VILLE-LUMIÈRE VS COEUR-LUMIÈRE


23 Déc. 2011

Tout porte à croire qu’il suffit de peu aux ivoiriens pour être heureux. Quelques « jeux de lumières’ et on s’émerveille et on s’extasie, et on se gonfle la poitrine d’orgueil.

-« Abidjan rivalise avec les capitales occidentales !  » ai-je lu quelques part. 
On a plié l’échine au niveau intellectuel, courbé la tête au niveau économique, mais à l’épreuve des « lumières « , nous ne sommes plus des outsiders !
Pourquoi est-ce que je me rappelle autant de nos ancêtres qui se sont fait déposséder à cause de verroterie et de pacotille? 
Arrière de moi pensée qui n’a même pas de place dans ce contexte. Tais-toi, conscience ingrate qui n’apprécie pas à sa juste valeur les efforts pour te faire oublier, pendant un mois entier, tes souffrances.  De quoi avions nous besoin si ce n’était de « lumière », après « dix ans de ténèbres » comme titrait, goguenard, un journal proche du parti (ou des partis) au pouvoir. 
Oui Gbagbo, le méchant Gbagbo, non content d’avoir assassiné des fils et des filles de ce pays, les a plongé dans le noir pendant dix ans ! Quelle ignominie ! C’est connu, avec un peu de lumière on oublie un ventre vide, un avenir en pointillé et la peur des bandits. Dans le combat entre la lumière et les ténèbres, c’est le Président Ouattara le vainqueur.
Le jour où on cessera de comparer  Ouattara et Gbagbo sera pour moi le premier pas vers « la lumière ». 
Tout ce que Ouattara fait est ramené à Gbagbo et vice-versa. Une comparaison faussée d’avance puisqu’ils n’ont pas été au pouvoir dans les mêmes circonstances, ils n’ont pas disposé des mêmes ressources et des mêmes soutiens. Ils n’ont pas commis les mêmes crimes. On parle de réconciliation, mais un simple projet comme « Abidjan ville lumière », est encore utilisé pour fustiger le camp adverse. Le camp adverse également est loin de se comporter en enfant de choeur. Piques pour piques, flèches pour flèches. Où est passé l’amour ? La fraternité ?
Si ces lumières pouvaient par le biais de nos yeux, pénétrer au plus profond de nous mêmes et éclairer nos coeurs mauvais et revanchards, je crois que  l’entreprise de SUNU assurances fera plus que symboliser la renaissance, comme le disait la première dame, mais matérialisera la naissance de l’ivoirien nouveau, d’une ère nouvelle pour notre pays !
Qu’en ces fêtes de fin d’année, Dieu nous fasse la grâce d’être éclairé par SA lumière et de nous réconcilier tous, véritablement, de nous aimer sincèrement, Amis, étrangers, ou fils du pays !
Abidjan, ville-lumière c’est bien, ivoirien coeur-lumière, c’est encore mieux !!!

photos: Abidjan.net

categories coup de gueuleépopée ivoirienne

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

11 thoughts on “VILLE-LUMIÈRE VS COEUR-LUMIÈRE

  1. Yehni, je ne cesserais jamais d’être émerveillé par ton style littéraire si subtil. plein de raffinement!

    je ne pu m’empêcher de m’esclaffer à la vue de la phrase raturée. fine « diplomatie » !

    En te lisant je pense à ce proverbe Akan qui dit: » Quand un aîné partage un plat brûlant, la viande refroidit » et qui signifie que pendant qu’un sage (ici une sage) juge, la querelle s’apaise.

    Paroles Sage ! Peace !

  2. Que dire! que tu as la lumière en toi et j’espère que pour 2012, chaque ivoirien cherchera à faire briller de la lumière en lui pour qu’il rayonne de l’extérieur. Très excellent article!

  3. « Qu’en ces fêtes de fin d’année, Dieu nous fasse la grâce d’être éclairé par SA lumière et de nous réconcilier tous, véritablement »

    C’est peut être cela, la magie de noël
    Merry Christmas Yehni!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.