Un taximan pas comme les autres !


08 Juin. 2015

taxi

Une fois en passant, on rencontre des chauffeurs de taxi à la personnalité pétillante et à l’humour décapant, qui transforment le trajet en véritable aventure.

Du Lundi 01er au Vendredi 05 Juin, j’ai eu l’honneur de participer au premier atelier du programme Jeunes Leaders de Bibliothèques Sans Frontières (BSF). Sélectionnés parmi 300 candidatures, les 11 autres lauréats et moi, bénéficions d’un accompagnement d’une année afin de penser ensemble la bibliothèque de demain et être des vecteurs de changement dans nos communautés.

Le Mercredi 03 Juin, le programme incluait une visite à Ovillage, un tiers lieu dont l’activité se résume en ces trois mots « community-Innovation-empowerement. Pour nous y rendre, nous avons dû former des groupes de 4 pour emprunter un taxi.

Très vite, je constate que notre chauffeur est un spécimen rare. Premier signe. Avant d’accepter le forfait que je lui propose pour la course il prend le temps de sortir sa montre de la boîte à gant pour regarder l’heure afin d’évaluer la possibilité de rencontrer des embouteillages sur le trajet.

Deuxième signe la réponse qu’il donne au chauffeur conduisant un autre groupe, qui lui demande de conduire doucement pour qu’il puisse le suivre jusqu’au point de rendez-vous.

« Oh, je m’en fous de toi! Va-là-bas. C’est moi qui t’ai envoyé à Abidjan?! »

Face à mon étonnement devant une telle violence verbale le monsieur s’explique. Il a fréquenté beaucoup de pays. Il a même arrêté de compter. Mais à aucun moment il n’a vu un chauffeur de taxi qui ne maîtrisait pas comme sa poche le secteur où il opérait. Ce qui malheureusement est chose courante à Abidjan. Pour lui un chauffeur qui demande au client de lui indiquer l’endroit où il va, c’est une abomination.

« Quand tu m’as demandé si je connais Parker Place je t’ai dit oui. Je peux même te dire le nom de chaque magasin sur la route et le nom de la rue principale. Les chauffeurs ne connaissent pas le nom des rues! C’est grave! »

En tout cas, il tient son métier en haute estime. Il enfile sa montre, sa paire de lunettes noires et nous annonce qu’il est enfin prêt pour le travail. Il ne lui manque que la paire de chaussures neuves pour « mettre le feu » sur la ville. Pourtant, même sans la chaussure qui finit le look, il n’hésite pas à draguer.

« Ma chérie, gare bien ta voiture là! » lance-t-il à une dame qui est debout sur le trottoir, le dos face à la route. Pour ceux qui n’ont pas compris il fait référence au postérieur de la dame qui perturberait les conducteurs. Il n’a pas sa langue dans la poche en tout cas. Il n’hésite pas à interpeller un policier qui selon lui commet une grave injustice en prenant les pièces des véhicules de transport en commun qui font une troisième voie là où il ne faut pas.

« Chef, je ne suis pas fan de ce que tu fais hein! Je ne suis pas pas d’accord avec ça. Ce ne sont pas les warens seulement qui roulent mal et les personnels ? » Il insiste jusqu’à ce que le policier lui demande de le laisser tranquille et que le feu tricolore nous permette de partir. Bien courageux, ce justicier des routes.

Quand on parle de politique, le taximan vante les prouesses de « Maadou Goudron » et « Fanta gbè hôpital », sobriquet du couple présidentiel. Il apostrophe d’ailleurs toutes les femmes blanches qu’il croise dans la rue avec un joyeux  » Eh, fanta gbê ça va! ». Concernant le successeur du Président dans cinq ans, il estime que le fauteuil ne reviendra ni au PAN  Soro Guillaume ni au Ministre Hamed Bakayoko. Pour lui « ils sont entrain de le former actuellement. On ne le connait pas encore. « . Va savoir « ils » est mis pour qui dans cette phrase.

Une chose est sûre, on ne s’est pas ennuyé une seconde avec cet homme qui a donné son identité sur facebook. Un nom kilométrique que malheureusement je n’ai pas retenu.

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.