Riviéra Palmeraie, le quartier sur pilotis !


Il est loin le temps où on déclarait avec fierté habiter à la Riviéra Palmeraie. Sa réputation de « quartier résidentiel » s’est noyée dans les eaux de ruissellement des fortes pluies qui malmènent la zone depuis quelques années. Aujourd’hui,le traditionnel « yako » pour exprimer la compassion ne tarde pas quand tu dis vivre dans ce quartier. Un « Yako » qui, ma foi, n’est pas de trop. Le Dimanche 14 Juin encore le secteur a été victime des pluies diluviennes. Comme par magie, les véhicules sont devenus amphibiens et les domiciles sur pilotis. Une eau boueuse a envahi les rues à flots déchaînés, faisant des intrusions dans les maisons et les commerces au grand dam de la population. Le goudron a encore perdu une bonne partie de son scalp. La route n’est plus que fissures, crevasses et bosses rendant la traversée difficile, même à ceux qui sont à pieds.

Cette année heureusement, plus de peur que de mal du côté de mes parents. L’eau s’est limitée à la terrasse, contrairement à sa visite du 19 Juin 2014 que vous pouvez lire en cliquant ici. Cependant pour parer à toutes éventualités certains objets, les plus délicats, ont été installés sur des meubles hauts et les autres doivent êtres convoyés dans des zones plus sûres. Quelle gymnastique pour une maison de repos supposée abriter une retraite bien méritée.

Pour nous qui vivons dans un immeuble, le sentiment de sécurité est également précaire. On garde encore la psychose des nombreux effondrements qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire à une certaine époque. Vivement qu’une solution soit trouvée.

categories coup de gueule

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.