LES ORIGINES DU PAGNE « AFRICAIN »


16 Juil. 2013

pagne
www.uniwax.com

D’où provient le pagne? Depuis quelques temps cette question me trottait dans la tête. On le dit Africain alors que les firmes les plus anciennes et les qualités les plus recherchées proviennent de Hollande.

Après quelques recherches sur internet retenons donc pour la petite histoire que le pagne nous vient d’Indonésie.

En effet, en 1799, la Hollande avait plusieurs colonies en Indonésie. Les révoltes récurrentes l’ont poussée à venir recruter et former des mercenaires en Afrique de l’Ouest où les hollandais possédaient déjà quelques comptoirs commerciaux. De retour chez eux, ces combattants sont revenus avec des malles pleines de batiks indonésiens. Devant le succès fulgurant de ces tissus en pays Ashanti, toute classe sociale confondue, les hollandais ont flairé la grosse opportunité.  Ils ont donc installé des usines afin d’inonder l’Afrique de l’Ouest de pagnes inspirés du modèle indonésien et fabriqués selon la technique de la cire perdue.

Voici comment les pagnes Wax (cire en anglais) sont nés. Rien d’africain à tout cela donc à l’origine, si ce n’est la frénésie d’achat.

Même le bazin a des origines européennes et continue aujourd’hui encore a être fabriqué par des Allemands, des Hollandais et même des chinois. Les africains interviennent un peu plus bas dans la chaîne.

Si l’on cherche donc de un tissu vraiment originaire d’Afrique, il faut peut-être voir du côté de nos tisserands (pagne baoulé, yacouba, sénoufo, faso danfani) ou alors du côté du tapa (tiré de l’écorce d’arbre).

En savoir plus

categories Culture

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


4 thoughts on “LES ORIGINES DU PAGNE « AFRICAIN »

  1. Cher Yenhi,
    Je viens apporter un bémol à ce que tu dis dans ce billet car le Wax est un héritage pour nous autre africains.
    Pour cela, je te propose ce petit extrait du travail de Angèle Dola AGUIGAH, Historienne, Archéologue et Enseignant Chercheur à l’Université de Lomé.

    « Au temps préhistorique en Afrique, comme partout dans le monde, notamment au paléolithique l’homme a commencé d’abord par se couvrir de peaux de bêtes, puis d’écorces et de feuilles ou de fibres tressés d’écorces, des éléments pris à la nature.

    Avec l’invention de l’agriculture et de l’élevage, l’homme a tiré profit des matières premières, la laine et le coton, pour se tisser des vêtements. Ces nouvelles inventions sont étroitement liées à un outil : le métier à tisser.

    Bien avant l’importation des tissus européens en Afrique Occidentale en général et au Togo en particulier, il existait une technique artisanale traditionnelle de fabrication de tissus locaux : la teinturerie ’’Ahovo’’.

    Entre le XIème et le XIIIème siècle, des pièces de tissus blancs appelés ’’Gray-bath ou gangan’’ sont introduits par l’intermédiaire des navigateurs génois. Durant le XVIIème siècle, l’importation de pagnes sera l’une des activités principales des commerçants hollandais.

    Débuté au Ghana, le commerce de pagne va décliner vers le marché de Lomé, grâce au savoir faire des Togolaises, les fameuses Nana-Benz, issues de la bourgeoisie côtière et d’origine Anlo, Ewé et Mina. Le pagne sert à plusieurs usages dans les activités de la vie quotidienne. »

  2. Moi je pense que le pagne est bien de l’humanité. En Égypte antique comme dans la Rome antique, le pagne était présent. Mais si on considère que l’Égypte est antérieure à Rome, on dira que son origine est africaine.
    Aussi considérant que le pagne simplement noué ou attaché est une des étapes du vêtement humain et que l’humanité et la civilisation humaine ont commencé en Afrique, peut-on conclure aisement que le pagne a son origine en Afrique.
    Maintenant entre le premier pagne porté par un homme et les pagnes actuels, naturellement qu’il y a eu des évolutions, dans la fabrication, la décoration comme la couture finale. Et là les rencontres cultuelles ont eu beaucoup d’apports comme nous le présentent les historiens.

  3. Et lorsqu’on dit Égypte, il faut entendre la Nubie (dans le territoire de l’actuel Soudan) et de tout l’arrière pays africain qui avait beaucoup d’échanges avec l’Égypte pharaonique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.