LES PETITES HISTOIRES DE YEHNI N°11


12 Oct. 2011

L’argent est un mauvais conseiller. Celui qui l’écoute, le fait à ses dépends. Quand on se donne le droit de changer le destin d’une personne par cupidité, il faut être prêt à en assumer les conséquences. 

Mon cher Sylvain,

Tu es surpris n’est-ce-pas, car je connais ton vrai nom. Tu es Sylvain Koré au lieu d’Alain Aboussouan comme tu as voulu me le faire croire. Je ne suis peut-être pour toi qu’une conquête d’une nuit, une inconnue là au bon endroit au bon moment pour satisfaire tes désirs refoulés. Mais je te connais depuis un an maintenant. Et depuis six mois déjà je m’intéressais particulièrement à toi. Notre rencontre dans cette boîte de nuit n’était pas le fruit du hasard détrompes toi. Je l’ai soigneusement préparée, calculée et engendrée.

J’avais remarqué depuis longtemps que c’était ton endroit de prédilection pour draguer. J’avais étudié tes habitudes et toutes tes petites manies. Je t’ai aguiché en toute conscience et je tiens aujourd’hui à t’expliquer pourquoi, après notre nuit d’amour.

Souviens-toi l’année dernière, une jeune fille venue se faire vacciner dans le centre de santé où tu exerçais. Il faisait tard je le reconnais. Je devais effectuer un voyage et j’avais urgemment besoin de faire trois vaccins. Je devais partir très tôt le lendemain matin. Non seulement tu m’as pris plus d’argent, mais j’ai trouvé tes instruments assez douteux. « C’est sans danger m’as-tu dit ! ». Il faut croire que tu avais tord.

Quelques mois plus tard, je bénéficie d’une bourse pour aller étudier en Europe. Mon pays d’accueil exige le test du dépistage. Pour moi, c’est une simple formalité ! Je découvre alors, que mon test est positif. C’était absolument impossible ! Je l’ai refait dans trois clinques différentes ! A chaque fois, le résultat était le même. Une semaine entière, j’ai pleuré. Tous mes rêves tombaient à l’eau. Mon avenir était brisé. Les idées les plus macabres me traversaient l’esprit. Mais mon obsession était de savoir comment ? Oui, comment moi vierge, sans comportement particulièrement à risque pouvais-je avoir attrapé ce sale virus ?

J’ai cherché dans ma tête ; fouillé dans ma mémoire et j’ai trouvé. Je me suis rappelée alors de cette scène et j’ai résolu de me venger. J’ai fait mon enquête. Et j’ai découvert que tu n’étais même pas un infirmier ! Tu n’étais qu’un simple technicien de surface, un simple nettoyeur qui avait profité de l’absence des infirmiers pour gagner quelques sous ! J’étais atterrée.

Comprends-tu maintenant pourquoi j’ai refusé le préservatif cette nuit. Comprends-tu pourquoi je me suis montrée aussi insatiable ? Toi trop heureux tu n’as pas insisté. Eh bien, je suis séropositive et j’espère t’avoir transmis ce virus. C’est le prix de ta bêtise et de ta cupidité. C’est le prix de ton irresponsabilité.

Une jeune fille condamnée à mort par ta faute.

categories infos persoLes petites histoires de YehniLittérature

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


12 thoughts on “LES PETITES HISTOIRES DE YEHNI N°11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.