques et managériales des PME ;
  3. facilitation de l’accès des PME aux financements et aux marchés publics ; en partenariat avec le secteur privé, développement de champions nationaux dans les secteurs stratégiques de l’économie porteurs de croissance : le BTP, les TIC, les industries de transformation et les services financiers.

L’éclosion des nouveaux secteurs porteurs de croissance

Mesures clés au niveau des industries manufacturières :

  1. développement des métiers de la tannerie ;
  2. incitation à la première transformation du coton ;
  3. développement de l’industrie du mobilier de bureau et de maison (y compris travail du bois) ;
  4. soutien au développement de l’industrie des produits cosmétiques ;
  5. développement de la production des produits pharmaceutiques (notamment les produits génériques).
  6. développement de la capacité de l’administration publique dans le secteur des mines ;
  7. réalisation des investissements en infrastructures nécessaires au développement du secteur minier.
  8. achèvement de la mise en oeuvre du programme Un citoyen, un ordinateur et une connexion Internet ;
  9. mise en oeuvre du plan de développement du Village des ITIB ;
  10. construction de 5 000 km de fibre optique ;
  11. développement de cyber-centres communautaires ;
  12. E-éducation (Interconnexion des Universités et Grandes écoles publiques et privés) ;
  13. passage effectif à la Télévision Numérique Terrestre (TNT) et libéralisation de l’espace audiovisuel en vue de créer de nouvelles chaînes.

L’accessibilité des services sociaux de base : santé et éducation

  1. continuer à améliorer l’offre et la qualité des services de santé en construisant, réhabilitant et équipant : 450 Établissements Sanitaires de Premiers Contacts (ESPC) ; 5 nouveaux hôpitaux généraux ; un centre de Médecine Nucléaire ; les CHU, CHR.
  2. renforcer la gouvernance du secteur de la santé ;
  3. favoriser l’utilisation des services de santé par les populations grâce à la mise en place de la Couverture Maladie Universelle (CMU) et la poursuite de la gratuité des soins pour la mère et l’enfant ;
  4. finaliser la construction et l’équipement du centre national de la radiothérapie et d’oncologie médicale.
  5. continuer la mise en oeuvre du programme de l’école pour tous ;
  6. intégrer plus fortement le secteur privé dans l’élaboration des programmes de l’enseignement technique, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle ;
  7. accélérer le développement de l’enseignement technique et la formation professionnelle ;
  8. améliorer l’employabilité des diplômés de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, à travers la révision du BTS et l’accélération de la réforme LMD.
  9. construction de 13 475 salles de classe au préscolaire et primaire ;
  10. construction et équipement de 816 collèges, 59 lycées généraux et techniques ;
  11. réhabilitation et équipement de 1452 salles de classes ;
  12. accélération de la construction de lycées de jeunes filles avec internat ;
  13. intégration progressive des TIC à l’école ;
  14. distribution de manuels et kits scolaires afin de réduire les barrières scolarisation ;
  15. extension des Universités (Nangui Abrogoua, Alassane Ouattara, Péléforo Gon
  16. Coulibaly, Lorougnon Guédé, Université de Grand-Bassam) ;
  17. construction et équipement de nouvelles universités (Man, Bondoukou, San-
  18. Pedro, Adjaké, Bouaké, Abengourou, Odienné, Daoukro) ;
  19. construction, réhabilitation et équipement des infrastructures et résidences universitaires.

 

Le droit à l’eau potable et à l’électricité

  1. réalisation de 30 000 branchements subventionnés par an pour les ménages à faibles revenus ;
  2. réalisation de 500 forages équipés de pompes à motricité humaine à travers le pays ;
  3. réalisation des systèmes d’Hydrauliques Villageoises Améliorées sur toute l’étendue du territoire ;
  4. alimentation en eau potable 31 nouvelles localités en Hydraulique Urbaine.
  5. l’électrification de toutes les localités de plus de 500 habitants
  6. renforcement de la gouvernance du secteur pour en assurer sa santé financière à long terme ;
  7. construction de 7 centrales hydroélectriques au cours des 5 prochaines années, dont celles de Soubré, de Grigbo-Popoli, de Lougah ;
  8. construction de deux centrales à charbon de 2 x 350 MW chacune à l’Ouest de notre pays ;
  9. connexion de 200 000 ménages par an au réseau électrique jusqu’en 2020, notamment les plus démunis (en milieu rural, périurbain et urbain) ;
  10. électrification des localités rurales isolées par systèmes d’énergie renouvelable ;
  11. accroissement des infrastructures de production et de distribution d’énergie électrique.

Le cadre de vie et les logements

  1. accroissement des infrastructures de production et de distribution d’énergie électrique ;
  2. production de 250 000 logements sociaux et économiques dans les 5 prochaines années ;
  3. facilitation de l’accès des populations aux logements par des mécanismes financiers simplifiés ;
  4. collaboration avec le secteur bancaire afin de permettre aux banques de financer des crédits immobiliers à 15 ans et plus ;
  5. maîtrise de la planification territoriale et de l’urbanisation et constitution de réserves foncières ;
  6. renforcement de l’urbanisation par l’élaboration/actualisation des plans et schémas directeurs d’urbanisme des chefs-lieux de région ;
  7. gestion durable des déchets solides et liquides et des déchets dangereux ;
  8. organisation durable de la collecte, du transport et du traitement des déchets solides ménagers et assimilés dans les villes.

La mobilité des personnes et des biens

  1. réalisation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan entre Adjamé et le Plateau ;
  2. acquisition d’un parc de 2000 autobus pour la SOTRA ;
  3. développement des services de transports lagunaires ;
  4. réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya ;
  5. remblaiement de la baie lagunaire de Biétry.

 

L’accompagnement des plus démunis

 

  1. mise en place d’un programme d’aides aux populations démunies ;
  2. accès gratuit aux soins de santé ;
  3. accès gratuit à l’éducation des enfants ;
  4. financement d’actions génératrices de revenus pour les mères des familles démunies.

La préparation de notre jeunesse aux défis modernes

  1. développement de l’Agence Emploi Jeunes à travers tout le territoire (dons, prêts, garanties…) ;
  2. mise en oeuvre de la Stratégie de relance de l’emploi ;
  3. réforme de l’enseignement technique et de la formation professionnelle en liaison avec le secteur privé ;
  4. création d’emplois jeunes et développement des compétences ;
  5. mise en place d’un dispositif social de prévention de la délinquance ;
  6. mise en place de dispositifs de formation et réinsertion pour les jeunes vulnérables.

Le renforcement du rôle de la femme dans notre société

  1. scolarisation systématique des filles ;
  2. programme d’alphabétisation des femmes ;
  3. promotion du genre dans le secteur public ;
  4. incitation de la promotion du genre dans le secteur privé ;
  5. aide à l’autonomisation des femmes.

A chacun son stylo pour cocher au fur et à mesure.

categories 225newsépopée ivoirienne

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


5 thoughts on “Les 157 promesses d’ADO aux ivoiriens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.