Quand Playce/Carrefour arrive dans la place


03 Jan. 2016

playceselfie

L’arrivée de Playce/Carrefour a mis en exergue des comportements de l’homo sapiens que je n’aurais jamais cru voir sous nos cieux. Des jeunes mariés qui vont se prendre en photo devant un mur. Des rangs kilométriques des heures avant l’horaire normal d’ouverture pour être le premier à pénétrer dans l’enceinte. Des files interminables devant les fastfoods pour que les nostalgiques retrouvent les saveurs d’un voyage passé et les curieux puissent enfin s’enorgueillir d’avoir goûté aux plats qu’ils entrevoyaient sur internet ou à la télévision.

La première fois que j’y suis allée, c’était le lendemain de l’ouverture officielle au grand public. L’endroit était plus bondé de monde que les rues du marché d’Adjamé un jour de fête. Vaincue par la foule je me suis enfuie faire mes courses dans un supermarché moins touffu. J’y suis retournée hier et ça à peine désempli. La magie du «  tout nouveau tout beau » opère toujours. J’ai quand même eu la latitude à observer des comportements assez inhabituels.

S’il s’agissait d’enfants, j’aurais compris. Nombreux sont ceux qui se faisaient prendre en photo devant des sapins atypiques ou des décorations ordinaires de noël. S’il s’agissait de touristes de passage, j’aurais été tolérante. Sans doute, c’est la dernière fois avant longtemps qu’ils pourront revenir dans le supermarché. Mais voir des locaux gros grains, vivant à Abidjan de surcroit, se balader par grappes dans Playce/Carrefour, sapés comme jamais, pour se faire des selfies devant des affiches publicitaires, des enseignes commerciales, et les poster sur les réseaux sociaux, franchement je ne comprends pas.

Mieux encore, j’ai rencontré hier des concurrents de Steven Spielberg. Ce groupe était passé au niveau supérieur. La photo, trop peu pour eux. C’est un véritable long-métrage qu’il tournait. Ou alors il s’agissait d’une téléréalité. Un téléphone et une tablette en mode vidéo pour filmer sous toutes les coutures leur promenade dans le dédale des rayons de Carrefour, capturant au passage les visages des autres clients, sans leur permission. Je me suis sentie dans la peau de Koffi Olomidé refusant de se faire filmer à son concert. J’ai rapidement abrégé les courses, offusquée en me disant que si Playce/Carrefour faisaient payer pour chaque photo prise dans leur enceinte, ils auraient sans doute un retour sur investissement plus rapide qu’en vendant des marchandises.

Surfant sur ce succès, le centre commercial a plutôt lancé un concours de selfie sur sa page facebook, promettant jusqu’à 100 000 F CFA de shopping gratuit aux gagnants. #Ekotité

categories coup de gueule

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Je crois qu’avec la foi on peut tout accomplir, même s’accomplir !


9 thoughts on “Quand Playce/Carrefour arrive dans la place

  1. ça c’est la vraie jalousie. et de quoi se plaint elle donc? Elle se plaint de rien au fond. Car, en fait elle veux ignorer ce fameux adage qui veut que tout ce qui est nouveau est beau.Tu ne veux pas que les gens fassent de long rang, Tu ne veux pas qu’ils se prennent en photo et les balancer sur leur pages facebook, tu veux pas qu’il y ait de l’affluence. Alors reviens dans 1 mois tu verras presque plus personne. Toi même tu vas prier pour que les gens reviennent. éh oui je te promets

    1. Hello. La seule chose dont je me plaigne, c’est que des clients se permettent de me filmer sans mon accord parce qu’ils veulent immortaliser leur passage à Playce. Pour le reste je me pose juste des questions parce que c’est une attitude que je ne comprends pas et que je n’ai jamais observé à l’ouverture des autres magasins. Vraiment mon degré de jalousie n’est pas encore arrivé à ce niveau. lol

  2. Madame comme cela arrive très souvent votre article est tout simplement savoureux…..Right on point comme diraient les Anglo-saxons 🙂

  3. Moi je vois pas où est le problème, les gens font ce qu’ils veulent et s’ils veulent se saper pour immortaliser leur passage ou leur mariage au centre commercial c’est leur droit. De paris à dubai à new york les gens font ça et ca dérange personne. Des gens font le rang et dorment devant les magasins pour avoir le dernier iPhone ou la dernière collection designer de H&M, alors pas la peine de faire passer nos frères pour des veaux. Surtout si l’auteur était dans les rangs, à 2 reprises…. après si on veut pas apparaître sur une photo ou une vidéo il suffit de contourner l’objectif.

    1. Faire passer nos frères pour des veaux? C’est un peu vache comme commentaire. J’ai été à 3 reprises à Playce et je n’ai jamais eu à faire de rang, vous vous trompez donc à ce niveau. Aussi, comment contourner un objectif quand il y en a plusieurs ? Il va peut-être falloir que vous me fassiez un cours. A part ramper, je ne vois pas.
      Pour ce qui est du fait que ça se passe à Dubai et à New York, vous semblez avoir beaucoup voyagé mais ma maigre expérience en Côte d’Ivoire m’a montré que mes frères n’ont jamais fait ça pour un autre supermarché, pour une boutique de vêtements ou de téléphones. Il ne s’agit donc pas d’être un veau ou une vache mais de savoir pourquoi des hommes ont autant changé de comportement.

  4. Yehni Djidji madame Mrs Perfect en personne… Jamais un pet de travers, elle ! Elle se plaint de tout et de rien. En même temps, elle-même n’a pas hésité à se rendre sur les lieux peu de temps après l’ouverture, consciente qu’elle allait y croiser « les masses » pour lesquelles elle semble nourrir un mépris à peine voilé. Consciente aussi qu’il existe plein d’autres supermarchés dans Abidjan où elle pouvait faire ses courses royalement sans être dérangés par des « homo sapiens ». Non, elle a choisi d’aller se frotter au « petit peuple ». Pour le fun de critiquer ?
    Chère madame, excusez d’autres humains d’être imparfaits et d’avoir « des comportements de l’homo sapiens » comme vous dites. Tout le monde n’a pas vocation à être parfaite comme vous.
    Ecrivez vos articles et vos romans à l’eau de rose comme vous savez si bien le faire. Mais ne versez pas dans le mépris et l’arrogance gratuite. C’est un jeu auquel vous ne gagnerez rien.

    1. Dany, vous me jugez parfaite? J’en suis flattée moi qui me trouve si loin de mon idéal. Je me plaint de tout et de rien? Et pourtant vous devez être un habitué de mes « sorties inutiles » pour tirer une telle conclusion. Avez-vous tant de temps à perdre pour retenter l’expérience et être continuellement déçu? Il est vrai que vous survolez les articles sinon vous n’auriez pas dit par exemple que j’étais consciente que j’allais croiser des masses à Carrefour. Mon article montre bien ma surprise face aux comportements que j’ai pu observer. J’insiste sur le terme « observer ». Car d’où voulez-vous que je tire les sujets de mes plaintes aussi futiles soient-elles si je suis toujours cantonnée entre 4 murs. Il faut bien que je sorte. Tout le monde ne se contente pas de rester derrière son ordinateur pour porter des jugements et proférer des injures à peine déguisées. Merci pour le conseil sur le jeu du mépris et de l’arrogance car votre commentaire montre bien que vous détenez la palme toute catégorie et qu’il ne fait pas bon s’aventurer sur votre domaine de prédilection. Paradoxalement, vous me demandez de continuer à écrire mes articles « comme je sais si bien le faire ». Dois-je comprendre que les habitudes de « Mrs Perfect » de se plaindre de tout et de rien vous plaisent finalement? Je trouve votre intervention confuse dans le fond car si je voulais m’arrêter à la forme je n’y aurais même pas répondu. Merci pour les leçons mais elles vous seront bien plus utiles. A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.