Meet up avec Fabrice Sawegnon: comme un air de campagne


22 Jan. 2018

Il y a quelques semaines j’ai vu passer sur les réseaux sociaux l’annonce d’un Meet up avec Fabrice Sawegnon. Je n’ai pas accordé un grand intérêt à cette activité qui revenait à plusieurs reprises dans mon fil d’actualité. Et puis il y a eu ce coup de fil m’annonçant que j’y étais invitée et qu’ils avaient besoin de ma position géographique pour m’apporter mon carton d’invitation. Je me suis alors dit pourquoi pas. Mon Dimanche après-midi était libre, je me suis retrouvée donc ce 21 Janvier au Sofitel Ivoire.

Fabrice Sawegnon, le conteur

L’event démarre avec une heure de retard. La configuration me rappelle un peu la rencontre avec le milliardaire Strive Masiyiwa.

 Fabrice Sawegnon raconte d’abord l’histoire de sa famille. Un storytelling bien mené avec des photos à l’appui. Comment ses deux parents Paul et Caroline d’origine béninoise sont arrivés à Abidjan. Comment son père, architecte, trouve la mort dans un accident de voiture, seulement 4 mois après sa naissance. Le combat de sa mère qui prend des cours de dactylographie pour pouvoir assurer seule, l’avenir de ses enfants. Elle finira par se remarier à un Bété. Fabrice grandira donc baigné dans une double culture. Il nous explique qu’il est bel et bien ivoirien, puisque né en Côte d’Ivoire avant l’abrogation du droit de sol.

Fabrice Sawegnon est baptisé, catholique. Il ne pratique pas le Vodou. Le nom choisi pour sa boîte était juste pour le fun.

Je découvre un conteur, qui n’a pas usurpé sa place dans la communication. A l’aise comme un artiste faisant son One Man Show, Fabrice Sawegnon sait arracher rires et sourires à son audience. Comme avec cette photo de lui en Weston, plus qu’une chaussure à l’époque, une véritable affirmation sociale qui avait englouti une bonne partie de sa bourse d’étudiant. Petite anecdote quand on lançait la chaussure en l’air, la légende disait que si elle ne retombait pas sur le talon c’était une imitation.

Fabrice Sawegnon, l’homme d’affaires

Fabrice Sawegnon parle alors de comment il a été embauché à Métallivoire, Jal Afrique après un boulot de MC bien mené à une fête. Ensuite, direction chez Mc Cann où il se frotte à l’univers de la communication et décide finalement de se lancer en créant sa propre entreprise: Voodoo. Dans la foulée, il rencontre celle qui deviendra son épouse, l’un des secrets de son succès. Quelques vidéos de campagne menées par Voodoo sont diffusées, puis arrive son histoire avec le Plateau: la commune où se trouve sa maison familiale.

Fabrice Sawegnon, le candidat

Il nous montre le “vrai Plateau”. J’aurais plutôt dit « l’autre Plateau », mais passons. Le Plateau qu’on ne voit pas assez, à cause des buildings, des magasins et des grands hôtels qui lui font de l’ombre.  Un Plateau fait de dénuement, de délabrement, de précarité, d’insalubrité, de manque. Ce Plateau différent du centre des affaires. Le Plateau compte 18 quartiers pour environ 7448 habitants.

Une vidéo est diffusée sur l’envers du décor. Des maisons délabrées en bordure d’eau, des maisons dans des sous sols (40 logements) avec des câbles électriques apparents. Des écoles tombant en désuétude. Un collège moderne qui n’a rien de moderne. Des jeunes sont interrogés. Ils parlent du manque. Emplois, loisirs sportifs, marchés. Le Plateau n’est plus adapté à la vie des familles mais aux affaires. Moi aussi je ne connaissais que le Plateau des Buildings. J’avoue.

Fabrice Sawegon qui a quitté le Plateau pendant un moment explique son choc quand il y est revenu, la souffrance de ses amis qui y vivaient encore. C’est ce qui lui a donné envie de changement et depuis 3 ans il y travaille activement avec l’aide de ses amis. Le changement peut se faire certes loin de la politique et il nous exhorte à être des acteurs du renouveau dans nos communautés. Mais il a choisi lui d’opérer le changement en faisant de la politique.

Le temps des questions et des réponses arrive. Un exercice auquel il se prête volontiers et que vous pourrez retrouver sur mon compte twitter.   Ici je n’en sélectionnerai que deux.

Q: Pourquoi avoir organisé un meet up pour parler de ses ambitions pour le Plateau à Cocody?

La salle est offerte par le Sofitel compte tenu des nombreuses collaborations réussies. Il faut aussi savoir que le Plateau n’est pas juste une commune mais le reflet de toute la Côte d’Ivoire et de l’Afrique qui émerge. On peut en parler partout.

Q: Le Plateau est un bastion du PDCI que propose Sawegnon de nouveau?

Sawegnon a présenté une équipe « transparti » faites de membres influents du PDCI, du RDR et du FPI. En ce qui concerne son programme « ville nouvelle » il l’a ébauché sans toutefois entrer dans les détails, réservant la version complète pour les campagnes.

Et c’est là ce qui me gêne. Cette campagne ouverte avant l’ouverture officielle des campagnes. Cela aurait pu être plus subtile. Plateau mis à part, Sawegnon est un modèle d’entrepreneuriat réussi, un pur produit local ayant fait toutes ses études en Côte d’Ivoire, une inspiration pour la jeunesse.  Comme il l’a si bien dit lui même, « tout ce qu’il touche, il le transforme ». En or sans doute. Agence de Communication, Magazine, boîte de nuit, tout ce qu’il fait, il le fait bien et se positionne parmi les meilleurs. Il nous a d’ailleurs donné rendez-vous pour voir ce qu’il fera de sa télévision Life TV par exemple. Et je suis convaincue que ce sera plusieurs niveaux au dessus de ce que nous voyons sur le marché télévisuel actuel.

On aurait pu s’appesantir plus sur ces aspects vu qu’il veut faire des meet-ups un event récurrent qui recevra des hommes d’affaires ou des personnalités pour inspirer la jeunesse. A plusieurs moments je me suis sentie à un meeting de candidat et j’étais mal à l’aise.

Une chose est sûre, ces 4 heures passées au Sofitel ont été bien utilisées. Je ne regrette pas d’être venue. J’ai appris beaucoup sur l’homme et sur la commune du Plateau où la bataille pour la Mairie s’annonce rude.

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

7 thoughts on “Meet up avec Fabrice Sawegnon: comme un air de campagne

  1. Merci pour le compte-rendu.

    Effectivement, à un moment, j’étais mal à l’aise aussi. Car je me sentais être venu assister à une campagne d’élection politique.

    Je voulais plus que l’on soit focus sur l’entrepreneur à suscès qu’il est, la publicité son métier, et ses revers dans ce monde des affaires.

    Mais bon, on aura eu des infos sur le plateau quand même. Bonne chance à lui, même si de mon point de vue il y a beaucoup trop de promesses d’amélioration dans un temps record qui ressemblent à une certaine campagne présidentielle qu’il a méné pour un de ses clients politique en CI :  » ADO SOLUTION « 

  2. Juste passionant a lire yehni et bravo pour ton blog jai pris enornement de plaisir a parcourir blessed love je suis kimaany auteur compisiteur et je serai ravi que tu raconte mon histoire dans ton blog keep it up
    https://youtu.be/o2knv4nafNA ma derniere video .
    Bonne continuation yehni blessed love.

  3. Yeyi je fini de lire ton article à la maison, Fabrice ou son équipe a eut raison de t’avoir donné ce carton d’invitation… La preuve voir ce que tu fais et viens de changer mon points de vue sur Fabrice…
    Merci

  4. Apparemment des invités triés sur le volet pour le caresser dans le sens des poils!!! J’approuve qu’il se présente et bouscule cette fameuse nomenklatura, toutefois la  » misère  » du Plateau ne sert-elle pas de paravent aux réels défis qui minent cette commune? Drogues, vices, sexe (racolages , et prostitution ) décrochages scolaires, jeux, alcool, délinquance… Et j’en passe. C’est en résolvant ces maux par des modèles d’apprentissage et de réinsertion des adultes ( oui, vous avez bien lu;ses amis qui galèrent aujourd’hui le sont pour la plupart ) , des jeunes et des femmes. Voilà , entre autres, l’une des pistes à sonder…

  5. Wouuuahoooooo!
    Quel beau commenntaire.
    Impressionnant dans tes écris. Le belle sculpture avec ta plume donne envie de drainer mes ambitions dans le métier d’écrivain mais bon…c’est pas ma chose.
    Bonne chance à toi Yehni Djidji et bonne continuation.

    Achille SÉRY
    Founder & CEO of Grooco & Co (Agence de communication évenèmentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.