UN TAXIMAN PAS COMME LES AUTRES


« Avoir la langue pendue ». Cette expression n’avait jamais pris autant de sens avant qu’on n’emprunte ce taxi il y a deux jours.Tout y est passé ou presque, sans même savoir l’identité de ceux qu’il conduisait. Imprudent certes, le chauffeur nous a fait rire aux larmes.

Tout commence lorsque nous passons devant une grande maison mal éclairée. Selon lui cette demeure appartient à un homme de Dieu qui a participé aux dernières élections présidentielles.

« Regardez moi des choses comme ça. Toi tu dis que tu es homme de Dieu, tu vas faire politique. Tes fidèles jeûnent, toi tu prends leur argent pour construire une grosse maison comme ça. ça ne te suffit pas tu prends offrande 20 millions pour dire que tu veux devenir Président. Les politiciens se sont des menteurs, des voyous, qu’est-ce qu’un homme de Dieu va chercher là-bas? Laissez la politique aux politiciens. Aujourd’hui ses fidèles ont quitté son église. Pour éclairer sa maison même c’est dur. Un côté est allumé, un côté est éteint. »

 « Les journalistes racontent n’importe quoi. Ce sont des menteurs, des voleurs. Quelqu’un qui a toujours quelque chose à dire, il écrit tous les jours une nouveauté sauf Dimanche. Ce n’est pas un menteur ça? Donc le Dimanche rien ne se passe dans ce pays? Ils mentent. Quelque chose qui paye ta maison, ta nourriture, qui entretient tes maîtresses? S’il n’y a pas d’infos tu dois créer. Quand tu lis les titres tu as envie de payer en même temps. En tout cas moi je ne paye plus de journaux depuis longtemps. « 

« Vieux père tu n’as pas regardé face à face de Gbagbo avec Alassane. Laurent c’est un ami, on se parle au téléphone chaque jour. On s’appelle. Ils se moquent de nous. Nous on porte leur tricot on crie « Gbagbo Gbagbo », « Ado Ado ». On se frappe, on se tue, et eux ils s’appellent. Dans gbangban là Hamback et Wattao ont pris Blé Goudé pour l’envoyer se reposer au Ghana. Maintenant que son argent est finit, il revient. »

Après une mauvaise manœuvre d’un conducteur.

« Regarde comment ce gars là conduit, sa valeur numérique est égale à zéro »

On reprend la conversation politique.

« Et puis ceux qui se cachent au Ghana même je ne les comprend pas. Ghanéen? Ce n’est pas l’homme! Ghanéen est ingrat, ghanéen est malhonnête. Ghanéen n’est pas bon deh.  Quelqu’un qui dit « No pitié, no business ». Même si tu ne comprends pas anglais. Tu entends « no » et puis « no ». Tu sais que « no » c’est « non » ou bien « pas ». Donc ce n’est pas la peine. On dit ça chauffe au pays, tu te caches là-bas ! C’est qui ils ont attrapé premier? Ils n’ont pas attrapé Katinon ou Katinan là. Est-ce qu’ils l’ont libéré d’abord? On dit on va le juger il paye caution, il paye caution. Il a un peu. Quand son argent va finir ils vont dire « Ouattara vient chercher ». Blé Goudé quand ils l’ont attrapé, ils ont regardé, il avait 1 million 200, ils vont faire quoi avec ça? »

Après une mauvaise manœuvre d’un autre conducteur.

« Toi tu prends sens interdit et ça ne te dit rien. Quand on va parler tu vas dire « tu sais qui je suis ». Va à la morgue ou au cimetière tu vas voir qui tu es! On dit l’Afrique le berceau de l’humanité. Notre berceau là est percé. Nous on veut se comparer à blanc. Voilà ils nous manipulent à chaque fois. Blanc sa politique tu ne connais pas il faut laisser. Quand tu vas te chercher en occident c’est ton propre argent tu t’en vas chercher. Ils n’ont rien là-bas, c’est notre argent ils volent. Tu vas chercher pour investir dans ton pays. »

« Tu es monté dans mon taxi non? Policier n’a pas dit coffre arrière, coffre à gant? Depuis que je roule taxi je n’ai jamais vu on a contrôlé un blanc. Mais toi noir, ivoirien, on te contrôle. Et si jamais ta pièce est périmée, tu dois payer pour passer. Toi ivoirien dans ton propre pays tu dois payer ton séjour. C’est quoi ça? Blanc quand on voit son teint clair c’est fini. Et grâce à nos soeurs gentilles il y a des métis aussi. Ce sont les filles Baoulés même qui sont les plus gentilles. Et c’est l’argent qui fait tout ça. Tu n’as rien, dis à une fille que tu l’aimes. Ton amour n’est pas suffisant. Il y a point d’exclamation derrière. Mais si tu as l’argent, ne dis rien. Elle va courir pour te dire « Moi aussi je t’aime « . »

« Parmi toutes les ethnies de Côte d’Ivoire ce sont les Baoulés les plus gentilles. Tu lui dis « je t’aime ». Elle demande « tu es sûre? » si tu dis « oui » a nou alé. Si ce n’était pas Baoulé, pays-là allait brûler. Houphouet Boigny t’a donné crocodile pour adorer, toi Bédié tu tournes. Tu n’as pas encore sauté, tu dis « kpou ».  C’est Bédié même qui nous a mis dans ce problème avec son ventre. Baoulé est trop fan de boisson. On t’a donné un bon truc pour gérer tu as gâté ça. C’est lui! « 

 « Au temps de Bédié ça allait un peu. On a pris président économiste voilà maintenant. On marche pour augmenter les salaires. Il dit sans problème, mais il augmente le carburant en même temps. Qui a marché encore? Il n’a pas touché gazoil, il connait. Il est trop fort. « 

J’ai réussi à enregistrer quelques propos du chauffeur. Pour écouter un extrait cliquez sur taximan

categories 225news

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

8 thoughts on “UN TAXIMAN PAS COMME LES AUTRES

  1. seigneur!!!!!!!!!! je suis pliéeeeee
    on peut avoir une interview de cet homme eclairé???? ou son contact …. j’aimerais vivre cette experience cad emprunter son taxi loooool

  2. Trop drôle. D’abord ta rétranscription est mortelle, trop bien. Fort heureusement pour nous tu as une bonne mémoire. Cerise sur le gâteau: le petit extrait audio qui permet de mettre une voix sur ces propos.Merci Yehni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.