Par ici la monnaie !


14 Août. 2014

111123_ih1y2_ampc-argent-canadien_sn635

Saviez-vous qu’on vendait la monnaie? Moi je savais. Il ne s’agit pas d’une opération de change d’une devise à une autre mais plutôt de réduire une somme en petites coupures. Par exemple obtenir pour un billet de 5000 F CFA, deux billets de 2000 F CFA et un de 1000 F CFA. Pour avoir ces coupures qui facilitent les petites transactions du quotidien, il faut payer. Au marché, on peut vous prélever, 50 F CFA, 100 F CFA voire plus, pour obtenir ces précieux sésames qui vous permettront de prendre en toute tranquillité les transports en commun et d’acheter dans les boutiques. C’est que les commerçants n’ont jamais de monnaie. Dans les supermarchés, il n’est pas rare de voir les caissières donner des bonbons, des boîtes d’allumettes, des savons et autres articles pour combler le déficit et permettre au client de ne pas trop sentir le préjudice.

Pourquoi la monnaie est si rare quand il suffit d’aller à la banque pour en demander et en obtenir? Le fait est que ce n’est pas aussi facile que cela. J’en veux pour preuve mon passage récent à une banque située à l’entrée de la Riviéra Palmeraie. Le Monsieur juste avant moi, un homme d’allure responsable et au calme apparemment olympien, a commencé à tempêter, crier, vociférer parce que le caissier refusait de lui donner de la monnaie.

« Je sais que tu as la monnaie! Donne-moi ça!  » hurlait-il à gorge déployer. ça faisait pitié. J’ai crû qu’il allait fondre en larmes ou  saisir l’arrogant à la gorge, parce qu’en plus il souriait l’autre, lançant quelques petites piques au passage. Il souriait de ce sourire narquois qui veut dire « quand tu vas finir de t’exciter, tu vas te taire et partir ».

Ce qui énervait encore plus le pauvre client, c’est qu’il avait demandé au caissier de voir avec sa collègue à côté de lui, si elle avait de la monnaie, chose qu’il avait refusé catégoriquement. Les éclats de voix ont attiré la chef d’agence qui a calmé le jeu. Elle s’est excusée et a réprimandé le caissier.

« mais pourtant ce matin je vous ai demandé si vous aviez besoin de monnaie et vous avez dit non! Calmez-vous monsieur ce n’est pas bon pour la santé! Vous avez parfaitement raison. « 

« Mais Madame, il exagère, ce n’est pas la première fois qu’il fait ça. J’ai besoin de cette monnaie pour payer le transport de mes employés et à chaque fois il fait la même chose. »

L’autre caissière, qui avait la monnaie depuis le début et a laissé les choses s’envenimer sans parler, à inviter le monsieur à se diriger vers elle. Il a encore un peu tempêté, menaçant de faire renvoyer le caissier grâce à ses contacts hauts placés.

« je connais votre nom. Vous allez voir! » Et l’autre de répondre: « je peux même vous donner tout mon nom. » Et la chef d’agence de répondre « Baba, tais-toi! »

Aux dernières nouvelles, Baba est encore là, son sourire arrogant aussi.

Pourquoi diantre doit-on quémander pour avoir la monnaie, quand il y en a? Franchement ! Ce sont certainement les caissiers même qui revendent les petites coupures au marché noir. Sinon comment comprendre?

Un autre phénomène, et ça je ne savais pas, c’est qu’on achète aussi les billets propres. Je m’explique. Si ton billet est déchiré, ou abîmé d’une façon quelconque et que les commerçants refusent de l’accepter, tu peux l’échanger contre un billet d’une même valeur et plus orthodoxe, moyennant bien sûr paiement d’une petite commission. Alors que parfois, c’est au guichet automatique qu’on se retrouve affublés de ces billets à problème. Mais bien malin qui pourra le prouver.

categories Débat

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.