MURIELLE AHOURE : UNE FIERTE NATIONALE


26 Mar. 2012

Murielle Ahouré, ce nom a comme jailli de nulle part, et judicieusement inondé l’actualité ivoirienne. Je dis judicieusement, parce que la jeune dame de 24 à peine, s’est hissée à la deuxième place du podium des mondiaux d’Istanbul, quelques jours après la journée de la femme.
C’est la nouvelle icône de l’athlétisme ivoirien, à cause de cette seule victoire, décorée par le Ministre des sports, à cause de cette seule victoire, reçue par le président de la république, à cause de cette seule victoire. Ils en font peut-être trop, mais ce débordement de reconnaissance, montre que les autorités ivoiriennes connaissent l’importance et la valeur d’une telle performance. Alors, pourquoi ne pas donner les moyens à plusieurs Murielle Ahouré d’émerger ?
On a l’impression qu’il n’y a qu’un seul sport en Côte d’Ivoire : le football. Nos ressources financières, vocales et cardiaques, c’est dans le football que nous les investissons. Tapage médiatique, campagne de soutien, maisons promises au marqueur du but décisif à la finale de la CAN 2012…suivez mon regard.

Peu importe le nombre de déceptions dans cette discipline, le dévouement des autorités reste le même. Notre équipe nationale de Basketball a été vice-championne d’Afrique en 2010. Combien sont ceux qui le savent ? Aujourd’hui, la victoire de Murielle Ahouré est celle de la Côte d’Ivoire. On scande son nom. On la félicite, mais quelle est la contribution de l’Etat à cette victoire ? Une facilité pour l’établissement de ses papiers? Très peu à mon goût. Peut mieux faire. Doit mieux faire.

Photos: dmediaci.com

categories InspirésSport

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.