PREMIERE PROJECTION DE IVORIAN CREW DANCE


14 Avr. 2013



icd3

En regardant des films comme Step up 1, 2, 3 et assimilés, j’avais du mal à croire que des africains d’Afrique puissent faire de pareils exploits. Notre alimentation (consommation régulière de foutou et dérivés) constituait à mes yeux, un sévère handicap pour se mouvoir comme des invertébrés. Le Film Ivorian Crew Dance a brillamment démontré le contraire. Le public a eu droit a des chorégraphies époustouflantes tout le long du film. De plus, les démonstrations en live sur la scène même du Cinéma La Fontaine de Sococé ont fini de convaincre les St Thomas qu’il ne s’agit pas de trucages.

Un autre bon point est que, contrairement aux films qui font la promotion d’un Abidjan branché, du luxe, de la richesse, Ivorian Crew Danse nous a plutôt conduit en immersion dans les ghettos, les quartiers populeux, les bidonvilles… La musique était belle et collait bien aux scènes. J’étais également installée près d’un réalisateur qui faisait l’éloge de certaines prouesses techniques que mes yeux de profanes ne voyaient pas toujours. La course poursuite était réussie et réaliste.

Le film a cependant péché en plusieurs endroits. Quelques fois, le mouvement des lèvres n’avait aucune synchronisation voire aucun lien avec le son qu’on entendait.

J’ai eu également beaucoup de peine à suivre l’histoire. L’histoire qui devait soutenir tout l’édifice et servir de prétexte aux scènes de danse n’a pas été bien menée. Or le synopsis était prometteur. Un jeune héritier passionné de danse qui doit aller faire ses preuves, seul dans une autre ville avant de venir occuper le trône. Il doit déjouer les pièges de son demi-frère qui souhaite prendre sa place et également échapper aux tentations de la grande ville:  ce n’était pas mal. Les ingrédients étaient même là. Une histoire d’amour, des bandits, des courses poursuites, des braquages… Mais  tous ces ingrédients, sans doute mal dosés et agencés, m’ont laissée sur ma faim une fois le film achevé.

Fort heureusement, ce n’est que l’avant-première. Et comme le réalisateur Hyacinthe Hounsou l’a précisé, le film subira des modifications avant de revenir flambant neuf en Juillet. En ce qui concerne les histoires qui m’ont semblé sans queue ni tête, ce serait parce que le film a trois parties. En réalité, Ivorian Crew Dance est une trilogie. Finalement, il est donc difficile à ce stade de porter un jugement pertinent et surtout définitif sur le film. J’attendrai donc le retour pour une revue plus détaillée.

Bravo à l’équipe technique et aux acteurs qui ont mis beaucoup d’ambiance dans la salle. On espère que la nouvelle version en Juillet sera encore meilleure.

NB: j’ai acheté mon ticket à 3000 F CFA au lieu de 4000 F CFA parce que j’avais ma carte Jeune !

icd2

icd1

 

categories Cinéma

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.