Une nuitée à Azalaï Hôtel Abidjan


12 Jan. 2017

« -Bonjour Madame. Yehni Djidji? Je suis Monsieur… de Azalaï Hôtel Abidjan. Nous aimerions vous offrir une nuitée dans notre établissement.»

C’est en substance l’appel qui m’a conduit du 04 au 05 Janvier 2017 aux portes du 4 étoiles situé sur le boulevard Valéry Giscard d’Estaing à Marcory. Je suis rapidement délestée de mes bagages et escortée vers le premier étage où se trouve la réception. Comme je suis avec mon bébé de 3 mois, c’est confortablement installée dans les fauteuils que je remplis les documents nécessaires.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du jus d’Ananas naturel est proposé comme pot de bienvenue. Une belle attention qui me rend encore plus impatiente de voir la suite que l’on nous a réservée. Mais l’attente devient longue. La réceptionniste s’approche enfin. Elle a peut-être remarqué les nombreux regards que je jette par-dessus mon épaule. Des derniers réglages sont faits à notre suite, nous serons installés dans quelques minutes. L’attente continue et enfin je reçois le précieux sésame : la clé magnétique.

C’est la chambre 417 de Azalaï Hôtel Abidjan qui nous accueille. J’aime la décoration sobre et cette africanité présente partout à petite dose. Les peignes qui indiquent les numéros de porte me séduisent. J’apprendrai plus tard qu’ils sont confectionnés au Mali. Pour l’instant, le bagagiste fait le cicérone. Il explique comment utiliser les différents équipements de la chambre. Télévision, air conditionné, sèche cheveux, douche, robinet…  Dans la douche justement les produits offerts par la maison ont des saveurs différentes de ceux qui ornent les hôtels d’habitude. Gel douche et shampooing à l’huile de Baobab. Lait corporel et savon au beurre de karité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un doux parfum flotte dans l’air. On me dira qu’il s’agit d’une composition spéciale faite de citronnelle et de plantes du désert.

« Vous avez oublié l’essentiel, le Wifi. »

L’employé indique que les codes sont marqués sur l’étui de la carte magnétique. Le séjour peut démarrer sous les bons auspices du Dieu de l’internet. Toutefois, il me faudra quelques réglages avant de pouvoir en bénéficier pleinement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au restaurant, il n’y a pas grand monde. L’hôtel n’est pas encore ouvert. Juste quelques testeurs. J’apprécie moyennement l’entrée, un suprême de Mérou.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour le reste, un vrai régal. Le cocktail est au point. Pas facile de se nourrir avec bébé dans les bras mais on y arrive.

Le gros bémol du séjour sera donc l’absence de commodités spéciales pour les bébés. Des lits parapluies dans les chambres, des poussettes pour les déplacements dans l’hôtel, voire une garderie (même payante) n’auraient pas été de refus. Monsieur Lokossa, le responsable de la réception me rassure, des dispositions sont prises pour le confort des familles avec enfants. Le matériel n’a pas encore été livré mais tous les équipements seront disponibles bientôt. En attendant, de multiples bras se proposent de porter mon fils pendant que je visite l’hôtel. Je n’en demandais pas tant ! J’accepte avec joie.

200 chambres réparties sur 14 étages, 9 salles de conférence, un restaurant, un bar avec terrasse, un SPA, un club de remise en forme, une piscine, un salon de coiffure, un magasin de souvenirs, un salon Executive, telle est la riche offre que Azalaï Hôtel Abidjan propose à ses clients. Quand on finit la visite, bébé s’est endormi dans les bras du chef de Monsieur Lokossa.

Nous passons une nuit agréable. Le lendemain, le petit déjeuner en mode buffet ravit les papilles endormies. Charcuteries, céréales, fruits, jus de fruits, gâteaux, sont dressés dans différents coins du restaurant « le banco ».

L’heure du départ arrive lentement. J’appelle à la réception pour commander un taxi.

« Un taxi normal ou un Africab ? »

Je décide de poursuivre la découverte en choisissant un Africab, n’ayant jamais eu recours au service.  Je reçois un SMS avec les détails de ma commande. Marcory-Palmeraie: 5900 F CFA.  Un peu cher payé je trouve. Par téléphone je suivrai les mouvements du chauffeur dédié à ma course. Au moment de partir un bagagiste vient m’aider. Bébé+valise+sac à langer c’est trop pour moi. Le  véhicule est là bien avant l’heure. Je quitte l’hôtel avec le souvenir du personnel chaleureux et d’un séjour bref mais agréable.

L’ouverture officielle de Azalaï Hôtel Abidjan est prévue pour le premier trimestre 2017. Pour être informés, suivez leur page facebook.

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

2 thoughts on “Une nuitée à Azalaï Hôtel Abidjan

  1. Compte rendu sans faux fuyant. Je noté que la carte du restaurant est à analyser. Ol manque un détail de poids. Les matelas sont ils excellents ? Quid du confort en chambre ? Double vitrage ? Le vacarme du VGE est il entendu ? La vue ?

    1. Merci pour le commentaire qui me permet de donner plus de détails. La carte complète du restaurant n’était pas disponible. On avait que le choix entre deux menus du jour pour le dîner. Les matelas je ne sais pas comment les noter mais ils sont plus confortables que ceux qui sont chez moi. Malheureusement pour mon dos lol. Côté confort, j’étais à mon aise en tout cas. Mini régrégiérateur, coffre dort (dans toutes les chambres il parait). Double vitrage? Qu’est-ce que c’est? J’avoue je ne sais pas. Mais ma chambre n’avait pas de balcon. La vitre donnait sur la piscine située au 3e étage. Pour ce qui est du vacarme sur le VGE on dort paisiblement. Aucun bruit du dehors ne filtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.