Le Ministre Bruno Koné rencontre quelques journalistes, blogueurs et activistes du web


09 Jan. 2018

Le Lundi 8 Janvier, une vingtaine de blogueurs, web activistes et journalistes ont été conviés à un déjeuner au Maquis Duval par le Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste.  Choisis à titre personnel, pour leur regard critique sur les actions gouvernementales, en particulier celles du Ministère, les invités du jour ont eu l’occasion d’échanger de vive voix avec Monsieur Bruno Koné dans une atmosphère décontractée, conviviale et surtout face à face.

 

L’évolution de la Côte d’Ivoire vers une économie numérique

Arrivée à l’heure, j’ai eu le privilège d’être installée à la table du Ministre ce qui nous a permis d’aborder plusieurs sujets avant même que le ton de la rencontre ne soit donné.

Après un tour de table pour que chaque invité puisse se présenter, le décor a été planté avec un propos introductif de Monsieur Koné expliquant ce qui avait motivé le choix des invités  et faisant un récapitulatif de l’évolution du numérique en Côte d’Ivoire.

Pour Monsieur Koné, les infrastructures et l’environnement réglementaire sont un préalable à l’économie numérique. Voilà pourquoi de grands travaux ont été amorcés dès 2011 et 2012 pour établir ces fondements.

Au titre des infrastructures, les progrès sont notables. La Côte d’Ivoire était parmi les derniers pays africains à se doter de la 3G mais a été parmi les premiers à passer à la 4G. En 2012, nous n’avions qu’un seul câble international qui montrait ses limites. A ce jour, nous sommes à 3 câbles avec une capacité multipliée par 100. La Côte d’Ivoire est connectée à tout le reste du monde sans interruption d’internet, comme on peut le voir dans certains pays. L’accent a aussi été mis sur une bonne couverture d’internet sur toute l’étendue du territoire et c’est un travail qui continue de se faire en collaboration avec les maisons de téléphonie, tout comme la couverture des principales routes.  Les ivoiriens sont de plus en plus mobiles et il n’est pas bon qu’ils ne puissent pas se connecter pendant leurs voyages à travers le pays.

En ce qui concerne l’environnement réglementaire, il a fallu tout refaire. La loi qui datait de 1995 ne faisait même pas mention d’internet dans son contenu. Le nouveau code de la communication de 2012 ainsi que la récente loi sur la presse et l’audiovisuel viennent remédier à ces insuffisances.

Un focus sur le contenu

Aujourd’hui, le Ministère entre dans une nouvelle phase du développement numérique. Il veut encourager la production de contenu local, un contenu qui apporte quelque chose à l’intelligence des ivoiriens, qui leur apporte de la valeur. Comme d’autres pays, il faut que les ivoiriens tirent profit de cette économique qui se construit pour générer de la richesse.  Voilà pourquoi par exemple les impôts sur les équipements sont passés de 32% à 5% afin de permettre au maximum de personnes d’avoir un matériel adéquat pour se connecter. C’est aussi la raison des opérations, « un citoyen, un ordinateur », « un journaliste, un ordinateur », « un étudiant, un ordinateur »…initiées par l’ANSUT.

Le buffet a enfin été ouvert et quelques minutes après, la parole a été donnée aux participants pour poser des questions au Ministre. Puisqu’il porte également la casquette de porte-parole du gouvernement, les questions ne se sont pas cantonnées à son Ministère.

Au sujet de la (ré) identification des abonnés

Elle s’est imposée à l’Etat et ne vient pas des opérateurs. Il est important de procéder à une identification biométrique pour lutter encore plus efficacement contre la cybercriminalité.

Au sujet de la mauvaise qualité de service des opérateurs de téléphonie

Une ou deux campagnes de contrôle sont réalisées chaque année pour évaluer le niveau de signal et de couverture en comparaison aux promesses faites par l’opérateur. Des amendes sont fixées en cas de manquement. Il est important de préciser que l’on peut porter plainte à l’ARTCI si nous estimons qu’un opérateur ne remplit pas correctement ses devoirs envers nous. Toutefois, il est bon de rappeler que les opérateurs sont entrain de mettre à jour leurs réseaux pour pouvoir fournir la 4G correctement et cela induit forcément des perturbations. D’ici un 12 à 18 mois, tout devrait être rentré dans l’ordre. De plus, le terminal avec lequel l’utilisateur se connecte peut aussi être une cause des difficultés rencontrées. Il faut des téléphones adaptés, bien paramétrés et un abonnement adéquat pour profiter pleinement de la 4G par exemple.

Les participants ont insisté sur le fait que la justice justement semble ne punir qu’un seul camp.

Au sujet du Blacklistage de la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire n’est pas toujours blacklistée mais elle est souvent victime de ses différentes appellations. Côte d’Ivoire, Costa de Marfil, Ivory Coast, les étrangers s’y perdent parfois et cela fait que nous ne sommes pas intégrés à certains sites. Un monitoring est fait pour prendre en charge les cas de ce genre.

Au sujet du licenciement des travailleurs de Koz, Comium, Green… :

 Le Ministre a dit et je cite “Nous sommes aussi touchés que les travailleurs de Green et Koz par la situation. Une telle décision n’a pas été facile à prendre. Voilà pourquoi nous avons attendu 4 ans pour la prendre et alerté les entreprises afin qu’elles se mettent à niveau. ”

“Nos calculs avaient montré que le spectre de fréquence ne pouvait pas supporter plus de 3,8 opérateurs mais nous tenions à sauver des emplois en acceptant d’aller à 4. Nous avons échangé pendant un an avec les opérateurs défaillants mais il y avait un opérateur réfractaire qui n’a pas permis de trouver une meilleure solution.”

La 4e licence avait pour but de sauvegarder les emplois malheureusement perdus. Mais un des opérateurs défaillant a refusé d’adhérer. On lui a annoncé que le liquidateur avait fini son travail et que des paiements allaient se faire incessamment. Un des anciens employés présent à confirmer que l’affaire suivait son cours à la justice et a plaidé pour que du travail soit trouvé aux employés en plus des potentiels dédommagements à venir car la situation est difficile.  Il a aussi confirmé avoir reçu une modique somme, à peine la moitié d’un salaire pour les fêtes.

 

Au sujet de la portabilité des numéros

C’est un des objectifs de 2018.

Au sujet des « 200 »

J’avoue avoir été distraite à ce moment ayant des coups de fil à passer. Ceux qui étaient présents pourront compléter. J’ai compris que ses services effectuent un monitoring et c’est en fonction des chiffres obtenus par ce biais qu’il a parlé. Il ne parlait pas de tous les blogueurs ou internautes mais de ceux qui s’exprimaient sur un sujet précis. D’ailleurs il a fallu ce buzz pour que le chiffre croisse à 3 000 environ. C’était un malentendu amplifié par les réseaux.

Au sujet de la loi sur la presse

C’est une loi qui est bonne et consacre des avancées majeures. Même l’article 90 qui a été décrié et finalement retiré n’invente rien. Il reprend juste des articles du code pénal. Code pénal qui s’applique à tout le monde, journaliste ou pas. Ce n’était qu’un rappel qui avait le mérite d’être plus clair.

Pour ce qui est de ne pas rappeler des faits datant de plus de 10 ans, le Ministre a mentionné que cela existait déjà dans le texte de 2004 et que les faits historiques et les faits d’actualité ne sont pas concernés.

C’est un des sujets qui a fait le plus débat, le public insistant sur le caractère pernicieux de l’autosaisine du procureur en ce qui concerne l’offense du Chef de l’Etat et que les articles n’étaient pas aussi clairs que le Ministre le disait. Il ne s’agissait pas de bien expliquer à ceux qui posent des questions dans la salle mais de faire en sorte qu’à l’avenir ce soit aussi clair dans le texte de loi.

Au sujet des lois auxquelles la population n’adhère pas et/ou qui peinent à être mises en œuvre

J’ai retenu qu’un gouvernement responsable ne réfléchit pas à court terme mais à long terme. Notre gouvernement construit le présent mais aussi l’avenir. Ces lois qui peinent peut être à être comprises ou mise correctement en œuvre (téléphone au volant, cigarette en public…) visent à protéger la population et s’inscrivent dans la durée. 15 000 policiers pour toute la population ne peuvent pas faire respecter une loi. Il faut une part de civisme de la population pour appliquer les lois.

Au sujet de la redevance RTI

La redevance est perçue à partir d’un certain amperage. En dessous l’abonné ne paye rien. En payant vous faites preuve de solidarité envers les moins nantis qui ne payent pas. Vous les aidez à pouvoir avoir accès à la télévision.

Au sujet de la crise postélectorale

On a vu un Ministre prudent, qui cherchait ses mots pour ne pas frustrer ou choquer au vu de la sensibilité du sujet. En gros j’ai retenu que 2011 aurait dû être la fin du processus de sortie de crise. Cela a été un échec parce que un camp a refusé de lâcher prise. Il y a eu des morts. Ces morts ont des familles. On ne peut pas demander de laisser tomber tout simplement. C’est délicat et difficile. C’est une affaire de justice. On doit cependant garder à l’esprit que nous sommes dans une situation où personne n’a gagné. Toute la Côte d’ Ivoire a perdu.  La jeune génération doit laisser tomber. Les choses ne s’arrangeront pas dans un conflit perpétuel. On doit penser à nos enfants, à notre pays qui doit continuer sa marche en avant peu importe celui qui est à la tête.

Des participants ont insisté sur le fait que pour le moment, un seul camp était face à la justice.

 

Au sujet des microbes

En ce qui concerne les enfants en conflit avec la loi le Ministre a dit assumer ses propos. Mettre un enfant en prison c’est créer la criminalité de demain. En tant que porte parole d’un gouvernement responsable il ne peut pas tenir un autre langage.  La Côte d’Ivoire a ratifié des traités protégeant les enfants. Engager la responsabilité des parents de ces enfants peut être une piste à explorer.

A ceux qui ne comprennent pas pourquoi notre indice de sécurité est encore élevé, il a dit que l’indice de sécurité se calcule selon des normes internationales, le gouvernement n’invente rien. Il y a des critères dont on tient compte pour le définir et nous sommes bien classés.

Une initiative à perpétuer

Il y avait tellement à dire que le déjeuner à faillir devenir un dîner.  C’est vers 17h que la rencontre a pris fin. Cela m’a fait plaisir d’entendre des personnes parler avec autant de verve qu’elles écrivent sur les réseaux sociaux car il est important de pouvoir assumer et tenir les positions que l’on défend en ligne quand l’occasion le permet. Tout cela me conforte dans l’idée que les ivoiriens ont besoin de cadres d’échanges avec ceux qui les dirigent. Ils ont besoin de leur parler et d’être sûrs qu’ils sont entendus et écoutés. Ils ont besoin qu’on leur explique les raisons derrières les décisions et qu’on ne les considère pas comme pas assez intelligents pour comprendre ou pas assez audacieux pour manifester leur ras-le-bol face à des insatisfactions.

De telles rencontres gagneraient à être institutionnalisées et copiées par les autres Ministères. Au moins une fois par mois, il serait intéressant que gouvernants et gouvernés se rencontrent et que cela soit retransmis sur les réseaux sociaux pour que le maximum de personnes puisse y participer ou au moins y assister.

Avec les nombreuses crises que la Côte d’Ivoire a connu, les clivages politiques prononcés, le capital confiance envers les autorités est fragilisé et seule une communication intense et une véritable proximité avec la population pourra le rebâtir.

 

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

6 thoughts on “Le Ministre Bruno Koné rencontre quelques journalistes, blogueurs et activistes du web

  1. Belle initiative, je pense qu’il devrait se faire plus souvent en même à plus haut niveau . Les gouvernés d’aujourd’hui sont différent de ceux d’hier qui croyaient tout ce qu’on leur disait. Aujourd’hui l’information est vulgarisé et on a affaire à une classe moyenne très évoluée et intelligente. Merci Yehni.

  2. Très bon article et il est important de retenir ceci « gouvernant et gouvernés doivent se rencontrés pour échanger
    Merci !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.