Les musiciens du klaxons


02 Oct. 2014

klaxons

Ceux qui ont inventé l’automobile ont jugé bon d’y rajouter un avertisseur sonore. Communément appelé klaxon, il est supposé être utilisé à doses homéopathiques, dans des conditions d’urgence clairement définies dans le code de la route. Cependant, le klaxon est devenu un instrument de musique pour les conducteurs. Quelques-uns sont d’ailleurs de véritables virtuoses !

Il a vu son ami de longue date en train de passer, il veut le saluer à distance, montrer peut être à l’autre qu’il est dans une belle voiture ? Il klaxonne.Son équipe à gagner un match ? Il klaxonne.

Le feu est orange, c’est sûr qu’il ne peut pas dégager rapidement avant le rouge, donc il fonce et klaxonne à outrance pour que les autres sachent bien qu’un fou du volant arrive. Suicidaire, s’abstenir.

Le gars est le numéro mille de la file. Mais quand le feu est vert il klaxonne plus que tout le monde alors qu’il ne peut jamais, en toute honnêteté intellectuelle, même avec une bonne quantité de mauvaise foi, arriver à passer.

Le chauffeur est dans un embouteillage monstrueux et tentaculaire. Il a chaud, il a faim, il est fatigué: il klaxonne. Finalement le klaxon est au conducteur ce que le pleur est au bébé. En situation d’inconfort, ne pouvant pas grimper sur le toit de son véhicule pour hurler à la ronde son ras le bol: il klaxonne.

Et les champions toutes catégories sont bien sûr les conducteurs de véhicules de transport en commun pour qui le klaxon est devenu un moyen de racoler les clients. Ils transforment à souhait le bruit de l’avertisseur sonore qui peut imiter une sirène de pompier ou reprendre leur chanson préférée.

Après quelques recherches sur le code de la route en ligne il ressort que hors agglomération, l’usage des avertisseurs sonores n’est autorisé que pour donner les avertissements nécessaires aux autres usagers de la route. En agglomération, l’usage de l’avertisseur sonore n’est autorisé qu’en cas de danger immédiat. Les signaux émis ne doivent pas se prolonger plus qu’il n’est nécessaire. De nuit, les avertissements doivent être donnés par l’allumage intermittent soit des feux de croisement, soit des feux de route, les signaux sonores ne devant être utilisés qu’en cas d’absolue nécessité. Il ne faut pas non plus jouer du klaxon près des hôpitaux. Allez dire ça aux conducteurs de Woro Woro qui garent devant le Chu de Cocody.

Le jour où ils vont intégrer dans les véhicules un système qui fait qu’à chaque coup de klaxon le carburant diminue, ce sera le commencement d’une nouvelle ère pour les oreilles. Ou alors, comme l’a proposé un ami sur twitter, on pourrait mettre un équipement enregistreur de klaxons et l’automobiliste devra payer une contravention pendant la visite technique en cas d’excès.

Quelqu’un le faisait remarquer, appliquer strictement les règles du klaxon à Abidjan pourrait faire des victimes chez les piétons, qui ne savent pas traverser les routes. Effectivement, il faudrait trouver un moyen d’apprendre aux piétons également les règles de circulation routière, car cela ne se limite pas à traverser quand le feu est rouge et s’arrêter quand il est vert. On pourrait peut-être inclure cela au programme de l’Education Civique et Morale (si cela existe encore), faire de petites capsules vidéos à diffuser à la télévision (Avec plus de 50% d’analphabètes passer par l’école pour sensibiliser ne toucherait pas forcément grand monde).

categories 225newscoup de gueule

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.