Les morts ne sont pas morts !


29 Sep. 2014

images

Les morts ne sont pas morts. L’un d’entre eux fait parler de lui depuis quelques jours. Le fait est que contrairement à ces congénères qui se laissent porter en terre sans se mouvoir ni s’émouvoir (et pour cause, ils sont morts), celui ci a refusé de partir avant d’avoir régler quelques comptes autour de lui. L’incident serait survenu dans un village du sud de la Côte d’Ivoire appelé Cosrou. Mythe ou réalité? Les gens se posent la question. On parle de complot pour nuire à des innocents, de pratiques païennes et rétrogrades fondées sur des superstitions moyenâgeuses, de barbarie culturelle. Et comme je le dis dans l’article Ici c’est l’Afrique le continent des possibles, mieux vaut y croire et se tromper que de ne pas y croire et s’y heurter.

J’ai posé la question à une tante qui se rend régulièrement au village et est plus au fait de ces choses. Elle a confirmé que la pratique était monnaie courante dans notre région. Elle y croit d’ailleurs dur comme fer, car les coupables ont toujours avoué après avoir été désigné par le défunt. Pourquoi avouer quand on a rien fait? s’interroge-t-elle.

Pas plus tard qu’il y a quelques semaines, un cas s’est présenté. Une jeune fille décédée a refusé mordicus de s’en aller. Dans la foule une dame est tombée en transe, se tenant le bas ventre, et gémissant. Effectivement, la victime était morte des suites de terribles douleurs au ventre, douleurs attribuées à des règles douloureuses. « Morte de règle douloureuse », franchement tout le monde était plutôt sceptique devant cette version de la belle-mère de la défunte, la nouvelle épouse de son père. Qu’à cela ne tienne! Le cercueil la heurte. Elle passe aux aveux. Non, sa belle fille n’a pas été emportée par des règles douloureuses. Elle l’a plutôt aidé à faire un avortement avec des plantes mais l’opération a mal tourné. Que dire alors? Mythe ou réalité?

Elle m’a aussi expliqué l’histoire d’une dame qui avait une relation amoureuse avec l’époux de sa cousine. Cette dernière l’ayant accusé de la faire cocu, la cousine jouant l’offusquée a proposé de boire une potion de vérité, appelant la mort sur sa vie si elle était coupable d’adultère. Quelques temps après, elle est frappée par une maladie qui finira par l’emporter. Jusqu’au bout, elle aura nié son méfait. Voilà que le jour de son enterrement, le cercueil refuse encore d’aménager dans la nouvelle demeure creusée spécialement pour lui. Une dame tombe en transe dans la foule ( encore) et parle pour la morte. Elle souhaite le pardon de sa cousine. Elle avait effectivement des relations coupables avec l’époux de celle-ci mais avait trop honte pour avouer. Mythe ou réalité?

Nous autres qui avons des villages « pieds dans l’eau », il se raconte que le cercueil poursuit souvent les coupables jusque sous l’eau, quand ils choisissent cet élément pour battre en retraite. L’Afrique a des mystères que la raison ignore. Ici on dit que les morts ne sont pas morts, ils reviennent régler leur compte.

categories 225newsCultureDébat

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Un commentaire sur “Les morts ne sont pas morts !

  1. L’Afrique est ses mystères. Le fait est que toutes ces affirmations avérées ou non, reposent sur de simples aveux, de simples déductions. Il n’y aura jamais de preuves tangibles. Quitte à chacun de croire ou de rester de marbre. Personnellement je partage ton avis : « mieux vaut y croire et se tromper que de ne pas y croire et s’y heurter. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.