ON NE SE MARIE QU’UNE FOIS (2)


30 Mai. 2011

« On ne se marie qu’une fois. » Autant donc, connaître le sens de certains évènements liés à la cérémonie.
La plupart de ses étapes que nous avons héritées des occidentaux, sont aujourd’hui reproduites machinalement, systématiquement, et c’est un tord.
1-LE CHOIX D’UNE COULEUR

Aujourd’hui tous les futurs mariés choisissent une couleur au moins pour leur mariage. Cette couleur domine toute la cérémonie. On la retrouve dans la tenue des mariés, dans le bouquet, les vêtements des membres du cortège, la décoration. On choisit les couleurs sans tenir compte de leur sens, faisant parfois des combinaisons qui ne vont pas forcément de pair.

Par exemple, le blanc symbolise la virginité, le bleu symbolise la fidélité, le gris symbolise les voyages lointains, le vert symbolise la pudeur, le noir symbolise le refus du mariage, et le jaune symbolise l’adultère.
Je suis sûre que vous connaissez comme moi des gens qui ont choisit le jaune comme couleur de mariage.
2-LE PORT DU VOILE

Le voile est universellement compris comme un symbole de subordination. Il exprime d’abord et avant tout la condition subalterne de la femme.

 Le voile actuel, court et léger, apparaît au début du XIXe siècle. Le port du voile de mariée est notamment un vestige de l’époque où l’on estimait nécessaire de dissimuler la jeune femme afin que les mauvais génies ne puissent pas la reconnaître. On dit en effet que les esprits rôdent tout particulièrement autour d’une jeune femme le jour de ses noces. Le voile symbolise ainsi la volonté et la prière de la mariée d’être préservée de toute souillure.
À l’époque des mariages arrangés, la femme était vêtue d’un voile la couvrant de la tête aux pieds. La mariée ne se dévoilait qu’au dernier moment, afin d’éviter également que son promis ne se sauve en courant devant un visage avec lequel la nature n’aurait pas été généreuse…
Aujourd’hui certaines mariées découpent leur voile à la fin de la cérémonie pour le partager aux femmes célibataires.

3-LA POSITION DE LA MARIÉE
Durant la cérémonie, la mariée se tient à gauche et le marié à droite. L’origine de cette tradition remonte à l’époque où le marié capturait sa femme en la kidnappant. Si le marié devait se battre avec d’autres prétendants, il tenait sa future femme de sa main gauche afin de laisser sa main droite libre pour utiliser son épée.

4-LE COUSSIN A ALLIANCE

Autrefois les alliances étaient placées dans deux sachets séparés jusqu’au pied de l’autel pour être ensuite placés sur un coussin juste avant l’union formelle des deux futurs époux (les futurs époux pouvaient, selon la légende, se retirer de la promesse de s’unir pendant que les anneaux se trouvaient encore dans les sachets). Reprenant aujourd’hui une partie de cette tradition on les couche sur un coussin apporté par le petit page à la vue de tous symbolisant notre décision inébranlable de nous unir et ainsi ne pas changer de décision à la dernière minute. Ce coussin symbolise aussi l’intimité du lit conjugal.
J’avoue ne pas avoir encore assisté à un mariage avec cet accessoire.
5-LE LANCER DE CONFETTIS
Normalement, c’est du riz qu’on lance. Le lancer du riz à la sortie de l’église symbolise la prospérité et la fertilité pour les nouveaux mariés. Cela remonte à un très ancien rite païen consistant à lancer des graines sur les jeunes mariés, graines dont la force et surtout la fertilité leur seraient ainsi automatiquement transmises…
C’est sans doute avec les différentes crises alimentaires que les confettis et les pétales ont pris la place du riz.
Outre leur effet visuel non négligeable, elles ont aussi la réputation d’éloigner les « mauvais esprits » loin des jeunes époux.
Sacrifier à un rite païen à la sortie de l’église? Quelle bonne idée! 

6-LES FILLES ET LES GARÇONS D’HONNEUR

L’origine des « demoiselles d’honneur » vient d’une coutume romaine, les mariés se rendaient à l’église accompagnés d’un cortège de jeunes gens du même âge habillé de manière identique aux futurs époux. On pensait que de cette façon, les mauvais esprits ne pourraient pas différencier les jeunes mariés du reste du groupe et ne pourraient pas s’attaquer à eux. Ils seraient ainsi épargnés par les malheurs.

J’ai été quatre fois demoiselle d’honneur et ce n’est que maintenant que je me rend compte que je servais d’appât pour les esprits mauvais! 
Et je n’ai toujours pas compris pourquoi en Côte d’Ivoire, elles se tiennent par la main et tournent en  cercle autour des mariés quand ils ouvrent le bal. Sûrement un autre rite païen!
7-LE LANCER DU BOUQUET
Depuis le 15è siècle, est née en France une vieille tradition qui veut que la mariée lance son bouquet en l’air en tournant le dos à ses amies célibataires. Celle qui l’attrape est alors désignée par ce sort comme étant la prochaine à se marier dans l’année. A l’origine, c’était les hommes qui courraient derrière la mariée jusqu’à ce qu’ils l’attrapent et lui arrache le bouquet !
Dans certaines régions , il n’y a pas de lancer de bouquet, puisque celui ci est déposé en offrande sur l’autel de la vierge.
Pas mal comme idée pour les catholiques.
Ici, le lancer de bouquet est source de crêpage de chignon et prétexte à des règlements de compte. Certaines mariée font un tirage au sort ou l’offrent tout simplement à la personne de leur choix.
8-LES DRAGÉES

La tradition d’offrir des dragées pour les événements heureux remonte au Moyen Age. L’amande de la dragée symbolise la naissance mais aussi l’immortalité donnée par le baptême au petit enfant.Quant aux dragées du mariage, elles sont une promesse de bonheur !

Remplacer l’amande par du chocolat fait donc perdre tout son sens à cette friandise, même si le goût est nettement meilleur. Certains disent aussi qu’on ne donne les dragées qu’aux femmes. Je crois que c’est plus par souci d’économie que pour respecter une quelconque tradition.
9-LE SEUIL DE LA PORTE 

Il est de coutume de voir le marié porter son épouse pour franchir le seuil du domicile conjugal.

Cette tradition proviendrait d’une légende, du temps de l’Empire Romain, qui disait que toute femme qui trébuchait, en entrant pour la première fois en tant qu’épouse dans la maison commune, verrait son mariage courir à la catastrophe : La porter permet d’éviter cela et de conjurer ainsi le mauvais sort.
En Côte d’Ivoire, les mariés ne vont généralement pas directement dans leur maison, juste après la cérémonie. Ils vont à l’hôtel pour leur nuit de noce. C’est donc pour franchir le seuil de la chambre que le mari porte sa femme. Une fois à la maison chacun utilise ses propres pieds! 
Cela prouve bien qu’on le fait sans vraiment en connaître la teneur.
10-LA LUNE DE MIEL

Cette expression souvent synonyme de « voyage de noces » est en fait une coutume datant de près de 4 siècles. En effet, à Babylone, pendant le premier mois de mariage, le père de la jeune épouse devait offrir de la bière à son gendre, autant que celui-ci en demandait. Cette bière, le « mead », était fabriquée à base de miel. On appelait alors ce premier mois de mariage le « mois de miel ». De plus, le calendrier à cette époque était un calendrier lunaire. Par extension, l’expression est devenue « lune de miel ».
Je crois avoir abordé les points saillants. Vous avez une autre interprétation?  Vous pensez qu’un élément majeur a été omis? Discutons.
categories DossierInspirés

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


9 thoughts on “ON NE SE MARIE QU’UNE FOIS (2)

  1. Bonjour,
    Fort enrichissant… Seulement, je crois que le sens à donner à ces choses est à relativiser et dépend de ce que chacun en retire. Je pense que si ces coutumes ont été reprises et non d’autres, c’est bien parce que ca fait joli comme on dit… je doute que s’il s’était agi par exemple de s’asperger de sang d’animaux sacrifiés, cela aurait été autant repris… si on veut considérer l’origine paeinne des choses pour ne pas les faire, je crainds bien qu’on ne puisse plus vivre… les noms des jours par exemple sont le résultat des divinités paiennes auxquelles ils sont associés : Lundi pour jour de la lune, en hommage à la déesse Artémis, Mardi pour Mars, le dieu de la guerre, Mercredi pour mercure, … et ainsi de suite… pareil pour les mois : Janvier pour Janus, Mars pour le dieu Mars, … est-ce pour autant que nous faisons des invocations à ces dieux à chaque fois que nous utilisons ces dénominations ? A mon avis, les choses ont le sens qu’on veut bien leur donner. Bonne journée !

  2. Merci @Akindêwa!  » A mon avis, les choses ont le sens qu’on veut bien leur donner! »
    Bien dit! Quoique, il est toujours bien de connaître l’origine et le vrai sens des choses!

  3. @yehni, je n’ai aucune objection en ce qui concerne la notion d’origine, même si celle-ci reste toujours difficile à établir en ce qui concerne des us et coutumes populaires ; par contre, pour ce qui est du vrai sens… je crois que cela ne s’applique qu’à ceux qui y croient. C’est une question de conscience et à chacun son sens ! loool … en ce qui me concerne, ce sont les sommes folles qu’on dépense dans des choses si inutiles qui m’horripilent…

  4. @ Akindêwa : tout est dit!! mais si les gens ont les moyens de dépenser tout cet argent sans manger igname après (lol) pourquoi s’en priver? là encore c’est un histoire de priorité!! en tout cas si j’ai les moyens de faire mon mariage de princesse, les gens vont souffrir avec moi lol

  5. Hi Carolle !
    C’est comme tu dis ; tant qu’après, on ne se met pas à la feuille de manioc… perso, c’est inutile et il y a certainnement mieux à faire… mais bon, il faut de tout pour faire un monde

  6. bien… on n’en apprend des choses!!! je pense qu’on vulgarise tellement les choses qu’un retour aux fondements ne peut être que bénéfique!!! merci…

  7. je ne sais plus trop mais je pense que la tradition de la dragée est plutôt du au fait qu’un futur marié contraint d’aller à la guerre (ou autre part: je n’ai plus l’histoire en tête) a appris à son retour la mort de sa fiancée. il a donc planté un arbre sur sa tombe et celui ci a produit les amandes qui sont utilisées dans les dragées et c’est la raison pour laquelle on ne les offre qu’aux femmes ( en souvenir du geste de ce jeune homme)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.