LES TEINTS NZASSA


Article paru dans l’intelligent d’Abidjan du Mercredi 12 Septembre 2012
Dans la rue, une jeune fille vous fait un large sourire et se jette pratiquement à votre cou. Sans être frappé d’un Alzheimer précoce vous ne la reconnaissez pas. Et pour cause, « l’inconnue » au teint café au lait qui se tient devant vous avait une peau ébène la dernière fois que vous l’avez vue. Le blanchiment de la peau a fait une victime de plus. Vous vous demandez alors comment quelqu’un peut faire subir de tels changements à son corps et surtout, pourquoi. 

Envie de plaire aux hommes ou de se plaire à elles-mêmes, le nombre de candidates au cancer de la peau continue de croître malgré les mises en garde et les campagnes de sensibilisation. 
« Les filles au teint clair ont une vie facile. Un rien les embellit. Depuis que j’utilise les produits éclaircissants mes prétendants sont nombreux. » disent certaines femmes pour justifier leur acte. D’autres tombent dans les mêmes travers pour des raisons un peu plus nobles. Ce sont des taches sur la peau ou un mélasma (masque de grossesse) qu’elles veulent faire disparaître. C’est l’envie de paraître sous leur meilleur jour au moment de dire « Oui » à l’élu de leur cœur, qui les conduit à rechercher des produits susceptibles de rendre leur teint plus éclatant. Mais la barrière entre les deux étant aussi mince qu’un épiderme, unifier son teint, nettoyer sa peau devient rapidement se décaper. La descente aux enfers commence. 
Tous les moyens sont bons pour effacer de façon permanente la noirceur détestée : tessons de bouteilles, acide, eau de javel, détergent, potasse, injection, pommade, savon… Les abonnées à la dépigmentation font preuve d’une ingéniosité sans pareille quand elles sont prises par la fièvre éclaircissante. 
Au niveau des pommades, une panoplie de produits est disponible pour permettre le changement progressif ou « instantané ». Devenir claire en une semaine, en 72heures, en 24heures, même en une heure est aujourd’hui possible. Les fabricants de produits éclaircissants ont bien compris le besoin des femmes et sortent à qui mieux mieux des slogans et des campagnes publicitaires pour attraper les nigaudes et les nigauds frappés de ce mal-être. Oui, les nigauds, parce que les hommes ne sont pas en marge de cette tendance. Ils souhaitent avoir autant de chances que les femmes d’avoir allergies, éruptions cutanée, mauvaises odeurs, boutons, brûlures et vergetures. Égalité des sexes oblige, ils ont droit eux aussi à une peau Nzassa, composée d’une mosaïque de couleurs dont la simple vue rend nauséeux. Même s’ils s’exposent à l’hypertension artérielle, à l’insuffisance rénale ou au cancer, même si la dépigmentation, en plus de torturer la peau, soumet les finances à rude épreuve, ils sont bien décidés, comme les dames à souffrir pour être b
categories Chroniquescoup de gueule

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.