Mon expérience du commerce en ligne


17 Août. 2015

bofJ’avais pour habitude de faire les éloges des réseaux sociaux comme moyen de faire le commerce à moindre coût. Pas besoin de magasin pour stocker la marchandise, votre domicile suffit. Pas besoin de dépenses en communication extraordinaires, la création d’une page gratuite permet de faire la promotion de ses activités et, encore plus dynamique, l’inscription à des groupes de vente.

Il y a deux semaines je me suis moi aussi lancée dans une activité commerciale via facebook. Accessoires de modes féminins et chaussures. Je me suis heurtée à quelques obstacles que j’aimerais partager ici.

1-Demander une avance aux clients via mobile money ou pas?

Ayant pendant longtemps été dans la peau d’une cliente, j’ai toujours été sceptique quant à l’envoi d’une avance avant de voir la marchandise. Certaines photos n’étant pas forcément conformes à la réalité, le client peut se retrouver avec un article dont il ne veut plus et dans ces cas là, son avance ne lui ai pas remboursée. Je trouvais donc que c’était un frein à l’achat.

Désormais dans le rôle de la vendeuse, je réalise que certaines clientes passent des commandes fantaisistes. Une fois que vous revenez vers elles avec les articles ces personnes semblent étonnées. Elles se dérobent pour une raison ou une autre et vous vous retrouvez à avoir fait une dépense inutile. Ou pire, elles vous donnent des rendez-vous qu’elles ne respectent pas. En plus du prix d’achat de la marchandise vous dépensez donc en transport et appels téléphoniques vains.

2-Se constituer un stock ou travailler à la commande?

En tant que cliente je m’étonnais parfois que la vendeuse n’ait pas un assortiment important et doive donner de longs délais de livraisons. En tant que commerçante, je comprends que se constituer un stock c’est s’exposer au risque d’avoir des articles qui vous restent sur les bras. Mon astuce, acheter les produits que j’aime en un exemplaire à ma taille, comme ça s’ils n’intéressent personnes d’autres, ce ne sera pas de l’argent perdu.

3-Livrer ou ne pas livrer?

En démarrant cette activité il était clair pour moi que je n’avais ni le temps, ni les ressources pour livrer. Le point de retrait était donc la riviéra Palmeraie. Mais j’ai pu constater que cela m’a fait rater certaines ventes. De moins en moins de gens ont envie de se déplacer pour aller chercher ce qu’ils veulent. D’ailleurs j’en fais également partie. Le point de livraison doit aussi se rapprocher le plus possible de leur domicile.  L’idéal pour ne pas que le bonus facturé pour la livraison dépasse même le montant de la commande (vu que je pratique des prix assez bas), est de regrouper les commandes par zone et par jour.

4-Quelle politique de prix?

J’ai commencé depuis peu à commander des articles d’Europe pour les revendre, histoire de diversifier mes articles. Au début c’est ici, en local, que je me ravitaillais. Quels prix pratiquer quand n’importe qui d’un peu fouineur peut découvrir votre source d’approvisionnement et vous faire de la concurrence?J’ai décidé d’opter pour des prix bas avec des petites marges afin de gagner sur le volume. Certains clients sont même étonnés de mes prix et veulent savoir si ce n’est pas une anarque. lol. Le problème avec cette technique est que même si un client prend les marchandises en grande quantité, il est difficile de lui faire une réduction significative puisque la marge est déjà faible et cela en décourage parfois.

5- Avec ou sans emballage?

Quand on pratique des prix bas, confectionner des emballages personnalisés peut s’avérer problématique surtout avec l’interdiction des sachets plastiques. Pour le moment je fais avec les emballages d’origine.

Cliquez ici pour accéder à ma page de vente sur facebook: Soukyd.

Si vous aussi vous pratiquez la vente en ligne, vos conseils et expériences sont les bienvenus.

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

2 thoughts on “Mon expérience du commerce en ligne

  1. slt Yehni ,
    Je me suis aussi essayée ,par pure curiosité ,à une vente flash lors de mes 2 semaines de vacances à Abidjan. J’ai rencontré les mêmes problématiques!

    Dans mon bilan post vente , je em suis dit que pour le problème de la livraison , on peut mettre en place des points relais dans les differents quartiers. (par exemple chez des amis de sorte que si tu dois faire une livraison , tu ira faire quelque chose d’utile à même temps)
    L’avantage est que si on ta donné un faux rdv , l’article peut rester dans ton point relais en attendant une prochaine vente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.