LES BLANCHISSERIES MODERNES


Article paru dans l’intelligent d’Abidjan du 4 Avril 2012
Quelle est la différence entre le pressing et la blanchisserie ? On dira le coût de la prestation. Confier ses vêtements au pressing revient au moins trois fois plus cher que les donner à une blanchisserie. L’usage d’une machine moderne au lieu de la seule force des mains, la meilleure conservation des couleurs et des matières, la possibilité de faire un lavage à sec, le doux parfum en bonus dans les vêtements, la climatisation qui vous chatouille les narines quand vous attendez qu’on vous remette votre colis, sont autant de raisons qui justifient cet écart de prix. Il y a aussi l’excuse du « tour de machine ». 
« Un tour de machine correspond aux vêtements d’un seul client. Il faut penser à l’électricité ». 
Il me revient qu’il y a des pressings qui sont en fait des « blanchisseries modernes ». Les multiples machines à laver que vous voyez alignées là comme des soldats en ordre de bataille ne fonctionnent pas depuis longtemps. Ce sont des leurres pour mieux duper le client. Les lessives se font dans une arrière-cour, dans la pure tradition manuelle. Plusieurs gaillards, qui n’ont pas la possibilité de se rendre en salle, se font les muscles sur vos vêtements avant de les sécher sur des cordes à linge, dehors. Ceux qui estiment que les blanchisseurs utilisent la même eau sale pour tous les vêtements et se dirigent vers les pressings par crainte des bactéries seront bien déçus. Une fois les vêtements repassés, parfumés, glissés dans une belle protection plastique : c’est ni vu ni connu. 
Bien entendu, toujours pour le voleur, un seul jour pour le propriétaire. Une gérante de pressing s’est fait surprendre toute confuse, récupérant les costumes de ses clients chez le blanchisseur. Selon elle « les charges sont énormes, le pays est dur… ». Pourquoi ne pas tout simplement ouvrir une blanchisserie et vouloir forcément utiliser le nom plus pompeux de « Pressing » ? C’est un acte malhonnête. En croyant avoir opté pour la qualité, on se retrouve avec des vêtements abimés et une série de « pardon » pour seule compensation. D’ailleurs c’est tout ce qu’on peut attendre de quelqu’un qui n’a même pas les moyens de s’acheter une machine à laver pour faire correctement son travail. 
Il y a des habits pour lesquels la machine est indispensable puisque le fabricant même conseille de les laver à un nombre précis de degrés Celsius. J’imagine mal nos gaillards, faire bouillir une cuvette d’eau sur un fourneau et procéder à la lessive, thermomètre en main, pour s’assurer du respect de la température conseillée. Si vous avez déjà constaté que vos vêtements sont trempés après un lavage à sec, si vous n’avez jamais entendu le bruit d’une machine en marche dans le pressing, il se peut que vous ayez contribué à ramollir la vie dure du gérant, en vous faisant par la même occasion, escroquer.
categories Chroniques

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Un commentaire sur “LES BLANCHISSERIES MODERNES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.