LES GRAINES D’EBENE


Paru dans l’intelligent d’Abidjan du 18 Avril 2012


La sonnerie de votre téléphone retentit. C’est une jeune femme au bout du fil. Son nom ne vous évoque rien mais elle semble vous connaître parfaitement. Elle sait votre nom, le lieu où vous travaillez, la zone dans laquelle vous habitez. Vous finissez par admettre que, sans doute, c’est votre mémoire qui vous joue des tours. Cette « amie » perdue de vue est aujourd’hui en Europe dans une grande structure qui importe des graines d’ébène. 
Des graines d’ébène ? Elle vous explique avec force détails persuasifs l’importance de ces graines dans la confection des produits que son entreprise commercialise. Ses patrons en ont d’ailleurs besoin en toute urgence. Elle serait heureuse que vous puissiez récupérer le colis chez leur fournisseur, un vieux paysan dans la périphérie de Bonoua, dont elle vous donne le contact. En échange de votre intervention, vous aurez une coquette somme et le titre de revendeur exclusif. 
Le seul problème de ce tableau paradisiaque se situe au niveau de la liquidité pour procéder à l’achat. L’argent a été envoyé à Abidjan, mais ne pourra être perçu que dans quelques jours. Face à l’urgence, elle vous prie de bien vouloir acheter les graines avec votre propre argent. Dans quelques jours, le responsable de leur succursale en Côte d’Ivoire vous remboursera votre investissement avec en prime, un bonus conséquent. 
Ah, l’appât du gain. Vous cédez. Mais avant, vous prenez soin d’appeler le dit représentant qui vous rassure sur sa bonne foi et le sérieux de son entreprise. Vous réunissez alors vos économies. Vous honorez le rendez-vous avec le « brave paysan » à la gare de Bonoua. Le fait qu’il ne vous conduise pas à son domicile ne vous alarme pas. Sa vieillesse relative non plus. Vous lui remettez l’argent contre les « précieuses graines » que vous cachez fébrilement dans votre sac. Elles valent de l’or, il ne faut pas l’oublier. Vous rentrez chez vous gaiement, dissimuler votre trésor dans un lieu sûr. Vous imaginez comment réinvestir les millions que votre nouvelle activité vous rapportera. Vous attendez l’appel du représentant de la succursale, ou un signe de votre « amie ». Peut-être espérez-vous encore au moment où vous lisez ces lignes. Pitié, arrêtez ! Vous avez été grugé. Vous ne recevrez aucun remboursement, aucun bonus. Il est même fort probable qu’une fois mise en terre, vos graines d’ébène, seules souvenir de ce fâcheux incident, ne poussent jamais. 
Rares sont ceux qui avouent être tombés dans le panneau. Soit par honte, soit parce que quelques jours à peine avant le « drame », ils clamaient haut et fort être plus pauvres que des rats d’église, ils se taisent. Entre temps le nombre de victimes ne cesse de croître. Celles qui ont le courage d’aller porter plainte à la police découvrent qu’il existe plusieurs variantes de leur mésaventure, qui d’ailleurs n’est pas un cas isolé. Si le fait est aussi récurrent, il devrait y avoir des communiqués pour appeler la population a plus de vigilance…à défaut de pouvoir mettre les fautifs sous les verrous.
categories Chroniques

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


20 thoughts on “LES GRAINES D’EBENE

  1. Quelque chose me dérange,pourquoi CREER un blog si ce n’est pour communiquer par écran interposé avec les autres.Je vous ais envoyé un mail par le biais de votre adresse-mail en vu sur votre blog:le blog de YEHNI DJIDJI,vous n’avez meme pas pris la peine de me répondre.J’ai réitéré ma demande en m’adressant directement à vous dans mon dernier commentaire.Aucune réaction non plus.En français ça s’appelle de l’INDIFFRENCE ou du MEPRIS,que je ne SUPPORTE PAS.Je ne vais pas CONTINUER à laisser des COMMENTAIRES dont vous vous fichez éperdumment.Si je peux me permettre,ce n’est pas avec un tel comportement que vous arriverez à VENDRE vos livres si tel est votre OBJECTIF.Continuez à GARDER vos DISTANCES,c’est votre choix que je respecte.Malgré vos compétences profesionnelles,je suis sensible au contact humain qui est primordial dans tous types de relations.Vous l’aurez compris,c’est la toute dernière fois que j’interviens dans votre blog!et oui!!

    1. Si vous étiez vraiment sensible au contact humain , vous auriez dû savoir via ma page facebook et mon compte twitter que je suis malade depuis un bon bout de temps. Moi je suis très sensible aux menaces. SVP ne commentez plus, et ne lisez même plus mon blog. Si vous n’avez pas encore acheté le livre ne le faites pas. Dieu pourvoira toujours des personnes pour le faire. Je réponds quand je peux. Si ma manière d’agir ne vous plait pas , je m’en excuse mais c’est comme ça ! Si vous étiez vraiment sensible au contact humain , vous auriez dû savoir via ma page facebook et mon compte twitter que je suis malade depuis une bon bout de temps. Moi je suis très sensible aux menaces. SVP ne commentez plus, et ne lisez même plus mon blog. Si vous n’avez pas encore acheté le livre ne le faites pas. Dieu pourvoira toujours des personnes pour le faire. Je publie ce qui m’intéresse sur mon blog et je réponds quand je peux. Si ma manière d’agir ne vous plait pas , je m’en excuse mais c’est comme ça ! J’ai dû mettre une modération aux commentaires de mon blog pour éviter les avis grossiers et insultants…ça prend le temps que ça dois prendre pour que je lise et valide les commentaires. Bonne journée !

      PS: j’ai dû reprendre le commentaire parce que viens de lire le fameux mail.

  2. @Rita et Yehni, calmez vous et mettez de l’eau ds vos vins car tt ce qui se conçoit et dit ds la colère ne mène à rien de bon.
    Rita, reprends contact stp humblement avec Yehni, suis sûr qu’elle te répondra avec la même attention qu’elle ns accorde, à nus les milliers d’anonymes pr elles, qui la suivons.
    Yehni, essaie de la comprendre, excuse la, excuse toi et reponds à ces préoccupations, la vie des Hommes publics et de surcroît Hommes de presse et du monde littéraire est ainsi faite, qu’elle est soumise à des hauts et bas, des réflexions svt mal comprises et acceptées, mais il faut savoir en faire fi, prendre sur soi, afficher son sourire le plus beau et ouvrir ses bras à tt le monde …
    Guy YOBOUE

    1. Paroles sages ! j’avoue que j’ai toujours du mal à me considérer comme quelqu’un de public ! lool ! J’ai déjà mis de l’eau dans mon vin. Je voulais juste lui ouvrir mon coeur comme elle m’a ouvert le sien. Tu verras que Rita et moi allons bien nous entendre. La franchise est la clé des relations humaines qu’elle affectionne.

  3. Vu l’accueil CHALEUREUX que vous me réservez sur votre blog vous ne pensez tout de meme pas que je vais aller sur votre PAGE FACEBOOK ou TWITTER.Le fait d’etre malade,j’en suis désolée pour vous,ne vous autorise absolument pas à me parler sur ce ton.Vous ne me connaissez pas pour me juger.Vous etes sur la DEFENSIVE.Je suis surprise de constater que vous ne réagisssez qu’aux critiques.Figurez-vous,que j’ai l’habitude d’intervenir sur les blogs des IVOIRIENS et que mes COMMENTAIRES sont en général appréciés soit par les AUTEURS du blog soit part les AUTRES BLOGUEURS.Si c’est la polémique que je cherchais,je ne serais pas venue sur votre blog,c’est clair,net et précis.C’est PATHETIQUE d’en arriver là et que les choses prennent de telles proportions pour un simple blog qui est quelque chose de LUDIQUE.c’est un bien pour un mal.APPRENEZ au moins à RESPECTER les gens que vous ne connaissez pas,je crois que c’est un minimum qu’on peut demander à une personne qui se destine à des CARRIERES ARTISTIQUES.C’est moi qui ait pris la DECISION seule de ne plus venir vous importunez inutilement,voyez-vous il me reste encore un minimum de DIGNITE.Que vous publiez mon commentaire ou pas est vraiment le cadet de mes soucis.FAITES ce que vous voulez,c’est votre blog,JEHNI!de grace,je n’ai aucune leçon à recevoir de vous!MERCI!!

    1. loooooooooooool! ça commence à devenir très intéressant. Vous ne commenterez plus ? Et je vous revois ici ! Je crois que vous vous contredisez vous même ! Je suis presque sûre que vous allez venir commenter encore. Peut-être de façon anonyme si vous avez trop honte d’être monté sur vos grands chevaux inutilement…inutilement parce que comme vous le dites c’est ludique. Ludique, mais il faut savoir parler avec RESPECT. N’est-ce pas ? Ce Respect dont vous parlez et dont vous n’avez pas su faire preuve à mon égard à en juger par l’outil que vous utilisez pour le mesurer. Je vous ai répondu plusieurs tons en dessous du vôtre. Manquez de respect aux gens n’est pas dans mes habitudes. Montrez-moi un seul passage où je l’ai fait à votre égard et je m’en excuserai sans honte aucune, l’erreur est humaine. Relisez bien vos différents commentaires et vous verrez qui de nous deux doit se sentir offenser. Ce sera d’autant plus facile pour vous que vous avez vous même mis une emphase particulière sur les remarques les plus « percutantes »
      A cause d’un commentaire, m’envoyer ce mail, « Bonjour, je vais faire COURT,cette non publication de mon COMMENTAIRE démontre un manque d’ouverture d’esprit en n’acceptant pas la moindre CRITIQUE LEGITIME,JUSTIFIEE et ARGUMENTEE.C’est une sorte d’AUTO-CENSURE INCOMPREHENSIBLE.VIVE la liberté de PAROLE et d’EXPRESSION LIBRE.A BON ENTENDEUR. Salut! » incriminer ma « carrière artistique », mon livre, parler de liberté d’expression, de mépris et d’indifférence montre bien l’importance que ce blog occupe dans votre vie. J’en suis flattée. Et j’espère que Dieu me donnera l’inspiration pour toujours écrire des articles qui susciteront les critiques négatives ou positives mais dans le RESPECT de l’autre et la courtoisie intellectuelle. A bon entendeur, salut à vous également.

  4. Eh ben!!! Quel gâchis!

    Il aurait pourtant fallu si peu pour vous entendre et remettre les choses à plat: l’amende honorable, l’humilité et la maîtrise de soi.

    Dommage!

  5. Tout d’abord pour commencer le RESPECT,c’est d’abord ne pas PUBLIER un mail privé sur l’espace PUBLIC.Explique moi au juste de quoi dois-je avoir honte?Il ne s’agit pas içi de faire une SURRENCHERE et d’aller à la facilité en déformant mes propos.La contradiction est aussi de votre coté,je vois:je croyais que vous me publirez plus.J’ai toujours utilisé le meme speudonyme de façon à etre plus facilement identifiable par les autres internautes car jusqu’à preuve du contraire,j’ai absolument rien à cacher,contrairement à ce que vous croyez.INCRIMINER,vous dites.Comme vous y aller un peu fort,tout de meme.Si vous etes de bonne fois,vous reconnaitrez que j’ai jamais critiqué votre blog ni votre carrière.Je dis ceci:chacun a le droit de s’exprimer librement,donc par conséquent,il n’y a aucun rapport avec votre livre que je n’ai meme pas lu.Comment voulez-vous que je puisse le CRITIQUER.Ca n’a vraiment aucun sens.Vous,mieux que quiconque,vous savez ce que c’est que la LIBERTE d’EXPRESSION en tant qu’ARTISTE que j’apprendrez à DECOUVRIR pour me faire une OPINION OBJECTIVE sur l’ensemble de vos oeuvres.C’est le meilleur service que je peux vous rendre.Si je me donne la peine de vous répondre,c’est que je vous considère déjà,ce qui n’est apparemment pas votre cas.Le ton sec sur lequel vous vous adressez à moi et la façon cavalière dont vous me répondez montrent que vous n’avez manifestement pas de CONSIDERATION pour ma personne.Je le repète,le respect est réciproque.Si vous me parlez correctement,je vous enverrais l’ascenceur.Dans le cas contraire,permettez moi de me défendre lorsque je me sens AGRESSEE VERBALEMENT,vous me direz pas le contraire,j’espère.Je vous rappelle que c’est moi qui ait fait la DEMARCHE d’aller vers vous pour la 1ere fois,apparemment,j’ai eu tort.Je n’aurais pas du vu votre réaction à mon encontre.Pardonnez moi,mais les bras m’en tombent.J’ai toujours cru que les ARTISTES d’une façon générale,avaient une SENSIBILITE PARTICULIERE,d’ou le fait d’avoir fait le choix de cette CARRIERE.Rassurez-vous,j’ai l’habitude de cotoyer les ARTISTES et ce n’est pas la dernière fois que je me heurte à cette incompréhension.Je viens accassionnellement sur votre blog,je n’y passe pas ma vie non plus.N’exagérez pas!Ne vous fiez pas à mon nom de Famille,je suis à moitié IVOIRIENNE et MARTINIQUAISE.Je suis une femme noire,tout comme vous.J’ai aucun complexe de supériorité et d’infériorité par rapport à vous.Je suis plus agée que vous,35 ans.Sans vouloir vous offensez,vous etes une petite soeur.Je vous ais parlé à coeur ouvert.Je ne suis pas hypocrite.Je me dois d’etre FRANCHE avec vous.Maintenant,vous etes libre de me croire ou pas.ok.

    1. @Rita…Quelle assiduité pour quelqu’un qui devait laisser un dernier commentaire et qui ne passe que occasionnellement sur le blog… J’aime votre franchise.

      Cependant, tout porte à croire que vous n’avez pas relu vos commentaires avant de les envoyer ! Je n’ai fait que répondre à vos messages. Pitié, ne ramenez pas l’âge dans cette affaire. Vous avez 35 ans, je viens d’en avoir 24. Le respect est réciproque peu importe l’âge. J’ai pour habitude de dire que ce sont même les plus âgés qui doivent montrer l’exemple aux enfants. Merci pour vos conseils de grande soeur, c’est en tant que petite soeur que je me dois aussi de vous dire la vérité. J’apprécie beaucoup la franchise de vos propos, souffrez que j’en fasse de même avec vous. Vous me prêtez beaucoup de titres et d’intentions que malheureusement je n’ai pas, d’où sans doute tout ceci. Le message que vous m’avez envoyé était dans le même ordre que vos commentaires que vous ne m’avez pas fait en privé. Toutefois, je suis votre exemple et m’excuse également si je vous ai offensé. Ce n’étais pas mon intention.

      PS : Tant que vous ne vous montrerez pas grossière dans vos propos, et d’après nos échanges, vous n’êtes pas de ce genre là, je publierai vos commentaires, ne vous en faites pas. Mais à mon rythme, comme je l’ai toujours fait.

  6. De toute façon mes COMMENTAIRES PUBLICS ou PRIVES,ça ne passent pas.Malgré tout ce que je tente de vous expliquer,vous restez sur vos POSITIONS.Je suis fatiguée de me JUSTIFIER sans cesse.Je prends l’entière responsabilité de mes ACTES ainsi que tous les TORTS.Vous avez gagné,j’abandonne ça devient un dialogue de sourds.Dindé,un des intervenants a appris à me connaitre et sais qui je suis,c’est l’essentiel… Désolée,chacun a sa sensibilité dans la vie.Je te souhaite un prompt rétablissement,que Dieu t’accompagne.

    1. Rita Flower ! Merci beaucoup de m’avoir fait sortir de ma léthargie. Là je viens de l’hosto, où je me suis fait charcuter un peu, lol. J’ai une douleur horrible mais je prends le temps de t’écrire. c’est dire que je peux faire des efforts quand je veux. lol. Si tu réponds à chaque fois et moi aussi, ce n’est pas je pense dans le souci de gagner quoi que ce soit, ni de « se manquer de respect », c’est parce qu’on veut se comprendre. Je ne peux pas modérer les articles plus vite que je ne le fais déjà, mais je peux essayer de répondre plus souvent aux commentaires ( était-ce un de tes griefs ?)…Il ne faut pas prendre cette histoire trop au sérieux….A un prochain échange moins houleux et encore plus instructif.

  7. RITAFLOWER et YEHNI DJIDJI,

    Laissez tomber! Là, je vous parle en grand-frère de toutes les deux (40 ans et plus), ok? (rires). YEHNI DJIDJI est une adorable jeune soeur qui fait un travail admirable en ligne. Toi, tu es une trempée de dynamisme et de panafricanisme. Y a pas plus lucide et plus fraternelle que toi, pour t’avoir pratiquée assez souvent sur le Net, sur les forums.

    Cette affaire n’est qu’un regrettable malentendu. Tu as voulu que tes commentaires apparaissent immédiatement après expédition. La petite soeur YEHNI t’a dit qu’elle modérait les commentaires de ses lecteurs. Manque de pot, quand les tiens sont arrivés, elle était malade. Tu vois, elle n’a pas fait exprès. Le ton est vite monté par la suite, avant même que vous n’ayez eu le temps de vous comprendre.

    Les chéries, laissez tomber. Il n’y a plus lieu de vous quereller. Et en ligne, c’est pas du meilleur effet, croyez-moi. Si bien que ce bel article passe totalement inaperçu!!! Je vous sais deux personnes adorables. Vous allez devenir des amies, je pense. Vos positions ne sont pas fondamentalement opposées. Juste une question de tempérament. Balle à terre donc et on repart de plus belle. Bisous à vous deux.

    Bien à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.