Le riche séjour de Madame Phumzile Mlambo-Ngcuka en Côte d’Ivoire


30 Nov. 2017

En Côte d’Ivoire, les femmes sont encore victimes de nombreuses injustices et violences liées à leur genre. En Juillet 2015, un index publié par la banque mondiale classait la Côte d’Ivoire à la 43e place sur 52 pays étudiés en Afrique, en termes d’égalité des genres. Les 3 critères considérés étaient les opportunités économiques, le développement social ainsi que les lois et les institutions.

Des défis énormes

Parlant justement d’institutions, les chiffres à ce jour sont loin de s’approcher d’une quelconque parité. 29 femmes sur 225 députés soit 11,37%. 6 femmes préfets sur 108. 6 femmes dans le gouvernement sur 32. Le défi à relever pour la participation politique des femmes est énorme.

Sur le plan économique, les femmes sont encore à la traîne en ce qui concerne la juste rémunération de leurs efforts. Dans le monde agricole par exemple 67% de la main d’œuvre est féminine. Mais seulement 5% des femmes ont accès à la propriété foncière.

L’autonomisation, la clé

Ce sont toutes ces disparités que la Directrice exécutive de Onu Femmes, Madame Phumzile Mlambo-Ngcuka, est venue remettre en lumière pendant son séjour en terre ivoirienne, dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre. Un séjour riche en rencontres et cela a été un honneur pour moi de participer à certaines d’entre elles.

La Directrice exécutive de Onu Femmes a échangé avec des femmes leaders dans la politique, la recherche scientifique, la défense des droits des femmes mais aussi des femmes opérateurs économiques qui impactent leur famille et leurs communautés à petite ou grande échelle au quotidien. Toutes ont souligné l’importance de leur autonomisation pour rompre le cycle de la violence. De plus, la nécessité de mentorer les jeunes filles pour que la lutte puisse continuer, et l’urgence d’une plus grande représentativité du genre dans les institutions de prises de décisions, afin que les conditions des femmes s’améliorent considérablement, ont été évoqués par la majorité.

Phumzile Mlambo-Ngcuka avec les jeunes filles leaders.

S’unir pour triompher

Phumzile Mlambo-Ngcuka, a réitéré son soutien aux femmes ivoiriennes, en les exhortant à ne pas oublier leurs sœurs en zone rurale dans leurs actions. Elle leur a demandé de demeurer unies dans la lutte, à s’attaquer aux problèmes ensemble, un défi après l’autre, afin de se donner plus de chances de triompher. Le prochain objectif devrait être de faire passer la loi sur la parité à l’assemblée nationale et tout le monde doit militer dans ce sens.

Rencontre avec les organisations de la société civile

Promouvoir la masculinité positive

Tout le monde et pas que les femmes. Les hommes doivent aussi mettre la main à la pâte. C’est la raison pour laquelle Phumzile Mlambo-Ngcuka a aussi rencontré de hautes personnalités masculines comme le Président de l’Assemblée Nationale, le Vice Président et le Président de la République lors de son séjour.

Remise du pins #heforshe au Président de la République.

D’ailleurs le 28 Novembre 2017, le Président Alassane Ouattara a officiellement lancé le programme #HeForShe en Côte d’Ivoire en présence de Phumzile Mlambo-Ngucka. Il s’agit d’un mouvement de solidarité mondiale pour promouvoir les droits des femmes. Un mouvement qui encourage les hommes à s’engager pleinement et activement aux côtés des femmes. La Côte d’Ivoire avait déjà des champions de la cause comme Asalfo du groupe Magic System ou Gilles Touré. Voir le Président de la République endosser la lutte est un message fort qui, je l’espère, sera suivi d’actions concrètes.

« Nous cherchons des hommes qui démontreront une masculinité positive, pas celle qui domine et écrase, mais celle qui protège et prend soin des femmes. Nous sommes là pour que les autorités s’impliquent.” a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka.

 

 

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.