Yali 2017 : une gaou à Lehigh University


27 Juin. 2017

Depuis le Vendredi 17 Juin 2017, j’ai posé mes valises aux Etats-Unis, précisément à Lehigh University, Bethlehem, Pennsylvanie. Avec 999 autres leaders africains, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour participer au « Mandela Washington Fellowship ». Il y a une histoire, derrière l’histoire, et je vous la raconterai sans doute dans un futur proche ou lointain. Je vous parlerai aussi des cours que l’on nous dispense ici dans un autre article. Pour celui-ci je veux faire un focus sur le « choc culturel », ces choses que j’ai découvertes différentes de ce que je connaissais en Côte d’Ivoire.

Yehni Djidji à Lehigh University
Au dîner d’accueil des participants au Global Village de Lehigh University

Toilet or Restroom?

C’est à l’aéroport de Newark que je réalise déjà que les choses ne seront pas forcément telles que je les connais ou crois les connaitre. Je veux faire un tour aux toilettes avant de prendre la route pour rejoindre l’université en bus. Je demande donc à notre responsable: « where are the toilets please ». Toilet ? Elle répète et me regarde avec un air qui me fait comprendre que ce n’est peut-être pas le terme le plus approprié. Je tente autre chose. « The bathroom ? ». « Ah, the restroom ! » répond-elle en souriant. Je ne sais pas si les américains ont l’habitude de se reposer dans leurs toilettes pour qu’on les qualifie de « salle de repos » mais passons. Une fois là, et plus tard dans le dortoir de Lehigh University, je constaterai que les toilettes ont cette architecture similaire de laisser des espaces en haut et en bas ainsi qu’entre les jointures. Pour être plus clair, quand tu es dans les toilettes, on voit tes pieds et on peut t’apercevoir à l’intérieur par les interstices de la porte. Hum !

To recyle or not to recycle?

Petit en-cas avant le départ pour la vallée de Lehigh et je ne sais pas où jeter l’emballage de mon biscuit. Oui, ici on recycle. On ne balance pas tout dans la même poubelle. Jusqu’à présent j’ai toujours ce blocage devant les ordures. Quel soulagement quand on a fini par nous dire « en cas de doute il vaut mieux jeter la saleté dans la poubelle normale ».

Attention, chauffard à pied

Une semaine déjà que je suis ici et je suis ravie de découvrir ces petites choses. Non, on ne traverse par la route comme bon nous semble, en diagonale, en zigzag. Il y a des passages piétons, des boutons à appuyer pour que le feu change de couleur, demande aux automobilistes de s’arrêter et vous permette de traverser sans risque. D’ailleurs, même quand ces passages ne sont pas clairement définis, les automobilistes s’arrêtent et ne vous obligent pas à galoper sur la route comme du gibier pour échapper à la mort.

Dépaysement total au supermarché

Un autre choc que je veux partager avec vous est le supermarché. On a une allocation pour le repas et nous sommes supposés la plupart du temps préparer notre propre déjeuner et notre dîner. J’entre dans le supermarché et c’est le dépaysement total. Je ne reconnais aucune marque, aucun produit. La plupart du temps je dois choisir à l’aveugle. Je suis complètement perdue. Je regrette de ne pas avoir apporté la nourriture de chez nous. Mais en même temps comment découvrir une nouvelle culture si on occulte le volet culinaire ? Beaucoup de plats déjà congelés qu’on doit réchauffer au micro-onde sont dans les rayons. Non, ce n’est pas ce que je veux manger. Je veux quelque chose de frais que je vais cuisiner. Au rayon des légumes, les produits sont d’un format impressionnant. On se demande si c’est naturel tout ça. Pour la petite histoire j’ai confondu du piment  avec du poivron, tant les tailles étaient similaires. Heureusement que j’ai goûté avant de le plonger dans la sauce. Mes papilles auraient passé un sale quart d’heure.

Les oeufs au réfrigérateur à Lehigh University

Les œufs au réfrigérateur. Une première pour moi. Vouloir se faire un œuf, le sortir du frigo, le casser au dessus de la poêle et voir une masse compacte, congelée, tomber dans l’huile chaude à point. Il y a de quoi vous couper l’appétit. Mais finalement, on a trouvé la parade. On laisse les œufs dans de l’eau un moment avant de faire nos omelettes.

Les différents dérivés de lait

Le lait. Entier, écremé, demi écrémé et je ne sais pas combien d’autres dérivés. A Abidjan, c’est le lait en poudre que j’utilise le plus souvent. Je ne savais pas qu’il y avait autant de variantes de lait. Les gens sont fans de café et pour moi qui en prend très peu, je suis constamment confrontée à ce « dilemme laitier » pour adoucir le goût amer du breuvage.

Je ne parle même pas de la particularité de leur pédagogie, quand il s’agit de transmettre le savoir pendant les cours académiques. Je peux citer une multitude de petits exemples similaires que je suis ravie de découvrir au quotidien. Mais il faut bien mettre fin à ce compte rendu quelque part. N’hésitez pas à partager avec moi quelques exemples de choc culturel que vous avez vécu lors de vos voyages. Moi je compte bien vous emporter avec moi dans ce séjour en terre américaine.

categories Confidence

A propos de l'auteur

Je suis Yehni Djidji, écrivain, scénariste, chroniqueuse, entrepreneur web et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je crois qu'avec la foi on peut tout accomplir, même s'accomplir !

14 thoughts on “Yali 2017 : une gaou à Lehigh University

  1. J’imagine l’aventure que tu vis présentement. Dans mon petit Abidjan natal; tu m’as fais voyagé.
    Merci!!!!!!

  2. les oeufs au réfrigérateur ? pourquoi une bizarrerie ? comment conserver un oeuf autrement ?
    d’ailleurs obligatoire dans toutes les normes d’hygiène mondiale.

    Quant aux toilettes totalement indiscrètes, ne m’y suis jamais habituée.
    Question de sécurité m’a-t-on expliqué : si vous tombez tout le monde le voit rapidement.
    Ou question de pruderie : évite les petits câlins qui se font dans les toilettes publiques ou de bureau en France notamment

    1. Non non, chez nous les oeufs sont natutels donc pas besoin d’etre conserve au refrigerateur. Et se conservent facilement 2 semaines sans etre refirgérés. C’est typique a l’Amerique du Nord la conservation des oeufs au fridge.

    2. Les oeufs au réfrigérateur c’est bizarre pour moi parce que j’ai l’habitude de les laisser à l’air libre sans problème de conservation. D’ailleurs les boutiques où je m’approvisionne en font de même. ça ne m’a donc jamais effleuré l’esprit de mettre mes oeufs au frigo. Toutefois j’ai constaté en faisant la remarque que c’était une pratique qui avait lieu aussi en Côte d’Ivoire. C’était donc moi l’ignorante lol. Mais vraiment des oeufs congelés, c’est un peu trop non?

  3. Tu es incroyable… C est trop sympa de ta part.merci de nous faire voyager avec toi.moi j ai hâte de te lire encore.

  4. Merci Yehni, J’adore les expériences personnelles pour découvrir un pays, loin des articles touristiques des supports spécialisés. Hate de te lire encore.

  5. Cc Yehni j ai une anecdote pr toi lol qd je suis arrivee pr vivre aux etats unis jsuis allee grocery shopping avec mon mari. A mon retour a la maison je range les affaires ds la cuisine et range le lait ds les placards. Mon mari 3 jrs apres se demande ou sont les bouteilles de lait il ne les voient pas au frigo.je lui reponds ds le placard il me dit noooon a conserver au frigo ça doit etre gate maintenant. Et oui le lait etait pourri m fermente lol a abidjan jconservais mon lait ds les placards sans pbs sauf si ouverts alors jles mettais au frigo. Ici non frigo always looool

  6. Cette affaire d’oeufs en effet continue à me troubler. les réfrigérateurs, grands ou petits, y compris ceux qu’on vend à Abidjan comportent tous un (ou des si grands) compartiment dédié aux oeufs. Les Abdidjanais fotn quoi de ces compartiments s’ils mettent les oeufs ailleurs ? et 2nde question : pourquoi utiliser de l’espace inutile hors réfrigérateur alors qu’il existe un compartiment dans le réfrigérateur pour ranger les oeufs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.