Plus prompts à être Charlie que Koffi, Ike ou Abdallah ?


20 Nov. 2015

charlie-hebdo

Compassion sélective, indignation à géométrie variables, les africains sont au banc des accusés dans cette série de frappes terroristes qui endeuillent le monde. On les accuse d’être plus prompts à compatir aux malheurs des blancs plutôt qu’aux souffrances de leurs frères noirs. C’est vrai, c’est triste, c’est bien plus encore.

Toutefois, peut-être que cela met en exergue un fait plus important. La compassion n’est pas toujours attachée aux liens de sang, à la proximité géographique ou à la similarité du taux de mélanine. Bien d’autres facteurs entrent en ligne de compte, malheureusement ou heureusement, selon l’endroit où l’on se tient.

L’indignation est subordonnée à l’information

 

Pour être informé de ce qui se passe chez nous, nous sommes obligés de regarder des chaînes occidentales. Comprenons que l’information avant de parvenir à nous est passée par le filtre de leur propre sensibilité et il faut le dire, de leurs propres intérêts. Ils mettront plus en exergue par exemple des attentats sur leur sol ou impliquant leurs ressortissants. Pour que les choses changent il nous faut donc des médias puissants et décidés à faire un travail d’investigation poussée. Des médias qui ne se contenteront pas de transformer les JT en carnet de voyage du président ou en livre d’or des visites des membres du gouvernement. Quand une attaque terroriste se passe au Mali et que la télévision nationale continue de dérouler son programme de feuilleton comme si de rien était, il y a problème. Il est toujours mal vu d’être celui qui pleure plus fort que la famille du défunt.

L’habitude entraîne la lassitude

 

Le malheur quand il est répétitif voire permanent n’émeut plus à la même enseigne. Combien continuent d’écouter les chiffres des victimes des attentats en Moyen-orient. « Encore ceux-là ! » dit-on souvent en changeant de chaîne. Au moins une fois par semaine, des attaques terroristes sont perpétrées dans certains pays, les reléguant finalement au rang « d’incorrigibles ». Quand on arrive à cela, difficile de verser des larmes tous les jours. Dans les pays où les frappes sont ponctuelles, inattendues, surprenantes, le buzz est beaucoup plus grand.

La capacité à faire face

 

Dans la même dynamique que le point précédent, certains estiment que les Etats-Unis ou la France sont plus susceptibles de bouter la menace terroriste hors de leur territoire que le Nigeria ou le Cameroun qui n’ont peut-être pas une puissance de feu et une stratégie suffisamment élaborée. Ils préfèrent donc concentrer leur énergie et leur espoir sur des pays qui peuvent organiser une riposte efficace. Quant aux autres « ceux-là leur palabre ne va jamais finir ». Qui sait ? Peut-être que quand les pays occidentaux n’auront plus rien à faire ils viendront leur prêter main forte.

La France, un rêve

 

Combien économisent pour passer ne serait-ce qu’un jour à Kano ou à Jos au Nigéria ? Combien ont pour pays de rêve le Niger ou la Somalie ? La France, pour parler du cas qui fait marcher les députés ivoiriens, est le rêve de nombreux africains francophones. Pour certains, visiter la tour Eiffel, se promener sur les bords de la Seine constituent l’aboutissement d’une vie. Pour ces gens-là, voir la France attaquée, c’est voir leur rêve se briser, leurs espérances s’effriter et Personne n’aime vivre sans but. C’est leur demander de se trouver d’autres objectifs.

Le lien historique

Je ne connais pas les chiffres mais je crois qu’il y a plus d’ivoiriens en France qu’à Bagdad ou en Somalie.Sans doute séquelles de l’attachement colonial. Bien entendu il ne faut pas négliger la puissance de la langue Française que nous avons en partage. D’ailleurs L’honorable Trazéré Olibé Célestine, Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale le disait à un de ses contacts facebook qui condamnait la marche des députés ivoiriens en hommage aux attentats en France et ailleurs dans le monde…

olibe

categories Débat

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


5 thoughts on “Plus prompts à être Charlie que Koffi, Ike ou Abdallah ?

  1. Je ne vois pas en quoi les africains sont « au banc des accusés! Il y en a parmi les victimes et parmi les forces de l’ordre publiques ou privée. La cible n’était pas une couleur de peau mais LA JEUNESSE parce qu’elle s’amuse dans des conditions jugées « impures » par les »Fous d’Allah »! Je crois qu’il ne faut pas nous diviser pour contrer une intolérance MEURTRIÈRE qui s’arroge le droit de dire le bien et le mal ! Les musulmans sont en droit de vivre selon leurs règles mais n’ont pas le droit de l’imposer aux non musulmans. Je pense que les victimes « par ricochet » de ces violences sont les musulmans eux mêmes dont l’immense majorité est pacifique et tolérante. Voilà la cible, elle ne dépend pas de la couleur de la peau!

    1. Hello, on dirait que vous ne m’avez pas comprise. Un débat a lieu sur les réseaux sociaux, vous ne l’avez peut-être pas vu. Les africains sont mis « au banc des accusés » par d’autres africains qui estiment que nous avons compati aux attentants à Paris mais que nous restons amorphes face aux attentats au Niger, au Cameroun ou au Nigéria. Ils disent que ceux qui agissent ainsi sont encore dans le complexe du colonisé et que par cette attitude ils sont une honte! Car les occidentaux se moquent bien de ce qui nous arrivent. Ils ne compatissent pas parce que leurs frères ont été touchés (sinon ils auraient condamnés les attentats de Boko Haram) mais parce que la France a été atteinte. J’espère que cette explication vous permettra de comprendre le contexte de l’article.

  2. En effet, je comprends mieux votre position. Mais, il est abusif de croire que les occidentaux (moi en tout cas! petit français moyen) sont indifférents aux épreuves terroristes en Afrique. Je suis scand

  3. SUITE: je suis scandalisé par l’enlèvement de 100 ou plus jeunes filles par « Boko Aram » qui , au nom d’une religion (!) les a réduites en esclavage domestique et /ou sexuel! Qui peut sérieusement penser qu’un tel banditisme découle d’une religion! Donc, restons unis dans le respect mutuel des cultures et des religions pour tenir en échec ces illuminés qui sont aussi (sinon surtout!) des trafiquants: armes, drogue, êtres humains. J’espère que maintenant nous nous comprenons mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.